Jet d’encre : Le mitigeur

J’avais décidé de m’abonner à la Télé de Mandarine, la télé sans pépins. J’aimais bien son petit logo sympa qui me rappelait les Pays-Bas et le port d’Amsterdam… On m’a remis une « live box » et une « télécommande » : quoi de plus normal ? Il faut toujours faire ce que la télé commande. Visiblement, les télémandarins ne connaissaient pas le mitigeur : comme ils ne semblent pas avoir inventé l’eau chaude, je me suis retrouvé avec deux télécommandes : une pour la « Mandarine » et une pour… la douche froide. Crois-tu qu’un jour un âne inventera le télémitigeur pour que tu cesses de te prendre la tête à inverser les télécommandes et à regarder tomber la neige sur ton écran ?

Ce jour-là, donc, je souhaitais regarder la finale de la Coupe d’Europe à 21 heures et, à cause des télécommandes, je me suis mis devant la télé à 16h. Dans les stades, on te fouille, ce qui perd un temps considérable, il est équitable que tu en fasses autant avec la Télé de Mandarine, sauf que là, c’est toi qui fouilles à la recherche d’un programme. Autrefois tu allumais ton poste avec un bouton, aujourd’hui tu passes plusieurs heures devant une mise à jour avant de regarder pour la énième fois le fameux documentaire « Bienvenue sur la Télé de Mandarine, ne touchez pas à votre télécommande ! » Quand ça ne plante pas pour le débit ou pour le réseau, tu t’évertues à taper ton mot de passe voyelle-consonne-consonne-majuscule-deux-cinq-etc. en jouant à Des chiffres et des Lettres, le seul jeu télévisé que tu peux pratiquer avant de le regarder.

En cas de problème, tu appelles une boite vocale et tu vas à la pêche à quelqu’un qui vit après avoir tapé le deux, le dièse, l’arobase et le douze ; c’est un peu comme chez Castorabane quand tu cherches un vendeur. Quand tu trouves l’oiseau rare, qui niche en Tunisie, tu dois répondre à une foule de questions sur la Coupe d’Europe :

- Quel est votre numéro de téléphone, demande la voix douce ?

- Sans doute celui qui s’affiche sur votre écran, répliques-tu, puisque je n’utilise plus les signaux de fumée à cause de la pollution.

- Quelle est la date de votre contrat ?

- La même que celle de ma machine à laver, car je me suis abonné le même jour chez vous… à cause du hublot.

- Avez-vous allumé votre téléviseur, poursuit-elle ?

- Pas vraiment ! Je l’ai laissé à la cave dans son carton de peur de l’abîmer.

- Ce même téléviseur est-il physiquement relié à la live box par un câble RJ45HGF1247 ?

- À vrai dire non ! Une extrémité est correctement branchée – pardon connectée ! – mais par mégarde j’ai mis l’autre dans un pot de fleurs… des cactus…vous connaissez Dutronc.

Après ce dialogue fructueux, on t’annonce qu’un technicien passera chez toi dans les deux mois et qu’en attendant tu devras contempler la radio…

Malgré ce coup de massue, tu ne te décourages pas et tu es récompensé, car un miracle survient : tu tombes sur une vraie Personne, en chair et en décibels, qui se met en quatre pour te dépanner : tu souffles enfin, tu respires, tu revis, tu voudrais l’embrasser car tu pourras peut-être voir la deuxième mi-temps. C’est au milieu de ce pur bonheur que la boite vocale de la Télé de Mandarine reprend ses droits un peu comme les infos de l’autoroute quand tu écoutes Le Téléphone de Nino Ferrer. Elle t’annonce avec une voix de Carabox que ta session a expiré…

Et là, TU PLEURES, car tu n’auras même pas droit aux tirs aux buts.

ALCESTE