La belle histoire des Delaunay…

L’œnologue Catherine Delaunay, fondatrice avec son époux Laurent de la Maison Badet-Clément qui rayonne – et c’est peu de le dire – dans la production et la commercialisation des vins du Languedoc-Roussillon, figure parmi le jury du concours Vinidivio 2018. L’occasion de revenir sur la (très) belle histoire des Delaunay en Bourgogne…

La Bourgogne vineuse recèle bien des histoires… et c’est, outre ses climats qui lui valent l’étiquette de l’Unesco, ce qui fait son charme. Nous allons vous en conter une… qui pourrait entrer au Panthéon bourguignon ! Lisez plutôt… Il s’agit de l’histoire des Delaunay. A la fin du XIXe siècle, le fils d’un marchand de vin nantais décide de devenir négociant en vins de Bourgogne. S’orientant principalement dans les Côtes de Nuits et les Hautes Côtes, l’entreprise se développe au cours du XXe siècle et le nom s’impose peu à peu dans l’univers cher à Bacchus. Cependant, au début des années 90, son petit-fils tombe malade alors que la crise bat son plein. Et Jean-Claude Boisset, qui l’appréciait, propose de racheter cette maison. Ce qui est chose faite en 1992… L’arrière petit-fils Laurent Delaunay et son épouse Catherine, œnologues tous deux, demeurent 2 ans sous l’égide du groupe Boisset avant de voler de leurs propres ailes. S’intéressant aux vins de cépage, ils lancent Badet-Clément afin de commercialiser les vins du Languedoc-Roussillon, alors en plein renouveau. En partant d’une copie blanche, et devenus vinificateurs-négociants, ils vont écrire un grand livre puisque 20 ans plus tard ce groupe réalise 50 M€ de chiffre d’affaires ! Et ce grâce, notamment, à la marque de vins de cépage du Pays d’Oc, Les Jamelles, ou encore à la signature prestigieuse Abbotts & Delaunay, distribuée exclusivement en restauration et chez les meilleurs cavistes.

Jean-Claude Boisset « admiratif »

Ils rachètent en 2003 DVP (Domaines et Vins de Propriété) afin de reprendre pied en Bourgogne. La réussite est à nouveau au rendez-vous (environ 180 domaines leur font confiance) si bien que Laurent Delaunay propose le rachat de la maison familiale à Jean-Claude Boisset, véritablement « admiratif de qu’ils ont accompli ». Cette transaction intervient en 2017 et pas à n’importe quel moment puisque la signature se déroule… à la veille de la Vente des Vins des Hospices de Beaune !

Comme quoi cette (belle) histoire méritait bien que l’on s’y attarde quelque peu. A dessein de vous annoncer le concours Vinidivio 2018 ! Car Catherine Delaunay siège parmi le jury technique composé de très grands sommeliers, œnologues et présidé par le grand consultant Stéphane Derenoncourt.

Alors qu’elle était à Hongkong afin de développer l’exportation, elle n’a pas manqué de nous donner son point de vue les vins du Piémont qui sont passés à la loupe (et au nez) de ces professionnels chevronnés : « Ce sont des vins qui se rapprochent de ceux de la Bourgogne. C’est d’autant plus vrai pour leurs vins traditionnels, avec des tanins, crayeux eu égard au sol également calcaire. Ils possèdent un bon rebond en bouche, beaucoup de fruits, des notes épicées, de tabac blond… » Concernant la Maison Edouard Delaunay, dont ils sont à nouveau propriétaires, Catherine et son époux Laurent sont déjà passés à la vitesse supérieure. Comme toujours, devrions-nous écrire, depuis qu’ils ont pris leur envol… « Nous avons fait d’importants travaux dans les chais à L’Etang-Vergy où nous avons investi 1,5 M€ afin de pouvoir vinifier dans les meilleures conditions ». Ne doutons pas que la Maison Edouard Delaunay va rapidement retrouver sa superbe !