Les brèves de Jeanne Vernay

Salon du Mariage

Vous avez aimé le salon 2021, salon du renouveau après le pénible épisode Covid, découvrez le salon 2022 qui fête ses 20 ans. Un anniversaire haut en couleurs qui vous attend les 8 et 9 octobre prochains à Dijon Congrexpo avec une nouvelle scène et un nouveau décor, l'art de la table mis en scène, un gâteau d'anniversaire exceptionnel, des démonstrations et dégustations, défilés spectacles, bar lounge, restauration, un voyage de noces et des cadeaux pour les futurs mariés. Un salon riche de surprises et d'émotions, le salon de toutes les audaces, pour faire rêver le visiteur. Notez aussi que l'expression « mariage plus vieux, mariage heureux » n'a jamais été autant d'actualité. La grande différence est l'âge des mariés. En quelques décennies, ils ont pris dix ans. D’ailleurs 70 % des couples qui se marient ont déjà un ou plusieurs enfants. C'est pourquoi une garderie d'enfants est prévue sur le salon de Dijon durant les deux jours. 

Le salon du Mariage de Dijon accueille cette année 80 exposants, tous professionnels, pour apporter des conseils précieux dans la préparation de ces événements8 et 9 octobre à Dijon Congrexpo, 3 000 m² dexposition, 6 défilés, entrée : 7 €

Le retour de la Chocolaterie

Voici une information délicieuse… notamment pour les inconditionnels des célèbres escargots en chocolat de la Chocolaterie de Bourgogne. Et ils sont nombreux… Après des années particulièrement difficiles, qui avaient conduit à une cessation d’activité en mars dernier, cette entreprise vient de rouvrir ses portes sous l’impulsion de son ancien directeur général. Nous sommes loin des centaines d’emplois que cette Chocolaterie a connu à son apogée mais c’est une excellente nouvelle !

Porsche : la route des souvenirs

Qui ne s’est jamais imaginé au volant de la mythique 911 S de Steeve McQuenn avec lequel il lança son film Le Mans ? Ou bien celle que Tom Cruise pilote dans Top Gun ? Pas grand monde, nous répondrez-vous à n’en pas douter… Le Centre Porsche Dijon est à l’origine d’une belle initiative, et ce, afin de baliser, au présent, la route de nos souvenirs. En parallèle à son service Porsche Drive – un service de location courte durée permettant d’accéder à toute sa gamme actuelle de véhicules –, celui-ci met à votre disposition une flotte de véhicules anciens. Ne manquez pas ainsi par exemple une Porsche Targa rouge (sublime, devrions nous ajouter). Le boxeur Bilel Latreche, partenaire de ce Centre, l’a testée sur la route des Grands Crus. Nous pourrions plutôt dire qu’il l’a consommée sans modération aucune, tellement, comme il nous l’a confié à l’issu de cet essai, son plaisir fut total… Une « pause des plus agréables » pour le boxeur dans la préparation de son combat contre la « terreur de Bogota », Deneb Diaz, qui enflammera le palais des Sports le 29 octobre prochain. Tout comme Bilel Latreche, vous pouvez désormais, vous aussi, participer à la légende en vous mettant au volant de Porsches mythiques. Bonne route…

Nuit du Droit

La Nuit du Droit tiendra sa quatrième édition au soir du 4 octobre, jour anniversaire de la Constitution de la Ve République. Véritable événement culturel organisé sur l’ensemble du territoire, elle a le dessein de sensibiliser le grand public aux principes et aux métiers du Droit, tout en rapprochant les citoyens des professionnels de ce secteur. Après une édition 2021 ayant remporté un vif succès, plusieurs institutions ont décidé de renouveler leur participation cette année ; dans la cité des Ducs, le public est convié en accès libre à un « ciné-débat » sur le thème du Droit de l’Environnement qui se déroulera de 18 à 20 heures au Cinéma Olympia, avenue Foch. La soirée sera conduite par le Tribunal judiciaire, le Tribunal administratif, le barreau de Dijon, auxquels se joindront des représentants de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques et Politiques de l’Université de Bourgogne. A partir de la diffusion du documentaire « Insecticide, mon amour », suivi d’un concours de plaidoiries par équipe…

Louis Delort aux Feuillants

Il fut finaliste du premier The Voice et de The Voice Old Stards. Il fut aussi la vedette de « 1789 les amants de la Bastille » et meilleur espoir aux NRJ Music Awards. Nous voulons bien évidemment parler de Louis Delort. Ne le manquez pas le 15 octobre à partir de 20 heures au Théâtre des Feuillants à l’occasion d’une soirée organisée à l'initiative du Lions Club Dijon Sud. Et ce, aussi (et surtout) parce que les bénéfices sont destinés au service oncologie pédiatrique du CHU Dijon Bourgogne. Ils financeront des mallettes pédagogiques adaptées à l'âge et au sexe des enfants qui les suivront tout au long de leur combat. Elles contiennent de petits livrets parlant de la maladie, des soins, de la vie à l’hôpital, etc. Entrée 20 euros ,12 euros jusqu'à 12 ans inclus.

Un document précieux

Les Archives départementales de la Côte d’Or viennent d’acquérir un trésor : une ordonnance de l’hôtel de Philippe le Bon, rédigée à Lille en 1424. Long de 3 m et constitué de parchemins cousus entre eux, ce document avait pour visée d’organiser la vie de l’hôtel ducal, en d’autres termes de l’entourage princier, qui, à l’époque, était itinérant. Il énumère les différents princes et seigneurs participant à la cour du duc, en les classant par fonction : d’abord, les chevaliers et conseillers, tous membres du conseil ducal pour remplir un rôle politique éminent dans la conduite du duché. Ensuite, les 40 chambellans, suivis de 5 maîtres d’hôtel et des nombreux officiers de cuisine, échansons, fruitiers, pannetiers… Les chapelains, les secrétaires ferment la liste. Véritable photographie de la cour ducale sous Philippe le Bon, ce document apporte plusieurs informations de taille : l’identité des fidèles du duc, membres de vieilles lignées bourguignonnes comme les Vienne, ou de familles venues du centre de la France, à l’instar des La Trémouille, des Pot… L’observation détaillée de l’ordonnance renseigne également sur la progression sociale réservée aux fils des seigneurs les plus fidèles. Le précieux document, déjà valorisé par un court film documentaire que l’on doit à Luca Peugeot, représente une véritable Bible sur la cité des Ducs !

Résistance

Une exposition se tient actuellement aux Archives départementales pour mettre en lumière le réseau Grenier-Godard qui résista à Dijon de 1940 à 1942. On devrait plutôt écrire « remettre dans la lumière » puisque, aux brefs honneurs d’après-guerre, a succédé un oubli pratiquement complet aboutissant à une véritable sortie de l’Histoire et de la mémoire collective. Le réseau dijonnais Grenier-Godard fait partie de ces réseaux pionniers qui ont été peu à peu oubliés. Pourtant, ses membres, tous d’une famille du quartier Saint-Michel, dès juin 1940, ont refusé la défaite et l’Occupation. Et rapidement, sous l’impulsion de Blanche Grenier-Godard, une infirmière militaire aidée par ses deux jeunes fils, naît un réseau qui va se développer très vite, localement, nationalement même, pour atteindre en deux ans un effectif de plusieurs centaines de personnes. Les activités clandestines se multiplient : fourniture de faux-papiers, hébergement de milliers de prisonniers évadés, passages de la ligne de démarcation, aide aux Juifs, collecte de renseignements pour Londres… Le tout sous la menace de la botte de l’occupant… En juillet 1942, Blanche Grenier-Godard et son fils René, dénoncés, sont arrêtés et envoyés en Déportation. Si la première peut être libérée par les alliés en 1945, le second décède à 19 ans au camp de Dora. « Une femme, une famille, un quartier de Dijon, un engagement précoce, une répression féroce… » sont donc les éléments essentiels d’une exposition qui doit être largement visitée… Afin que le réseau Grenier-Godard soit mis, remis à sa place de « Pionnier de la Résistance » (Exposition aux Archives départementales, 8 rue Jeannin, de 8 h30 à 12 h et de 13 h30 à 17 h tous les jours sauf le samedi et le dimanche, jusqu’au 31 janvier).