Spécial Orientation : Le lycée Eugène Guillaume à l’avant poste des métiers d’avenir

 

Le samedi 10 mars, à Montbard, sera une journée à part dans la vie locale, voire extra-régionale, avec l’opération portes ouvertes au lycée professionnel Eugène Guillaume. Car la réputation de l’établissement dépasse les frontières bourguignonnes pour certains de ses secteurs d’apprentissage, d’enseignement ou de formation continue. Parlons-même d’un rayonnement au plan national !

Le Lycée Eugène Guillaume compte actuellement 240 « apprenants » (adolescents ou adultes) et possède un internat d’une capacité de 92 lits. Rémy Heyte, le proviseur, escompte beaucoup de ces rencontres du 10 mars entre les jeunes et leurs parents d’une part, et, d’autre part, les équipes pédagogiques ainsi que certains industriels ou artisans présents pour la circonstance : « Le but de notre initiative, explique-t-il, c’est de donner un maximum de renseignements sur nos cours, notre enseignement théorique et pratique. Et de faire visiter nos ateliers comme nos plateaux technologiques. Nous comptons mettre en avant trois points, outre la compétence de nos enseignants : nos relations privilégiées avec le secteur de l’industrie électrique montbardoise, avec la Métal Valley dont Vallourec ou métal Déployé, les collectivités  locales. Nous œuvrons pour une adéquation de nos formations avec le bassin d’emploi de Montbard qui connaît une réelle dynamique. Nous tenons aussi à mettre en exergue le fait que nous accompagnons nos lycéens de façon étroite jusqu’à leur entrée dans la vie active - savoir-être, serviabilité etc. Notre cœur de métier, c’est, certes, de préparer aux diplômes, mais d’aller bien au-delà».

L’établissement a su – et c’est plus que jamais un déterminant – diversifier ses pôles d’excellence : enseignement lié aux industries technologiques et électroniques (audiovisuel, multimédia et électrodomestique),  à celles de la chaudronnerie ou des systèmes numériques. Ainsi qu’aux métiers du cuir et de la maroquinerie aujourd’hui en plein boum économique. Et le proviseur de noter qu’il s’agit là d’un secteur attractif, créatif pour les jeunes générations : « Les maroquiniers français  rencontrent d’ailleurs de grandes difficultés pour satisfaire leurs offres d’emploi. C’est-dire si nos formations en ce domaine s’avèrent prometteuses ».

Autre point d’excellence du lycée Eugène Guillaume, sa formation post-bac – en corrélation avec le bassin d’emploi de Montbard – pour « les métiers de contrôle non destructifs » ou de « détection des défauts potentiels de la matière ». En clair, il s’agit de former, entre autres technologies, à l’utilisation d’ultra-sons.

Ultime atout, le TGV dessert Montbard. Ce qui conforte bien entendu le rayonnement extra régional du lycée Eugène Guillaume.

M-F. Poirier