Les brèves de Jeanne Vernay

Rendez-vous incontournables

Les visites-conférences dominicales du Musée Magnin sont toujours de grands moments qui permettent de s’ouvrir l’esprit et de s’offrir des incursions dans les arcanes des œuvres exposées de façon permanentes ou sorties, pour l’occasion, des réserves. C’est l’historien-conférencier passionnant Fred Augelon qui sera notre cicérone à 11 heures les 20 novembre avec la thématique décapante : «  Ca, j’aime pas ! » et 27 novembre pour un voyage dans « l’Orientalisme dans les collections ».

Les femmes ont du talent

Soroptimist International est une ONG de femmes engagées dans la vie professionnelle et sociale qui œuvre à promouvoir les droits humains pour tous, le statut et la condition de la femme, l’éducation, l’égalité, le développement et la paix.

Le club de Dijon organise un salon « Talents de femmes » les 19 et 20 novembre à la salle du Conseil Départemental 1 rue Joseph Tissot à Dijon, où vous pourrez découvrir des artisanes aux mille talents.

En accord avec ses objectifs de solidarité, les fonds récoltés lors de ce salon seront reversés à l’association « HABITAT & HUMANISME » Côte d’Or.

Pour plus d’informations : http://dijon.soroptimist.fr

« Tempête » sur le Lions Club

Les clubs lions de la zone 21 organisent le dimanche 27 novembre à 16 heures au cinéma Cap vert de Quétigny, l’avant première de « Tempête », film spectaculaire, familial, avec du suspense et de l’aventure, une évocation passionnée du monde des chevaux, mais aussi une histoire touchante sur le handicap et la persévérance.

Prix des places 14€. 

7€ pour le cinéma et 7€ qui seront destinés au soutien du handicap sportif en la personne d'Heidi Gaugain, cycliste qui a remporté deux titres de championne du monde en catégorie valide avec un vélo financé par les Lions. Elle a bien sûr besoin de davantage de matériel pour poursuivre ses exploits individuels ou en équipe de France.

Achat des places auprès de Géraldine Givry, présidente du Club Lions Dijon Sud, au 06 64 86 55 68. Les bracelets d’entrée réservés pourront être retirés à la boutique Mahasiah, 24 rue de la Chouette, à Dijon. Sinon possibilité de les prendre directement au cinéma du CAP Vert mais leur nombre est limité.

Nuisances et délinquances

La récurrence des phénomènes d'incivilité, de nuisances de voisinage et de délinquance dans le parc HLM ont conduit le préfet de la Côte-d’Or, Franck Robine, le maire de Dijon, François Rebsamen, le procureur de la République, Olivier Caracotch, le directeur départemental de la sécurité publique, Bruno Gallot et les bailleurs sociaux, à établir au travers d’une convention, un plan d'actions en vertu duquel ils s'engagent, dans le cadre de leurs responsabilités respectives, à agir de manière coordonnée afin d'apporter les réponses adaptées à toutes situations mettant en cause la tranquillité publique et résidentielle, ainsi que la sécurité publique. Cette convention s'inscrit dans le cadre du contrat de sécurité intégré signé le 21 mai 2021. Les dispositions de cette convention s'appliqueront à tout le parc à loyer modéré de la ville de Dijon. Elles visent, ainsi, à garantir la jouissance paisible des lieux, la tranquillité et la sécurité des résidents, des personnels des bailleurs sociaux mais aussi des tiers privés et intervenants institutionnels présents sur leurs emprises.

Nouvelle apparition à la Chapelle des Elus !

Sur une invitation de l’Office de Tourisme de Dijon Métropole, le musée du Consortium a installé, jusqu’au 2 janvier, la sculpture Love de l’artiste coréen Gimlongsok dans la chapelle des Elus (11 rue des Forges). Il s’agit là d’une œuvre issue des réserves du Consortium Museum qui prend une dimension nouvelle et dérangeante – dans le sens noble du terme – grâce au cadre prestigieux de ce sanctuaire baroque. Le somptueux décor sculpté des parois de l’édifice, dû au talentueux artiste dijonnais Claude Saint-Pierre, évoque la chapelle du Château de Versailles. L'Autel de marbre est une pièce remarquable réalisée par Servandoni ; il est surmonté du tableau immense de « La Déposition de la Croix » de Jean Jouvenet. L’œuvre de Gimhongsok reprend en le déformant et en la cabossant - tout un symbole de l’usure du sentiment humain ! - le fameux Love mondialement connu de Robert Indiana conçu en 1961. Le Love de Gimhonsok se révèle parfait colocataire de cet édifice jadis consacré à Dieu, puisque l’art du baroque implique la séparation du monde et de l'esprit humain, et donne à penser que l'essentiel ne se donne jamais. A nous de nous satisfaire des apparences...

Le quotidien fait feu de tout bois !

La Maison de l’Architecture de Bourgogne présente au Consortium Museum une exposition plus que jamais dans l’actualité : celle-ci rassemble en effet jusqu’au 15 janvier vingt-cinq projets d’architectes de Bourgogne Franche-Comté mettant en vedette le bois dans tous ses états ! L’exposition fait la démonstration des qualités de construction de ce matériau, tant du point de vue esthétique que technique, ne serait-ce que parce qu’il répond aux enjeux climatiques auxquels est soumise la profession. Un cycle de conférences au 37 rue de Longvic est d’ailleurs programmé pour satisfaire aux questionnements du public les mercredis 23 novembre, 14 décembre ainsi que le 11 janvier 2023. Cette manifestation d’envergure a requis la participation des Ateliers Zéro Carbone Architectes, Archidium, Bernard Quinot architectes § associés , ABW Warnant Architectes avec Jean-Christophe Bounon, Architectures Amiot-Lombard, Marcel Baty, Architectures A. Scaranello, AMD architectes, Ingénieurs Topoiein Studio, B.A.U Architectes, Didier Salon et Bessard Architectes.

En voiture... Fenay !

La commune de Fénay dispose désormais d’une aire de covoiturage de 49 places aménagée et sécurisée, en lieu et place d’un précédent espace jusque-là non aménagé, utilisé par 20 à 30 véhicules par jour. Identifié par une signalétique renforcée, le nouvel espace favorise les mobilités durables (abri pour covoitureurs, arceaux vélo) sur un terrain propice à la récupération des eaux pluviales (revêtements perméables, noues, captage des éventuelles pollutions, espaces végétalisés, ...), doté également de lampadaires solaires.

Ce projet de voir s’établir une nouvelle aire de covoiturage est une réponse aux besoins de sécurisation de l’espace ainsi qu’un accompagnement à une démarche s’inscrivant à part entière dans le développement durable et la transition écologique, dans laquelle la collectivité est résolument engagée.

L’opération, située à proximité de l’autoroute A311, d’un coût total de 320 000 euros, a été financée à hauteur de 246 670 euros par APRR dans le cadre du Plan d’investissement autoroutier 2018-2022 et soutenue à hauteur de 73 330 euros par Dijon métropole.

Un Goncourt de peu de poids

Vous n’avez jamais rien lu des bouquins écrits par Brigitte Giraud ? Rien de dramatique, car votre « bas de laine » culturel n’en souffrira pas le moins du monde. Le seul talent qui lui a valu le tout nouveau Prix Goncourt pour son livre «  Vivre Vite » est d’appartenir au genre féminin désormais sacralisé et « intouchable » dans tous les sens du terme : il est aujourd’hui de très mauvais aloi d’émettre le moindre doute sur les capacités créatives de l’une de ces sous-amazones des Temps modernes. Il s’agit là d’un ouvrage sur le deuil, qui, en réalité, s’avère d’être le remake d’écrits précédents sur la perte de son mari. Sans jouer les méchantes sorcières, disons que la dame jouit d’une bien petite écriture et qu’il lui manque beaucoup de choses pour atteindre l’universel d’un Rainer Maria Rilke. Mais il est vrai qu’il n’était qu’un pauvre diable d’homme, poète génial de l’intime et de l’invisible de la mort …