Association SPEAK : Encourager à parler, éduquer à entendre

Le jour de ses 18 ans, Emma décide d'agir : victime de violences diverses depuis plusieurs années, elle va créer l'association qu'elle aurait aimé croiser quelques temps plus tôt, une association qui s'adressent aux jeunes.

Elle le sait pour l'avoir vécu, les enfants maltraités ne sont pas assez entendus ni pris en charge à la hauteur du mal qui leur est fait. Un terrible manque de formation existe notamment au sein de l'Education nationale, provoquant souvent le découragement des enfants qui tentent de parler. Emma cite cet enfant de 11 ans qui a alerté l'une de ses professeurs : « Maman se fâche très fort, je n'ai pas envie de rentrer chez moi », phrase restée sans réponse ni agissement. Un autre jeune garçon a dit à son instituteur que son papa le frappait, lequel a répondu que c'était bien normal avec toutes les bêtises qu'il fait. Bien sûr il existe des cas où l'école a alerté les services concernés, mais Emma a jugé urgent de former les adultes. L'association SPEAK agit donc en prévention auprès des personnes volontaires, pour aider à décoder les mécanismes de défense ou les comportements qui doivent attirer l'attention mais qui, trop souvent, passent inaperçus : enfant toujours dans la lune, fuite excessive du regard, posture systématiquement introvertie.

L'association agit ensuite auprès de différents publics. D'abord au sein de foyers de l'agglomération dijonnaise, avec l'organisation d'activités variées comme des sorties dans des musées, librairies ou au bowling, pour instaurer une relation de confiance avec des jeunes fragilisés et les aider à utiliser leur parole. « Des commissions assurées par des bénévoles sont également destinées à faire comprendre aux jeunes ce qui est autorisé, ce qui ne l'est pas, à ainsi faciliter les dénonciations et éviter la terrible solitude des victimes » explique Emma, aujourd'hui étudiante en lettres modernes à Dijon et qui attend fermement l'agrément qui lui permettra d'intervenir dans les écoles.

L'association s'adresse également au grand public et organise des événements comme le ciné-débat animé par Monique Minni, qui a créé un film à partir de dessins d'enfants victimes de violence et qui délivre des clefs d'analyse pour comprendre les appels au secours esquissés par un enfant. Autant d'actions qui ont attiré l'attention d'autres villes, une antenne de SPEAK est donc en cours de création à Paris ainsi qu'à Strasbourg.

Subventionnée par la ville de Dijon, l'association qui compte maintenant une trentaine de membres, recherche activement un local pour y installer un bureau fermé, et lance également un appel à un ou une psychologue qui accepterait d'accueillir bénévolement des jeunes pour des séances individuelles.

C. C

Association SPEAK

lemaildespeak@gmail.com

Facebook : Association SPEAK

Instagram : @assospeak

Formations annoncées sur les réseaux