Bourgogne Opportunités monte d’un cran

Apres une vie dédiée à la libre entreprise, et à l’action syndicale, Patrice Tapie pouvait se contenter d’une retraite paisible.… Mais le mot à lui seul le hérisse. A 66 ans, il essaie, sans pression, de se faire plaisir, et surtout de se consacrer à ce qu’il sait faire : communiquer, être utile, transmettre, faire profiter les autres de son expérience, coacher...

Après quelques pépins de santé, il relance aujourd’hui avec Maître Patricia Treffot, qui en est la Présidente, Bourgogne Opportunités, structure associative intelligente de conseil, de développement et de mise en relation. Sans prétention.... mais efficace.

 

Dijon l’Hebdo : Quelle est l’origine et la mission de Bourgogne Opportunités ?

Patrice Tapie :« La création de Bourgogne Opportunités ne date pas d’hier. Je l’ai initiée lorsque j’étais Président de la CGPME, il y a environ sept ans.

Il m’est apparu, à l’époque, souhaitable qu’une structure légère, qualifiée et opérationnelle, dans la relation intuitu personae, vienne compléter efficacement l’action d’une organisation patronale, puissante certes à l’époque, mais par nature plus généraliste dans sa mission. Dès lors, nous avons  pu, de façon très individualisée, procéder à une bonne centaine de rendez-vous d’affaires et de mises en relation, concernant des potentialités de marchés, pour les TPE/PME, des créations d’entreprises, quelques cessions, des contacts à l’international, etc... Un travail ingrat en terme de lisibilité, mais dont nous sommes assez fiers au regard de nos moyens budgétaires. »

DLH : Cela sous-entendrait-il que votre structure est à même de pallier les carences des organisations institutionnelles ?

P. T : « Je ne rentrerai pas dans ce débat-là.  En fait, il ne m’intéresse pas, pour ne pas dire que je m’en fous complètement. J’ai suffisamment fréquenté ces structures pour constater qu’elles agissent et font leur job dans un cadre bien spécifique, avec plus ou moins d’efficacité. Question d’hommes, de talent, de management. Il est clair, aujourd’hui, que chacun fait ce qu’il peut avec les moyens 

dont il dispose, pour rester en phase avec ses ressortissants ou ses adhérents. Ce n’est pas forcément simple d’aller chercher de l’argent pour initier des actions... surtout quand on a connu des temps plus cléments ou les budgets arrivaient tout seuls.

C’est même un vrai défi  d’arriver à concerner encore les acteurs économiques ou les porteurs de projets, quand on sait que ce qui les intéresse au premier chef, ce qui les motive vraiment, c’est leur propre développement. Ce type de profil-là  intéresse Bourgogne Opportunités. Un chef d’entreprise qui sait ce qu’il veut et manie l’exigence. Nos expertise, nos expériences, nos parcours professionnels dans le conseil, la formation, le développement, la communication stratégique, nos connaissances des marchés, sont un atout majeur pour lui. »

DLH : Quel regard peut-on porter sur les organisations dites représentatives?

P. T :« On peut se poser parfois des questions sur leur crédibilité. Elles peuvent donner, en effet, l’impression à ceux et celles qu’elles sont censées représenter, qu’elles ne ne les représentent pas vraiment. J’irai même jusqu’à penser que le phénomène actuel de mouvements sociaux,

exprime bien ce sentiment de défiance, et de désaffection du citoyen face aux administrations, aux institutions et aux élus.

Le « Qui représente quoi, ou qui ? »,  est une vraie bonne question  au regard de notre société actuelle. »

DLH :Comment vit Bourgogne Opportunités?

P. T :« Comme une structure purement associative. Une entité informelle qui s’appuie sur les compétences bénévoles de ses membres actifs, qui se font plaisir en étant utiles et en apportant une fois encore leur expertise à ceux qui en manquent un peu.  

Nous ne procédons à aucun appel de cotisation afin de laisser leur libre-arbitre à ceux que nos manifestations et débats pourraient intéresser, de s’y rendre ou pas, en fonction de leur ressenti.

Quelques entreprises amies nous font un don qui sert à  financer les frais inhérents aux clubs que nous organisons régulièrement, avec des personnalités issues du monde économique, politique, culturel, associatif, médiatique...

Bourgogne Opportunités est présidée de façon opérationnelle par Maître Patricia Treffot, avocat au Barreau de Dijon, dont la rigueur et l’engagement garantissent le bon fonctionnement de l’association et son état d’esprit.

Une ambition , comme l’exprime Patricia Treffot « de faire bouger les lignes; c’est à dire donner matière à réfléchir, au delà de l’intox média, redéfinir les valeurs de tolérance, apprécier de vouloir vivre sereinement dans notre société, et dans la Cité. Monter d’un cran, en fait ».

A une époque où l’individualisme est de mise, Bourgogne Opportunités se veut capable, avec des moyens limités, de prouver que service et énergie ne sont pas exclusifs du pouvoir financier. »

DLH :2019… 2020... sont des années électorales ?

P. T :« Qu’elles soient européennes ou locales, les élections restent un temps fort du système démocratique… même si les taux de participation électoraux sont à la baisse depuis trop longtemps. Il faut redonner au citoyen l’envie d’aller voter, l’amener à se prononcer en toute connaissance de cause, s’exprimer positivement quant à ses propres revendications.

Oui, Bourgogne Opportunités sera un maillon actif parmi d’autres, celui de l’indispensable dialogue entre gouvernants, leaders d’opinion, et citoyens. »

Propos recueillis par Jean-Louis Pierre