Le Rotary à l’heure des JO de Tokyo

Conséquences de la crise sanitaire, le sujet du traditionnel concours du Rotary avait un an de retard... comme les Jeux Olympiques : « JO de Tokyo, étonnez-nous ». Trois équipes de trois établissements  ont participé à l'épreuve : une équipe de 2 couvreurs du CFA Antoine Rosati, un menuisier de Saint-Joseph et une équipe de 4 apprentis du Lycée des Marcs d'Or.

Les couvreurs avaient choisi d'utiliser d'autres matériaux que les tuiles, essentiellement le cuivre et le zinc. Ils ont reproduit le projet de grand stade olympique (abandonné car il ressemblait à un pot de chambre...) et la célèbre Tokyo Tower et les ont posés tous les deux sur une carte des îles japonaises en OSB peintes aux couleurs olympiques. De petits éléments en zinc figuraient certains sports et étaient disposés sur les autres îles. Cette œuvre a obtenu le prix de la Maturité : les jeunes sont déjà insérés en entreprises et leur voie est tracée. La difficulté du travail exécuté justifie parfaitement cette appellation.

Le menuisier de Saint-Joseph a présenté un modèle d’une partie du grand stade, construit après avoir dessiné puis conçu une maquette, utilisant différentes essences de bois et faisant aussi preuve d'imagination en représentant une porte traditionnelle torii, un virus Sras-Cov2, ou encore en représentant les drapeaux des nations sur des masques chirurgicaux. La précision du récit de la conception de son projet et la qualité de sa réalisation ont convaincu le jury de lui attribuer le prix des Jeunes Pousses, clin d'œil à son métier mais aussi à son avenir.

L'œuvre présentée par l'équipe des Marcs d'Or correspondait à un projet de classe mais les élèves ont su le personnaliser pour l'adapter au sujet. L'objet fabriqué, dénommé Butai, est une sorte de théâtre miniature qui s'emporte comme une valise et permet de faire du théâtre partout avec un lecteur qui lit au verso de feuilles représentant des scènes. Là, les dessins illustraient les sports des Jeux Paralympiques. La réalisation était soignée et le jury a été sensible à la jeunesse des élèves, en 2° année de CAP. C’est pour cela que leur a été attribué le prix de la Fibre, allusion à leur matériau préféré mais aussi à l’intérêt qu’ils sont en train de découvrir pour ce métier.