Talant, un an après les municipales…

À Talant, en mars 2020, les électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner leurs 33 conseillers municipaux. Il n'y avait que trois listes (Union de la Droite / Union de la Gauche / LO) sur la ligne de départ. Un seul tour a été nécessaire pour que la liste d’Union de la droite, adoubée par l'ancien maire Gilbert Menut, remporte le scrutin avec 60,8 % des votes exprimés. L'élection du maire n'a pas pu se dérouler la semaine suivante en raison du confinement. L'installation du conseil municipal ne s'est faite que le 23 mai 2020. Et là, contre toute attente, ce n'est pas le candidat tête de liste Adrien Guené qui a enfilé l'écharpe de maire mais son colistier Fabian Ruinet...

Dijon l'Hebdo : Un an après cette élection surprise, véritable coup de tonnerre dans le ciel politique côte-d'orien, qui a braqué tous les projecteurs sur votre commune, qu'en est-il de cette liste « Ensemble, unis pour Talant » ?

Fabian Ruinet : « Il y a eu en 2020 une recomposition politique au sein du conseil municipal qui a été le résultat d’un manque de confiance, d’une partie de l’équipe, envers l’ancien candidat tête de liste. Dès le premier jour, les choses ont été claires avec une majorité absolue des élus municipaux à mes côtés (2/3 de l’ancienne liste). Depuis, cette majorité est soudée autour du projet que nous portons pour les Talantais. Au-delà de cela, nous devons composer avec deux oppositions. Une, que je qualifierai presque d’officielle, la gauche socialiste et communiste. La seconde, un petit groupe séparatiste de notre ancienne liste, qui se limite désormais à 7 membres ».

DLH : Aujourd'hui, combien d'élus composent votre majorité ?

F. R : « Le groupe majoritaire que j’ai le plaisir d’animer avec mon adjointe Aurélie Roux-Jarlaud (notre porte-parole) compte maintenant 20 élus. Ils ont fait tous ensemble le choix de l’action et des projets quels que soient leur sensibilité et leur parcours politique. C’est ce qui fait d’ailleurs la force de cette majorité. Cette équipe, qui s’est d’ailleurs renforcée depuis le début du mandat, sait que c’est sur ses épaules que repose l’avenir de notre commune. Par conséquent, elle est très solidaire et unie, et depuis le début du mandat le Conseil Municipal a voté toute les délibérations proposées par la majorité. Les initiés et les Talantais le savent, notre équipe est la seule à pouvoir « gouverner » le territoire en disposant d’une majorité stable.

DLH : Qu'est-ce qui vous a permis durant l'année écoulée de garder sereinement une majorité au sein du conseil municipal ?

F. R : « La clé de cette réussite, c’est la proximité et le respect du projet politique validé par les Talantais en Mars 2020. La seule chose qui m’importe, c’est de mettre en application ce projet et de renforcer ainsi notre ville. C’est ce que nous faisons au quotidien avec le développement de la vidéo-protection dans tous les quartiers (voté en décembre 2020 grâce au groupe majoritaire), avec l’augmentation des effectifs de la police municipale ou encore avec la création des conseils de quartiers pour ne citer que ces exemples. Les engagements forts, comme la non augmentation des impôts locaux durant les 6 ans ou le choix de faire de Talant une ville plus verte sont évidemment au cœur de nos attentions. Et puis il y a la méthode, je crois, les gens veulent des élus proches, disponibles, à l’écoute. Ils veulent en fait connaitre leur maire, leurs adjoints, leurs conseillers. Et ça, il n’y a qu’une solide implantation qui puisse y répondre ».

DLH : Qu'est-ce qui est de nature à vous rendre confiant pour les mois et les années qui viennent ?

F. R : « La vie tout simplement. La crise sanitaire a laissé beaucoup de traces dans nos habitudes et dans nos façons de goûter à la vie. Je pense qu’avec la vaccination nous allons enfin arriver au terme de cette crise qui n’a que trop duré. En tout cas, à Talant, nous sommes prêts. Les projets culturels, solidaires ou festifs sont très nombreux dans les cartons et nous avons hâte de nous retrouver tous ensemble autour de grands moments populaires et conviviaux. Assurément la Grande Fête de Talant le 19 juin prochain au Plateau de la Cour du Roy en sera un.


DLH : Vous n'avez pas souhaité vous lancer dans les prochaines élections départementales sur le canton Talant-Sombernon. Votre adjoint Cyril Gaucher sera présent comme remplaçant du titulaire soutenu par François Sauvadet, le président du conseil départemental de la Côte-d'Or. Dans le même temps, Bernard Depierre, ancien député de la 1ere circonscription, sera lui aussi candidat. Que pensez-vous de la situation ?

F. R : « D’abord j’ai été clair quant à ma position, je n’ai pas souhaité être candidat ni aux départementales, ni aux régionales, afin de me consacrer uniquement à ma fonction de maire de Talant. C’est une exigence que nous devons avoir et ce que les Talantais me demandent. Ensuite, comme je l’ai déjà indiqué, je soutiens la candidature de mon adjoint Cyril Gaucher, qui représente Talant au sein de ce quatuor emmené par Alain Lamy et Céline Vialet. Ils sont soutenus par François Sauvadet, par la majorité talantaise, et surtout par 25 des 34 maires du canton. C’est donc « l’équipe officielle » de la droite et du centre, la plus solide pour reprendre ce canton à la gauche et à l’extrême gauche. En ce qui concerne la candidature de Bernard Depierre, qui fut député il y a de cela plus de 10 ans et qui n’habite pas le canton, je la regrette. C’est une candidature dissidente que je qualifierai de « marchepied électoral » pour la gauche. Avec François Sauvadet, nous sommes unis et sur la même longueur d’onde. Sur le canton de Talant, nous soutenons avec force le quatuor Lamy-Vialet-Gaucher-Courtois ! »

Propos recueillis par Jean-Louis Pierre