ANS : « Dessiner ensemble nos projets »

Acteur économique local qui répond aux besoins du territoire et de sa population, ANS (Adoptez nos services) est une structure spécialisée dans les services à la personne. Elle organise le vendredi 10 décembre prochain, à Dijon (1), une journée d'échanges et de réflexions. Explications avec Karène Hélou, présidente, Didier Noël, directeur, et Karine Julien, chargée de développement.

Dijon l'Hebdo : Une journée pour échanger et réfléchir... Dans quel but ?
Karène Hélou :
«C'est une belle occasion de rappeler les fondements de notre structure, notre vision, et, bien sûr, nos projets. Nous voulons faire ressentir ce que l'on est. L'objectif est de contribuer à l'établissement de notre feuille de route pour les trois prochaines années et de bien la faire partager à tous ceux qui nous sont proches. Comprenez bien que notre projet sera le fruit d'un travail collectif avec toutes celles et tous ceux qui sont en mesure d'apporter une contribution efficace au travail que nous souhaitons mettre en place de 2022 à 2024. Dessiner ensemble, c'est notre volonté. Nous avons l'humilité de reconnaître que nous avons trop le nez dans le guidon, l'administratif et l'institutionnel pour être suffisamment créatifs. Nous avons besoin de la pertinence de toutes ces contributions, de tous ces ingrédients de réflexion, pour être encore plus efficient dans nos missions. Peut-être qu'on va nous renvoyer à des images, à des situations que nous n'imaginions pas. Il est important de ne pas se figer sur des archétypes. Faire connaissance, comprendre l'autre, le faire évoluer dans son regard, ses appréciations, qu'il soit client ou salarié. Là, on n'est plus dans la construction d'un projet mais bien dans l'échange ».

DLH : Qui est invité à cette journée ?
Karine Julien : « L'ensemble des acteurs ANS, que ce soit les personnes privées d'emploi, les salariés, les bénévoles, les prospects, les clients, les fournisseurs, les institutionnels... à qui on va proposer un exercice participatif. La journée débutera à 10 h 30 pour se terminer à 16 heures. Chacun vient quand il le veut et quand il le peut. 15 minutes, une heure, la journée... Un buffet sera offert à tous les participants ».


DLH : Quel sera le format de cette journée ?
Karine Julien :
« Il y aura trois ateliers dans la matinée : le salarié en inclusion, le client responsable et la communication avec ANS 2.0, pas pour être à la mode, mais surtout pour ne pas être hors jeu dans ce domaine incontournable. Faire vivre notre présence sur les réseaux sociaux pour se faire mieux connaître encore et pénétrer un peu plus l'intimité et le cœur de notre cible. Nous sommes bien conscients que le numérique va nous permettre de nous alléger de certaines contraintes administratives un peu lourdes.
Chaque atelier sera composé de 6 à 8 personnes avec systématiquement la présence d'un permanent, d'un salarié ou d'un bénévole d'ANS. Nous voulons instaurer un véritable débat et faire en sorte que cette journée fasse office de boîte à idées ».

DLH : Qu'allez-vous faire ensuite de ces contributions ?
Didier Noël :
« Derrière chaque atelier, il y a trois commissions -déjà mises en place- composées de volontaires décidés à construire quelque chose qui va s'inscrire dans la durée. Nous donnons un cadre et chaque commission s'organise comme elle l'entend et détermine son propre fonctionnement. Ces trois commissions vont exploiter au mieux toutes les contributions. Par exemple, pour « Le salarié en inclusion », le travail va se faire de janvier à avril avec une restitution dans le courant du printemps et la traduction en actions dès l'été 2022. Ce seront les membres de la commission qui viendront présenter leurs propositions ».

DLH : Qu'est-ce que l'inclusion ?
Karène Hélou :
« L’inclusion a pour principal objectif de prévenir la discrimination liée au handicap, à l’âge, au genre, au physique ou à l’orientation sexuelle. L’inclusion prend en considération chaque personne en tant que telle, comme un cas unique. Elle s’oppose à l’exclusion. et est par conséquent associée à l’égalité des chances pour tous et à l’acceptation de la diversité. Le mot « inclusion » est désormais bien inscrit dans le paysage. Peut-être même un peu trop. Aujourd'hui, il est employé à toutes les sauces. C'est, comme on dit, un terme à la mode. Nous, l'inclusion, on préfère la vivre que de l'évoquer. Nous essayons de faire passer cette idée que pour qu'un salarié travaille bien, on doit être à son écoute pour mesurer ce qu'il est prêt à fournir, à donner dans le cadre de son travail. Cela ne sert à rien de le pousser à donner plus qu'il ne peut car le risque serait de faire le constat d'une interruption brutale. Notre objectif, c'est de le voir évoluer dans toute l'acceptation du terme et de lui faire découvrir et apprécier ses compétences... et le travail qu'il fournit. Le client doit, de son côté, comprendre qu'il doit contribuer au parcours du salarié. On n'est pas dans la responsabilité juridique. Vous le voyez, la ligne de crête est très étroite ».

DLH : Comment est organisée ANS ?

Didier Noël : « L'équipe est composée d'une dizaine de permanents, de 450 salariés qui vont se répartir 7 000 contrats annuels de 900 clients différents. Ces clients, c'est 1/3 de particuliers, 1/3 de collectivités locales, mairies, communautés de communes, et un 1/3 d'associations et d'entreprises privées. On renouvelle la moitié de nos salariés tous les ans. Cela fait partie de nos obligations. Soit ils se dirigent vers un emploi, vers l'intérim, une formation... Ils ont, au demeurant, la possibilité de sortir de la structure dès qu'ils le souhaitent. En règle générale, une sortie est synonyme de bonne nouvelle ».

Propos recueillis par Jean-Louis Pierre

(1) Journée organisée au Complexe du Palais, 10 rue Léon Mauris, à Dijon.

Agence de Dijon
6, Impasse de Reggio
21000 Dijon
03 80 67 47 15

Agence de Semur-en-Auxois
1, rue de Verdun
21140 Semur-en-Auxois
03 80 96 03 12

ANS mode d'emploi

Que l'on soit particulieragriculteurartisanprofession libéraleune entrepriseune association ou une collectivité, ANS met à votre disposition des personnes pour effectuer diverses prestations comme le ménage, le repassage, l'entretien de vos espaces verts, le jardinage, le bricolage, les travaux de petites rénovations (peinture, petite maçonnerie...), l'aide aux déménagements...

ANS vous aide dans vos tâches quotidiennes en vous proposant une souplesse de fonctionnement (mise à disposition de personnes à l'heure).

ANS est l'employeur et à ce titre s'occupe de toutes les démarches administratives (déclarations sociales, contrat de travail, bulletin de salaire, paiement des charges sociales, couverture en cas d'accident ou d'arrêts maladie...).

ANS s'impose dans « le dernier kilomètre »

Ce projet fait aujourd'hui la fierté d'ANS. Intitulé « Le dernier kilomètre », c'est le seul qui a été retenu en Côte-d'Or dans le cadre d'un appel à projet « initiatives territoriales » lancé par le conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Un appel à projets qui a vocation à accompagner les territoires dans la sortie de crise sanitaire. Il doit permettre de faire émerger des initiatives collectives « emploi, insertion, formation » de court et moyen termes touchant des actifs en recherche d’emploi. Et ANS a fait la différence avec ce « dernier kilomètre » qui consiste à aller dans les 76 villes et villages de la communauté de communes des Terre d'Auxois pour rencontrer les élus, les habitants, différentes structures pour mettre en œuvre un partenariat territorialisé centré sur les besoins des personnes en recherche d’emploi.