Dons et Finance solidaire : Existe-t-il des opportunités d’allier les deux concepts ?

 

Il est possible d’être généreux et de reverser une partie des intérêts de ses placements à une association. Ces produits solidaires, livrets, fonds et quelques contrats d’assurance vie. Quelques banques ajoutent des options de partage sur leur livret. C’est le cas par exemple de la Banque Postale ou du Crédit Coopératif.

Le Crédit Coopératif avec le livret AGIR permet de reverser la moitié des intérêts à une association choisie par le client parmi une vingtaine d’associations comme par exemple : Action Contre la Faim ou encore Handicap International. Ce livret rapporte  1% brut jusqu’à 15 300 € . En contre partie de ce reversement, une économie d’impôt est accordée au titulaire du livret. Elle peut atteindre entre 66 et 75% selon le type d’association.

L'épargne du partage comprend aussi certains fonds. Ceux-ci reversent une partie de leurs revenus à une association qui renonce à une partie du rendement mais le capital reste acquis au titulaire du placement .

La plupart des fonds de partage sont diversifiés, majoritairement investis en obligations afin d’éviter la volatilité des marchés financiers et surtout de ne pas pénaliser les associations bénéficiaires de cet argent.

De plus, certains fonds financent les entreprises solidaires et la gestion répond également aux critères ISR, c’est à dire qu’ils intègrent des règles environnementales, sociales et de gouvernance.

Selon les réseaux de distribution des banques ou compagnies d’assurance, les frais d’entrée et de gestion du fond sont reversés aux associations .

Citons le fond Excelsior ou Agressor de la Financière de l’Echiquier qui reverse 35 à 50 % des frais d’entrée et de gestion ou encore Meesschaert AM avec son fond MAM Human Values.

L’autre possibilité de donner et d’obtenir une réduction d’impôts est plus connue. En donnant à une association reconnue d’utilité publique ou d’intérêt général,la réduction d’impôt est de 66% des sommes versées. Pour les structures d’aide à la personne en difficulté, la réduction d’impôt s'élève à 75 % dans la limite de 530 €.

Pour les personnes qui souhaitent donner davantage, les dons au profit d’associations sont exonérés de droits de donation, quel que soit le montant. Il est possible de donner des liquidités, des titres, des immeubles, des vignes...

Donner ou participer à une entreprise solidaire c’est aussi possible par internet. Plusieurs sites de financement participatif ou crowdfunding financent des projets solidaires menés soit par des individus soit des associations. Les sites comme KissKissBankBank ou Leetchi proposent des projets comme, par exemple, « Le Rire Médecin » pour financer la visite de clowns auprès des enfants hospitalisés .

Les moyens de donner sont divers et variés. De nouveaux vecteurs sont en train de naître. Les initiatives sont nombreuses mais surtout orientées pour le bien et la santé de tous.

En cette période de fêtes, un clic ou un chèque aidera certainement une association à faire aboutir un projet.

Joyeuses Fêtes à tous.