Chopine Dijon N°101 : Le compte n’y est pas

 

Le pouvoir d’achat du Français moyen cafouille. La plupart des habitués du bistrot de « Chez Gérard » échappent à une augmentation de l’impôt stricto sensu, mais tous vont écoper au moins de l’une des huit nouvelles taxes créées par Macron en… 8 mois ! En tout cas, l’écolo de service du bistrot, à la psyché verdoyante, arbore aujourd’hui un visage couleur carotte : « Fou de rage, je suis furax. J’ai construit un abri pour mes outils de jardinage à côté de mon carré de pommes de terre. Ca me vaut aujourd’hui une hausse de 3 %. Bien sûr, Edouard, tu t’en fous, vu que tu vis dans les arbres ! »

Réponse cinglante de notre Bonobo, député des chimpanzés à l’Assemblée Nationale des Oasis : « T’as qu’à revenir au mode de vie de tes lointains ancêtres, à l’ère de la cueillette. Dis adieu aux deux poules et aux lapins que t’as filés ta commune : ils  boulottent certes tes déchets, mais produisent du méthane ! Abandonne jardinage et compost, à défaut de cesser d’être l’un des perdants du règne Macron »

Aille-aille. Il n’en faut pas plus pour envoyer tout le troquet au combat, silex au poing : « Non, mais Edouard de quoi tu te mêles ! Tu ferais mieux de penser aux jardins familiaux du Peuple ! Est-ce que toi, tu payes une taxe pour bénéficier des abris chics  du jardin de ton Palais Bourbon ? »  V’lan ! Ce boulet de canon est envoyé par les artificiers du clan des Insoumis, Jean et Bruno. Antoine, joyeux mi-retraité de la brocante et de la fripe recyclée, renchérit : « Regardez la progression de la fiscalité écologique et du prix des cigarettes, alors que la baisse  de la taxe d’habitation est administrée au compte-gouttes… » Toujours pédant et sentencieux, Arnaud, replie son exemplaire du Monde : « T’as d’autant plus raison, Antoine, que les plus riches - soit 1% des Français - vont en être les seuls grands bénéficiaires de la réforme de la fiscalité du capital présentée par le gouvernement.

Edouard se met à rigoler : « Bravo ! L’innovation de l’actuelle Présidence de la République, je vous la fais simple : souvenez-vous, quand vous étiez petit enfant, vous cherchiez le sommeil, soit en vous récitant une comptine, soit en vous repassant dans la tête des additions ou des soustractions : 2+2=… 9-4 =... Eh bien, Macron vous endort avec cette petite gymnastique de l’esprit, ce petit truc d’arithmétique dont voici en gros l’énoncé : « Je retire 1€ de vos impôts sur le revenu et je vous taxe de 10€ sur votre capital immobilier, sur votre abri jardin etc. Ne calculez pas votre nouveau niveau de vie, mais cherchez la différence d’âge entre moi, votre grand timonier, et mon co-pilote Brigitte. »

Euréka ! Le marchand de Prozac est passé ! Le bistrot s’est endormi. Gérard va devoir secouer tout son monde à coup d’expressos bien serrés.

Marie-France Poirier