Des paniers joliment garnis

Une action vertueuse à plus d’un titre… nous pourrions ainsi qualifier la « grande mobilisation » initiée par l’Ordre des experts-comptables de Bourgogne Franche-Comté à destination des étudiants en situation de précarité. Le 1er avril dernier à Dijon, 240 d’entre eux en ont bénéficié pleinement et ont pu repartir avec le sourire… et avec des paniers joliment garnis !

Depuis le début de la crise sanitaire, dire que les experts-comptables épaulent, au quotidien, les entreprises représente un euphémisme. Mais nous pouvons dorénavant écrire qu’en Bourgogne Franche-Comté, ils aident également les étudiants… Pour preuve, « la grande mobilisation » que l’Ordre des experts-comptables de Bourgogne Franche-Comté a lancée et qui s’est traduite par une distribution de taille au Délirium Café le 1er avril dernier.

« Nous avons constaté que les entreprises que nous accompagnons n’ont pas eu recours, cette année, aux jobs d’étudiants. Quand l’on sait que, par ailleurs, les étudiants ont une vie compliquée avec, notamment, les cours en distanciel, nous nous sommes dits qu’il y en avait forcément en grandes difficultés. Et nous sommes une profession qui s’intéressent aux jeunes, qui sont nos salariés de demain. Nous faisons tout pour ceux qui se destinent à nos filières, en s’organisant afin de les accueillir et de ne pas briser leur cursus, mais nous avons voulu faire plus », explique Eric Corret, président de l’Ordre des experts-comptables de Bourgogne Franche-Comté.
Ayant l’efficacité inscrite dans ses gènes, l’Ordre a souhaité monter une action exemplaire en s’appuyant sur ceux qui ont un véritable savoir-faire en matière de solidarité : le Secours populaire français. Et, afin de cibler au plus près les étudiants en difficulté, il a également fait appel à la Febia (Fédération étudiante de Bourgogne interassociative) ainsi qu’à l’épicerie sociale Epi-Campus. Ajoutons à cela les établissements du Castel, de Saint-Bénigne et de l’école de commerce BSB avec qui l’Ordre a également des liens de proximité…

Le Délirium Café, lieu emblématique

« Il nous fallait également un lieu emblématique pour la distribution. En lien avec nos activités et nos valeurs, nous avons choisi un bar du centre-ville dijonnais, Le Délirium Café, afin de montrer que l’on n’oublie pas ces établissements. C’était un joli clin d’œil », détaille également Eric Corret, qui s’est félicité que « cette opération a pu afficher son utilité à 240 étudiants ».

Chacun des bénéficiaires a pu repartir « avec deux paniers comprenant des fruits et légumes frais mais aussi des épices pour les étudiants étrangers, des produits de première nécessité… » Pour une valeur de 50 € !

Car l’appel à générosité a trouvé un bel écho dans les cabinets de Bourgogne qui, en seulement deux semaines, ont réussi à récolter 12 000 € : « Les experts comptables et leurs équipes se sont fortement mobilisées. Certains ont même fait appel à leurs clients. Il était important que cela aille vite car les gens dans le besoin ne peuvent pas attendre… Nous avions envie d’agir et de le faire rapidement et bien. Ce fut aussi l’occasion de mettre en lumière ceux qui œuvrent au quotidien pour les personnes en difficultés. Et, forts de cette expérience, nous renouvelons cette opération sur le même principe à Besançon avec, cette fois-ci, l’aide des cabinets de Franche-Comté. Et nous sommes aussi intervenus au lycée Mathias de Chalon-sur-Saône ».
Un principe vertueux à plus d’un titre parce que, dans le même temps, l’Ordre a placé les projecteurs sur le modèle du mécénat « qui n’est pas encore suffisamment connu ». Un modèle qui, dans la période compliquée que nous connaissons, pourrait faire… école !

Camille Gablo