7 films pour l’été… ou pour l’éternité ?

Comédies parodiques et décalées, biopics sulfureux ou amoureux, thrillers fantastiques ou réalistes, voici le choix de la rédaction pour cet été. 7 films à voir dans vos salles climatisées, comme un avant goût de Croisette. Un choix plutôt féminin et féministes … mais pas que !

PRESIDENTS

d’Anne Fontaine avec Jean Dujardin, Grégory Gadebois et Doria Tillier, sortie le 30 juin.

Nicolas, un ancien Président de la République, supporte mal l’arrêt de sa vie politique. Les circonstances lui permettent d’espérer un retour sur le devant de la scène. Mais il lui faut un allié. Nicolas va donc partir en Corrèze, pour convaincre François, un autre ancien Président en retraite, de faire équipe avec lui. Après POLICE, la réalisatrice de NETTOYAGE A SEC change une nouvelle fois de registre avec cette comédie politique extravagante. François Hollande a adoré.

BENEDETTA

de Paul Verhoeven, avec Virginie Efira, Charlotte Rampling, Daphne Patakia et Lambert Wilson, sortie le 9 juillet.

Au dix-septième siècle, alors que la peste se propage en Italie, la très jeune Benedetta Carlini rejoint le couvent de Pescia en Toscane. Dès son plus jeune âge, Benedetta est capable de faire des miracles et sa présence au sein de sa nouvelle communauté va changer bien des choses dans la vie des sœurs. Après avoir attendu durant plus d’un an, BENEDETTA se livre enfin à la compétition cannoise. Le nouveau Verhoeven, dont la réputation n’est plus à attester, sera l’un des candidats sérieux pour la Palme d’or. Le réalisateur de BASIC INSTINCT revient en conquérant au festival français, cinq ans après ELLE.

TITANE

de Julia Ducournau avec Garance Marillier, Vincent Lindon, Myriem Akheddiou, sortie le 14 juillet.

Un jeune homme au visage tuméfié est retrouvé dans un aéroport par des agents de douane. Il clame être Adrien Legrand, un enfant disparu dix ans auparavant, et se voit restituer à son père. En parallèle, une hôtesse dans un salon de l'auto est accusée d'être l'auteure d'une série de meurtres sordides dans la région. En 2016, Julia Ducournau faisait son entrée fracassante dans le cinéma de genre avec GRAVE, Grand prix du jury et prix de la critique au festival de Gerardmer, récompensé à la Semaine de la critique au Festival de Cannes. Mélangeant adroitement métaphore du passage à l'âge adulte et petite chronique trash, le film parvenait avec maestria à renouveler les codes du cinéma d’horreur.  Cinq ans après, les attentes autour de TITANE sont monstrueuses !

OSS 117 : ALERTE ROUGE EN AFRIQUE

de Nicolas Bedos Jean Dujardin, Pierre Niney et Fatou N'Diaye, en salle le 4 août.

1981. Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117, est de retour. Pour cette nouvelle mission, plus délicate, plus périlleuse et plus torride que jamais, il est contraint de faire équipe avec un jeune collègue, le prometteur OSS 1001. Quinze ans après Michel Hazanavicius, et auréolé du succès de LA BELLE EPOQUE, Nicolas Bedos reprend la franchise OSS 117. Et pour cette nouvelle mission n’était-il pas finalement le meilleur ? « Je vous répondrais oui, ça serait de la prétention, je vous répondrais non, ça serait de la bêtise », aurait pu dire notre modeste homme de lettres, d’humour et de cinéma.

PASSION SIMPLE

de Danielle Arbid avec Laetitia Dosch, Sergei Polunin et Lou-Teymour Thion, en salle le 11 août.

« À partir du mois de septembre l'année dernière, je n'ai plus rien fait d'autre qu'attendre un homme : qu'il me téléphone et qu'il vienne chez moi. Tout de lui m'a été précieux, ses yeux, sa bouche, son sexe, ses souvenirs d’enfant, sa voix. » J’avais adoré PEUR DE RIEN le précédent film de la réalisatrice Danielle Arbid. L’histoire, sans doute autobiographique, d’une jeune libanaise qui débarque à Paris au début des années quatre-vingt-dix. Pour son quatrième long-métrage, Danielle Arbid choisit ici d’adapter Annie Ernaux, avec dans le rôle principal la toujours très solaire Laetitia Dosch.

BAC NORD

de Cédric Jimenez avec Gilles Lellouche, Karim Leklou, François Civil et Adèle Exarchopoulos, en salle le 18 août.

2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la BAC Nord, brigade de terrain, cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes, franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu'au jour où le système judiciaire se retourne contre eux… Après LA FRENCH, Cédric Jimenez retrouve Gilles Lellouche et Marseille pour un thriller haletant et « sévèrement burné », sur une partition musicale de Guillaume Roussel. Une intrigue qui n’est pas sans rappeler celle des MISERABLES de Ladj Ly, l’accent en plus – n’est-ce pas François Civil ?

EIFFEL

de Martin Bourboulon avec Romain Duris, Emma Mackey et Pierre Deladonchamps, en salle le 25 août.

Venant tout juste de terminer sa collaboration sur la Statue de la Liberté, Gustave Eiffel est au sommet de sa carrière. Le gouvernement français veut qu’il crée quelque chose de spectaculaire pour l’Exposition Universelle de 1889 à Paris, mais Eiffel ne s’intéresse qu’au projet de métropolitain. Tout bascule lorsqu'il recroise son amour de jeunesse. Leur relation interdite l’inspire à changer l’horizon de Paris pour toujours. Le réalisateur des comédies explosives PAPA OU MAMAN a la bonne idée de confier à la surprenante Emma Mackey, l’une des héroïnes de SEX EDUCATION, le rôle d’une femme libre et audacieuse qui va pousser Gustave Eiffel a construire son rêve. Avec également les toujours excellents Romain Duris et Pierre Deladonchamps.

Bel été cinématographique à toutes et à tous.