Laurence Bagot : un « geste d’or »

Entre ses dix et quinze projets en cours, la Dijonnaise Laurence Bagot nous consacre quelques minutes pour évoquer ses activités et particulièrement celle qui l’a menée à Vaux-le-Vicomte. Laurence vient en effet de recevoir pour ses parcours sonores immersifs le prix « le Geste d’Or / Heritech » qui distingue des initiatives de numérisation patrimoniale.

Dans ce château à l’histoire passionnante, les visiteurs et visiteuses de tout âges déambulent désormais le regard dans le vague, le sourire aux lèvres, se dirigent vers la fenêtre pour apercevoir un feu d’artifice inexistant… C’est qu’ils ont sur les oreilles un casque d’où une histoire leur est racontée. Grâce à un son binaural (spatialisé à 360°), ils découvrent une fiction qui fait revivre les grands personnages de Vaux-le-Vicomte : Fouquet, Louis XIV, Le Nôtre, Le Vau, Le Brun…

Cette nouvelle manière de visiter un lieu d’histoire, Laurence l’a mise sur pied après plusieurs constats : « J’ai réalisé que les tablettes sont un obstacle à la véritable observation, et nous passons suffisamment de temps sur les écrans pour nous en séparer quelques minutes. J’ai aussi appris que le son arrivait plus vite au cerveau que l’image, c’est à dire qu’il créé un univers qui transporte les gens ailleurs, la réalité augmentée sonore permet une dramaturgie au milieu d’un décor et donc de relier connaissances et sensations. Les visiteurs entendent ainsi des chuchotements dans leur oreille gauche, les crépitements d’un feu sur leur droite ou les pas dans les escaliers derrière eux ». Une méthode qui émerveille tous les profils et donne une grande liberté : la visite se déroule au rythme de chacun, la mère et le fils peuvent suivre un parcours différent tout en se tenant la main car c’est en passant devant des bornes à peine visibles que la scène suivante se déclenche. Une autonomie qui permet aux visiteurs de pleinement s’immerger dans l’histoire.

Pour la dramaturgie, Laurence a mobilisé des auteurs qui ont imaginé un parcours adulte autour de l’affaire Fouquet et un parcours enfant sur l’histoire de Vaux-le-Vicomte. Une rigueur qui a valu à Laurence et sa société de production audiovisuelle « Narrative » dont elle est co-fondatrice et productrice, d’être choisies en 2017 parmi d’autres projets pour renouveler les parcours de visites du château. Depuis, le succès ne se dément pas et le pari de créer une visite culturelle à la fois accessible à tous et exigeante est réussi. « Ce qui m’a toujours intéressée c’est de raconter des histoires dans des lieux patrimoniaux, de faire vivre ces endroits, évidemment grandir dans une ville avec autant de bâtit historique que Dijon m’a aidée à m’intéresser au passé et d’ailleurs ses ruelles pourraient tout à fait devenir un décor ».

Abordable et stimulante, cette méthode est aussi très utile en période d’épidémie puisqu’elle est tout à fait compatible avec les gestes barrières les plus élémentaires !

C. C