Une cure de jouvence pour le CGFL

C’est le 16 octobre 1967 qu’avait été inauguré officiellement le Centre Georges-François Leclerc. Depuis cet établissement s’est imposé parmi les meilleurs au niveau national dans la lutte contre le cancer et n’a eu de cesse de développer ses activités pour accueillir toujours plus de patients. Des travaux d’envergure sont entamés, nécessitant un investissement de 45 M€, pour que ce centre entame une deuxième jeunesse. La prochaine inauguration est programmée en 2025 mais, d’ici-là, rassurez-vous, toutes les équipes du CGFL pilotées par le Professeur Charles Coutant sont mobilisées pour que la prise en charge continue…

S’il y a un palmarès hospitalier qui est scruté chaque année, c’est bien celui du magazine Le Point. Le dernier classait une fois encore le Centre Georges-François Leclerc parmi les meilleurs établissements français dans la lutte contre le cancer. Il le faisait, en effet, monter sur la première marche du podium en Bourgogne Franche-Comté pour la chirurgie des cancers du sein, de l’ovaire mais aussi des sarcomes et des tumeurs des tissus mous. Et cette reconnaissance dépasse même les frontières de l’Hexagone, puisque, au congrès de l’American Society of clinical oncology de Chicago – la grand-messe de tous les chercheurs du monde entier –, ses études de recherche – elle représente l’une de ses trois missions avec le soin et la formation et bénéficie de 12 M€ de budget chaque année – font régulièrement l’objet de communications qui ont un écho retentissant…
Et ce rayonnement devrait encore s’accentuer dans l’avenir puisque le CGFL, piloté par le professeur Charles Coutant, aborde un tournant majeur de son histoire : avec d’importants travaux d’extension, cet établissement a décidé de changer de dimension pour « adapter ses locaux à l’évolution constante de l’ensemble des activités ». « Il y a 10 ans, nous avions 450 salariés et nous sommes plus de 900 aujourd’hui. Nous avons des activités nouvelles, comme la radiologie interventionnelle. Les circuits des patients sont inadaptés. Il est nécessaire de les fluidifier afin de rendre plus facile le parcours du patient dans l’établissement. Nous souffrons d’une insuffisance de capacité d’hébergement à la fois en hospitalisation complète mais également en ambulatoire. Nous avons 36 chambres doubles et la période de la Covid a été particulièrement problématique par rapport à leur utilisation, si bien que nous voulons développer des chambres simples plus adaptées aux attentes… », a, notamment, diagnostiqué Charles Coutant, avant de détailler les extensions d’envergure qui nécessiteront 4 ans de travaux pour anticiper la cancérologie de demain.

La structure actuelle sera rehaussée d’un étage, afin de créer un nouveau secteur d’hospitalisation de 21 lits en chambres individuelles. Cette construction, qui s’étendra sur un peu plus de 1 200 m2, représente un coût de 7,5 M€, dont 7M€ sont abondés par le conseil régional de Bourgogne Franche-Comté sur des fonds européens Feder (grâce à l’enveloppe React-Eu destinée à accompagner les initiatives d’investissements en réaction au Covid-19). Un 5e étage verra ainsi le jour en lieu et place de la terrasse actuelle du bâtiment.

« Un plateau technique de haut niveau »

Un nouveau bâtiment sortira de terre en façade sud d’une hauteur de 7 étages (10 niveaux), avec un parking de 81 places au niveau -1, destinées essentiellement aux patients, taxis et VSL, un niveau -2 regroupant les vestiaires des salariés, une salle informatique, une nouvelle chambre funéraire. Le rez-de-chaussée abritera un vaste plateau de consultations et soins externes (pour l’oncologie médicale et la chirurgie notamment), avec un accueil général des patients entièrement repensé avec deux flux distincts pour les consultations externes et les hospitalisations. L’unité de chirurgie ambulatoire occupera le 1er étage, à l’instar des activités de biopathologie et de celles de recherche de la Plateforme de transfert en biologie du cancer. Aujourd’hui, pas moins de 120 salariés du CGFL sont dédiés à la recherche dans cet établissement.
Les 2e, 3e et 4e étages accueilleront 36 chambres individuelles ainsi qu’une nouvelle unité de 8 places pour les hospitalisations de jour. Le 5e étage sera destiné à l’installation de salles pour les réunions de concertation pluridisciplinaire et les 6e et 7e étages aux services administratifs.

L’entrée principale sera également rehaussée d’une construction de 3 étages afin d’abriter, sur 450 m2, une cafétéria (il n’y en avait pas jusque-là dans l’établissement), une salle de sport avec des créneaux à la fois pour les patients et les salariés et une salle de repos du personnel aménagée d’une salle de détente.

Plus de 37,5 M€, financés autant par autofinancement et que par recours à l’emprunt, sont programmés pour la réalisation des nouvelles structures de la façade Sud, si bien que l’ensemble des investissements pour les 13 300 m2 de surface supplémentaire s’élève à quelque 45 M€. Pour qu’en 2025, le CGFL nouvelle génération dispose d’une superficie totale de plus de 40 000 m2.

Le CGFL évolue mais la prise en charge continue bien évidemment : « Nous avons repensé les accès au centre. Nous avons mis en place un parking provisoire, ce qui nous a conduit à devoir délocaliser l’entrée principale. Un nouvel accueil provisoire occupe l’ancien sas ambulance », a souligné Alain Lalié, directeur général adjoint, tout en développant : « Ce projet d’ampleur ne nous empêchera pas de continuer nos investissements par ailleurs car un établissement comme le nôtre en a besoin afin de maintenir notamment notre plateau technique de haut niveau. Nous investirons ainsi un peu plus de 30 M€ pour des accélérateurs de radiothérapie, des scanners… »

Ne doutons pas ainsi que le Centre Georges-François-Leclerc continuera d’occuper, dans l’avenir, le haut des classements nationaux après cette cure de jouvence… tout en étant encore plus opérationnel pour lutter contre le cancer et accompagner les patients ! Car c’est là le principal…

Camille Gablo

 

L’extension en chiffres

13 300 m2 (ajoutés aux 27 000 m2 existants)

Soit une superficie totale de plus de 40 000 m2 en 2025
36 lits + 8 places supplémentaires soit une augmentation de 23 % du capacitaire
57 chambres supplémentaires
Un 5e étage sur le bâtiment d’origine
10 niveaux pour le nouveau bâtiment dont 7 étages
1 parking souterrain de 81 places pour les patients, taxis, VSL..
1 cafétéria, 1 salle de sport
45 M€ de travaux (dont 7 M€ financés par la Région)