Patrick Jane a fait des émules

Le mentalisme a toujours été au cœur des polémiques. Entre talent d'observation et manipulation/réalité et illusion, les avis divergent. Les plus réfractaires d'entre nous ont certainement peur de perdre le contrôle de la situation. Pourtant être mentaliste nécessite bon nombre de connaissances et une assurance certaine.
Il s'agit avant toute chose de bien se connaître et quelque part être sûr de soi. L'écoute est primordiale, tout comme l'analyse du langage non-verbal. La gestuelle est tout aussi révélatrice que la parole... La direction du regard, les expressions du visage, le rythme respiratoire ou bien avoir les bras croisés sont des éléments utiles pour étudier les comportements La psychologie, l'hypnose ou l'illusion sont différentes méthodes utilisées afin d'établir une relation avec l'autre.

N'oublions pas que cette profession a connu un coup d'éclat grâce à la série télévisée Mentalist, avec Simon Baker dans le rôle de Patrick Jane, consultant pour le California Bureau of Investigation (CBI). Patrick Jane est une sorte de Sherlock Holmes des temps modernes puisque ses facilités/facultés d'analyse et de déduction lui ont permis de résoudre de nombreux crimes, sans jamais oublier son enquête majeure, l'arrestation de l'assassin de sa femme et de sa fille, John le Rouge.

Forte de son succès et de ses 151 épisodes divisés en 7 saisons, de nouveaux talents ont émergé. Même s'il est difficile de lister le nombre de mentalistes de par l'étendue de leurs compétences, ils sont nombreux à avoir connu une ascension, tels Pascal de Clermont, Fabien Olicard, Xavier Nicolas ou encore Viktor Vincent.

Parce que chaque profil est unique, chaque professionnel a sa propre façon de travailler.

Les mentalistes dernière génération affichent, en effet, une grande polyvalence, notamment en partageant leurs savoir-faire de différentes manières. Intervenir dans les entreprises pour améliorer la communication, coach mental ou encore se produire sur scène avec pour objectif de convaincre toujours plus de monde... Les possibilités pour répandre cet art sont nombreuses.

Jeanne Pierre