Envoyez-nous vos petites annonces : « Chalut… » l’emploi !

« Chalut Topor… » titrait le journal Libération au lendemain de la disparition de Roland Topor – c’était le 17 avril 1997 – à qui l’on doit la déroutante série télévisée Téléchat et ses marionnettes qui ont été parmi les plus célèbres du petit écran. C’était un objet télévisuel pas comme les autres qui abordait, pour les jeunes, tous les sujets. Et même la recherche d’emploi pour laquelle cet auteur atypique avait une formule allant même jusqu’à faire faire référence à la mythologie… 

Roland Topor, qui avait plusieurs cordes à son arc (peintre, acteur, écrivain, réalisateur, auteur de bande dessinée), a, entre autres, laissé une œuvre au patrimoine audiovisuel français : la série Téléchat qui a enthousiasmé la jeunesse dans les années 80 et que les nouvelles générations redécouvrent régulièrement, dans des détournements, sur les réseaux sociaux. Ce dessinateur génial et provocateur touche à tout se plaisait à qualifier la recherche d’emploi comme « le 13e travail d’Hercule ». Autrement dit, il plaçait l’accomplissement professionnel au même point que le fait de tuer le lion de Némée, le sanglier d’Erymanthe ou encore de capturer le taureau du roi de Crète… Pour ne citer que ceux-ci ! Certes, à l’époque où Roland Topor faisait mouche avec sa formule, la France découvrait le chômage de masse… une décennie après les chocs pétroliers. Et de nouveaux filets sociaux apparaissaient : l’ASS en 1984 et le RMI en 1988. Vous comprenez mieux pourquoi l’inventeur de Téléchat en appelait au fils de Zeus pour illustrer la bataille de l’emploi…

Et c’était bien avant que le taux de chômage en France ne dépasse les 3,8 millions de personnes (selon les chiffres de l’Insee au 4e trimestre 2020) et que l’épée du Covid-19 ne vienne découper notre quotidien !

Afin de faciliter l’insertion des jeunes dans l’Emploi, Dijon l’Hebdo multiplie les rendez-vous spéciaux Orientation dans l’année (comme vous pouvez encore le voir dans ce numéro), où nous plaçons les projecteurs sur nombre de formations du territoire. Car la métropole, la Côte-d’Or et la Bourgogne Franche-Comté recèlent de véritables trésors dans le domaine. Malgré ce que d’aucuns peuvent croire, il n’est pas nécessaire de s’envoler vers d’autres cieux pour bénéficier d’une formation qui soit synonyme d’emploi à l’issue.

Et, dans notre dynamique de soutien au territoire qui nous anime, nous avons décidé, au moment de ce nouveau déconfinement, d’instituer une nouvelle rubrique régulière pour celles et ceux qui recherchent un emploi. Et ce, quel que soit leur âge… Nombre d’entreprises, de structures recrutent et ne parviennent pas toujours à trouver la personne idoine.

Cette rubrique permettra aussi d’épauler ces acteurs majeurs du territoire, sans lesquels l’attractivité ne serait pas au rendez-vous. Vous retrouverez ainsi régulièrement dans nos colonnes ces petites annonces de l’emploi, qui profiteront également d’une visibilité on line, sur le site Internet www.dijonlhebdo.fr qui a subi une véritable cure de jouvence au mois de décembre dernier. Aussi, si, vous aussi, vous recrutez, n’hésitez pas à nous adresser votre annonce sur contact@dijonlhebdo.fr

Votre annonce profitera ainsi pleinement de notre version papier ainsi que de sa distribution sur l’ensemble de la métropole dijonnaise pendant deux semaines, qui est, rappelons-le, le premier bassin d’emploi de toute la Bourgogne Franche-Comté. Et elle sera relayée, comme il se doit, sur Internet… Un mode de communication qui n’existait pas, bien évidemment, à l’époque de Roland Topor ! Et encore moins d’Hercule… Aussi, pour que votre recherche d’emploi ne soit pas un travail insurmontable, vous savez dorénavant vers qui vous tourner… Une façon, dans nos colonnes, de dire « Chalut l’emploi ! »

Camille Gablo