Dijon Bourgogne Invest : Le (bon) « réflexe DBI »

Nous vous avions dévoilé au mois de janvier la création d’une nouvelle agence d’attractivité du territoire ainsi que le nom de son président choisi par le maire et président de Dijon métropole, François Rebsamen : Jean-Philippe Girard. Le lancement officiel de cette structure pilotée par l’ancien Pdg d’Eurogerm qui incarne la réussite économique aura attendu l’ouverture de la Cité internationale de la Gastronomie et du Vin. Bienvenue à la grande table de l’attractivité dijonnaise…

Le symbole fut dégusté comme il se doit par les nombreux acteurs économiques dijonnais et bourguignons présents. Un plateau record en termes de personnalités, illustrant à quel point cet événement était attendu… Dijon Bourgogne Invest a été lancée officiellement au sein de la toute nouvelle Cité internationale de la Gastronomie et du Vin. Une façon de conjuguer attractivité économique et attractivité touristique… Car DBI n’est autre que la nouvelle agence d’attractivité de la métropole dijonnaise. Cette agence, dont nous vous avions dévoilé en avant-première dès le mois de janvier la naissance, pilotée par Jean-Philippe Girard, dont le nom est synonyme de réussite dans l’univers entrepreneurial. Et c’est peu de le dire tellement le groupe Eurogerm qu’il a créé et dont il a été le Pdg durant 32 ans s’est imposé à l’échelle nationale et internationale. Un succès qu’il a raconté dans son ouvrage publié en janvier 2020 et intitulé, comme il se doit, « Réussir en France… » Un livre qui bénéficia tout de même d’une préface du président de la République lui-même, avec qui il avait travaillé à Bercy. Emmanuel Macron, dont l’ombre a plané sur cette inauguration, puisque les deux présidents de cette soirée – Jean-Philippe Girard et François Rebsamen, le maire de Dijon, président de Dijon métropole… qui a choisi le premier – se sont rapprochés depuis que la France est entrée dans le monde macroniste, alors que, précédemment, ils appartenaient à deux sphères politiques différentes. Enfin ce serait bien trop réducteur d’écrire cela, sans préciser que leur concordance de vue sur le développement économique et le rayonnement du territoire n’a pas, non plus, été étranger à cette nouvelle union sacrée.

« Dijon a des projets »

Paradoxalement, ce ne fut pas le nom d’Emmanuel Macron qui fut cité ce soir-là, mais celui de son prédécesseur. François Rebsamen, son ancien ministre du travail au demeurant, rappelant l’une des formules bien senties de François Hollande lors de l’inauguration de la Cité internationale de la Gastronomie et du Vin le vendredi précédent : « Chaque fois qu’il y a un projet national à Paris, il y a Dijon qui candidate. C’est vrai, Dijon a des projets et cela marche. Grâce à la qualité, ici, de tous les intervenants, cela va s’accentuer… DBI a pour but d’aller chercher les entreprises nouvelles à l’extérieur et de valoriser les filières présentes, permettre aux entreprises locales de s’étendre, de se développer, de rayonner, etc. »

Quant à Jean-Philippe Girard, il n’a pas manqué d’expliquer : « Il y avait des bonnes choses de faites mais nous avons voulu, avec François Rebsamen, aller plus loin, que ce soit dans la gouvernance ou dans l’action ». Et le business angel avisé, comme il l’a montré avec Rubis Capital, de s’adresser, avec humour, aux décideurs : « Cette agence, c’est vous. Ce que vous ne saviez pas, c’est que vous êtes tous recrutés. De 5 personnes, nous passons ainsi à plus de 100, c’est extraordinaire. Cette agence ne fonctionnera que si, tous, vous devenez acteurs. Vous avez tous des partenaires, des fournisseurs, des clients, des réseaux… Il faut que vous ayez tous le réflexe DBI afin d’identifier celles et ceux susceptibles d’être intéressés par Dijon ! »

Quant à l’originalité de la gouvernance évoquée, elle réside dans le fait que 15 chefs d’entreprise figurent parmi les 18 membres du bureau exécutif. Des chefs d’entreprise experts chacun dans un domaine… Trois d’entre eux ont exposé à cette occasion leur stratégie : Stephan Bourcieu, directeur général de Burgundy School of Business, Jean-Philippe Porcherot, Pdg d’Atol-CD et Emmanuel Vey, directeur général du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne, qui a implanté un incubateur de start-up (Village by CA) au cœur de la Cité internationale de la Gastronomie et du Vin. La gastronomie et le vin, deux piliers désormais de la métropole dijonnaise sur lesquels s’appuiera DBI pour construire l’économie de demain et… faire déguster Dijon et la Bourgogne au plus grand nombre !

Camille Gablo