GRETA 21 : Savoir-faire, solidarité et réactivité

 

 

« L’année 2017-2018 s’avère fructueuse. Quatre mille, c’est le nombre de personnes que nous avons formées. Et ce, en suivant à la lettre notre éthique : être au service des gens, les valoriser… » C’est en ces termes que Michel Gey, président du GRETA 21, se félicite d’un bilan positif qui se traduit par un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros.

 

Il convenait donc de ponctuer cet excellent millésime d’une marque d’humour-maison, d’un petit clin d’œil. Chose faite, sous forme d’un logo  « Made in GRETA 21 » qui allie à la fois une esthétique très parlante -un code-barre-  et une signification symbolique - les barres dudit code suggérant des marches à gravir. « Nous gardons bien évidemment le logo académique officiel du GRETA 21. Mais avec ce nouveau graphique, nous avons tout simplement voulu une déclinaison plus simple, une touche plus personnelle tout à fait idoine pour certaines de nos manifestations. Christine Renaudin-Jacques, notre directrice de communication, et Tadéas Tavaly qui effectue une formation dans la filière « Réalisation de produits imprimés et plurimédia » en sont les créateurs. Il va de soi, que ce code-barre se fonde sur l’idée que le GRETA 21 est là pour aider tous ceux qu’il forme à franchir des étapes, à en décrypter les difficultés afin de mieux vaincre », confie également Michel Gey.

 

 

Ce code-barre GRETA 21 décore d’un sceau original des sacoches en toile bleu marine. Et portée à l’épaule ou à la main, une de ces jolies sacoches vous transformera en élégant porte-drapeau ! Une façon d’être fort justifiée car l’organisme de formation a le vent en poupe : ne recevant aucune subvention, il réalise son chiffre d’affaires avec les marchés qu’il remporte et qui se répartissent ainsi : 60% proviennent du secteur privé, 40% du secteur public. Michel Gey se plaît à insister sur « cette balance intéressante, dans la mesure où le secteur privé représente notre plus grosse part et s’avère moins aléatoire que les commandes publiques… »

Le succès des 24 sites du GRETA 21 provient aussi en grande partie de sa réactivité, dès qu’une demande se fait jour, même au cœur de l’été ! Explication de Michel Gey : « Nous avons une cellule de veille permanente ! »

Efficacité, voilà le mot d’ordre ! Le GRETA 21 occupe ainsi le marché – fort porteur – de la fibre en Côte d’Or. De même, il s’est taillé une place prépondérante dans le secteur de l’éolien, celui du « contrôle non destructif » ; il se montre très en pointe dans les technologies touchant à la sécurité ou la maintenance des barrages ainsi que des cuves nucléaires. De même, il est en très bonne place pour sa  filière de ressuage et… Bourgogne oblige, dans celle de l’hôtellerie/restauration.

Marie-France Poirier

 


 

PETIT LEXIQUE

Le ressuage est une technique de contrôle surfacique qui permet de déceler les défauts débouchant sur tous types de matériaux non poreux. C’est une technique, qui nécessite une mise en œuvre rigoureuse pour garantir une sensibilité optimale.

L’ensemble des techniques de contrôle non destructif (CND) consiste à détecter, à dimensionner et à suivre l’évolution de certains défauts en surface ou au cœur de la matière. Mises en œuvre sur les plateaux techniques du GRETA 21, celles-ci permettent ainsi d’optimiser la qualité et la sécurité des produits et installations sans dégradation ni perte d’intégrité.