William Krief : Un investisseur passionné

« Il a toujours cru au projet… » c’est ainsi que le maire et président de Dijon Métropole, François Rebsamen, se plait à qualifier William Krief lorsqu’il le présente à des journalistes parisiens visitant en avant-première la Cité alors même que les travaux se finalisent et que les cartons ne sont pas tous déballés. Et, pour que la parole soit accompagnée d’un geste de circonstance, Bourgogne oblige, l’ancien ministre trinque avec le président du groupe K-Rei dans le sous-sol de la future Cave de la Cité.

Au-delà d’une image, tout un symbole ! Car, alors que nombre d’investisseurs se seraient sauvés eu égard aux ralentissements pris par le projet inhérents aux recours politiques, à la crise pandémique ou alors de peur de vivre la même déconvenue qu’à Lyon et son départ manqué, William Krief n’a jamais pris les jambes à son coup. Pour rejoindre la gare voisine et retourner définitivement sur ses terres parisiennes… Non, il n’a eu de cesse de multiplier les allers retours en TGV pour constater les avancées (mais aussi les retards). Et apporter sa pierre à l’édifice. Et c’est un doux euphémisme puisque le Village Gastronomique, désormais qualifié comme le « cœur gourmand de la Cité », porte sa signature…
Et pourtant rien ne semblait prédisposer cet investisseur spécialisé dans l’immobilier à participer à une telle aventure culinaire et vineuse. Comme il le dit lui-même, avec un humour non feint : « De l’immobilier à la gastronomie, il n’y a qu’un pas… ou deux ! » Et des pas il en a fait, même jusqu’au fin fond du Jura. Où il s’est rendu dans un atelier de découpe de viande. Selon ses proches, il se sentait tellement bien chez nos voisins (et amis) franc-comtois qu’il ne voulait plus sortir… « J’ai toujours eu cette passion pour les savoir-faire, pour les petits producteurs, les artisans, les histoires de famille liées au terroir et je n’ai jamais pris le temps. Aujourd’hui, grâce à ce projet, la vérité s’impose : je suis gourmand de naissance et ce projet me nourrit, m’émeut, me remplit de joie », explique-t-il, avant d’ajouter : « La cuisine me procure des émotions rares et intenses. Je découvre un milieu authentique, plus humain. Un peu comme lorsqu’on commence à saucer un plat, je ne peux plus m’arrêter… »

Une Top Cuisine

Et, pour donner encore plus de goût au plat originel de la Cité, c’est aussi à lui que l’on doit la Cuisine Expérientielle. Ayant constaté qu’un établissement de ce type avait cruellement manqué dans la Cité lyonnaise, c’est son groupe K-Rei qui décide de la financer afin de conférer de la vie en permanence sur le site. De la vie derrière les fourneaux mais aussi devant puisque celle-ci permettra à tout un chacun d’assister des show culinaires mais aussi d’y participer. Accueillant de multiples démonstrations, des masterclass de chefs, avec un toit-terrasse pour des « rooftop » mais aussi nombre d’autres animations, elle sera, à n’en pas douter, l’un des futurs hauts lieux de la Cité.

Une Top Cuisine, ne manqueront pas de glisser certains, puisque William Krief a eu l’idée de confier la direction culinaire de cet établissement au talentueux Romain Tischenko, premier gagnant de Top Chef, installé dans la région depuis peu. Après avoir monté son restaurant à Paris, celui-ci a débuté une nouvelle aventure en Bourgogne où il a créé RàDe, Restaurant à Demeure. Savoir s’entourer de passionnés, telle semble la recette de cet investisseur, qui a multiplié les rencontres pour séduire et sélectionner celles et ceux qui illustreront, dans son Village Gastronomique, le savoir-faire à la française.

Et ceux-ci varieront puisqu’il a préféré, par exemple, que des producteurs ou maraîchers de la région soient ponctuellement présents pour faire découvrir leurs produits de saison et leurs belles histoires qui se cachent derrière. Vous les découvrirez dans la boutique Le Charreton… C’est aussi grâce à lui que vous verrez que la viande peut être mise sur un piédestal, dans l’enseigne Le Billot, où l’artisan boucher Jérémy Lévèque saura vous préparer avec maestria une côte de bœuf, un carré, un filet mignon, un tartare... Nous pourrions multiplier les exemples mais, une chose est sûre, William Krief aura su donner une saveur particulière à cette Cité. Au terme d’un projet financièrement « maturé », si vous nous permettez l’expression !

Camille Gablo