Transition énergétique : La meilleure… RESPONSE

Au cœur de la Fontaine d’Ouche, débutera le 1er octobre prochain un projet d’envergure de réhabilitation énergétique et de bâtiments intelligents. Intitulé RESPONSE, celui-ci a été retenu par la commission européenne et inscrit un peu plus la métropole dijonnaise dans les territoires d’avenir. Pleins feux… sur ce défi énergétique.

Il faudra patienter pour savoir si Dijon remporte la finale du concours de la capitale verte européenne, à laquelle elle doit se mesurer, dans le sprint final, à Turin, Tallin et Grenoble, mais, une chose est sûre, la capitale régionale a d’ores et déjà marqué des points auprès de la Commission européenne. Le 20 avril dernier, la métropole était en effet retenue dans l’appel à projet européen intitulé « H2020 villes et communautés intelligentes » destiné à financer des solutions innovantes en faveur de la transition énergétique et de l’optimisation des ressources par le biais de systèmes hautement intégrés. Il faut dire que le projet RESPONSE, comme l’explique Jean-Patrick Masson, vice-président de Dijon métropole en charge de la transition écologique, des déchets et des énergies renouvelables, « représente la plus importante expérimentation française portant sur de la réhabilitation » : « Celui-ci conjugue à la fois de la réhabilitation thermique, de la production d’énergie mais aussi – et c’est là où réside la grande originalité – le monitoring de l’ensemble. Nous aurons des énergies provenant du réseau de chaleur urbain, du photovoltaïque local mais aussi des énergies gérées par du stockage spécifique (par batteries automobiles connectées au réseau ainsi que le stockage par eau chaude) ». Et RESPONSE d’afficher une réelle ambition puisqu’il ne concerne pas moins de 377 logements dans le quartier de la Fontaine d’Ouche au sein de bâtiments des deux bailleurs sociaux majeurs de la Côte-d’Or : Grand Dijon Habitat (avec l’îlot Franche-Comté) et Orvitis. Le gymnase de la Fontaine d’Ouche mais aussi les groupes scolaires Colette, Buffon et Anjou sont concernés par cette réalisation d’envergure débutant au 1er octobre prochain et devant se poursuivre durant 5 ans. Les 2 premières années seront consacrées aux travaux de réhabilitation proprement dit, les suivantes étant destinées, quant à elles, à l’évaluation et au monitoring de l’ensemble. A terme, celui-ci devrait produire, par une gestion très fine en lien avec On Dijon, plus d’énergie qu’il n’en consommera… A noter que tout sera également fait pour que les habitants – les premiers concernés au demeurant – s’approprient pleinement cette évolution en participant à ce projet qui pourrait être, par la suite, dupliquer à l’échelle internationale, Bruxelles, Saragosse, Botosani (Roumanie), Eordaia (Grèce), Gabrovo (Bulgarie) et Severodonetsk (Ukraine) s’étant inscrites comme « villes suiveuses » dans ce programme européen dont le budget total dépasse les 23 M€.

C’est, en tout cas, une véritable vitrine pour les actions de la métropole afin de répondre aux défis de la transition énergétique et de la ville intelligente. Mobilisant nombre de partenaires, tels EDF, Bouygues, OnyxSolar, Coriance, Nano Sens, l’Université de Bourgogne, le Rectorat, l’Ecole supérieure des travaux publics (ESTP)… mais aussi différentes start-up locales, cette réalisation de taille mettra en valeur les savoir-faire du territoire dans ce domaine particulièrement porteur. C’est, ainsi dans la quartier Politique de la Ville de la Fontaine d’Ouche, la meilleure… RESPONSE… à la transition énergétique !

Camille Gablo