Dijon en marche

Fini donc de jouer à saute-mouton rue Piron, rue Charrue, rue du Bourg, Place des Cordeliers. Marchons, marchons ! Qu’un pas allègre abreuve notre jeu de jambes … Le ci-devant-citoyen a désormais les pieds sur terre, dans ce vaste et beau secteur piétonnier de Dijon, entièrement rénové. Et la tête est enfin dégagée des coups de klaxon intempestifs. Ouf ! Dijon révèle un look adapté à une meilleure qualité de la vie. Allez, soyons généreux : même les Pokémons Go sont conviés à une petite balade urbaine. N’en déplaise aux esprits scrogneugneux, toutes les villes importantes de Londres à Berlin ou Copenhague habillent ou s’apprêtent à habiller leur centre au rayon « mode piétonnière ». Il faut dire qu’accorder ses foulées au son d’un casque Bluetooth, c’est aujourd’hui tendance.
Macron n’est-il déjà pas « en Marche », la « France en mouvement » ? D’ailleurs dans l’hexagone, un quart de la population s’adonnerait au running ou –plus modestement – au déplacement à pied. Une preuve, vite une preuve ? Chacune des deux braderies dijonnaises a attiré pas moins de 30 000 à 40 000 personnes, cette année. Bravo ! Tous ces chalands – tiens-tiens, un mot du français ancien remis en selle par nos publicistes - se disent séduits et reviennent. Les commerçants de la Rue des Godrans ont bien saisi le message, en donnant à leur quartier une connotation « Esprit Village » : leur association se veut inventive et fonctionne avec succès en réseau sur Internet et Facebook. Cette carte de la proximité sur fond d’offres commerciales et de manifestations ludiques, les quelque 400 commerçants de « Shop in’Dijon » entendent également la jouer. Des idées sont actuellement lancées pour redonner un coup de clinquant aux animations de rues de Noël 2016. Voire même pour un relookage et une formule inédite d’une quinzaine commerciale « entièrement revisitée » qui referait surface, peut-être en octobre/novembre 2017 ...Dans l’immédiat, on assistera le 28 septembre à un défilé de mode original : les sportifs –jeunes femmes et jeunes hommes – de plusieurs clubs de Dijon revêtiront des vêtements prêtés par les commerçants du tout secteur piétonnier rue du Bourg, rue Piron, rue Charrue et Place Jean Macé. A vous ensuite d’acheter une de ces tenues présentées par nos Apollon et Amazones de Hand, de Foot, de Rugby etc.
Totalement heureux alors, le quidam qui trotte en sifflotant dans un Dijon, à ses pieds ? Oui, mais … Il y a bel et bien un « truc » qui fait grimper aux rideaux toute une tribu de bipèdes indigènes : le tronc de chêne en béton hyperréaliste de la rue de la Liberté, qui tourne moins vite que la terre autour du soleil. Ah ! Un autre point fait débat sur le plan de l’art : la tête verte à l’amorce de la Place du Bareuzai, avec ses neurotransmetteurs en grillage ouvragé. Arcimboldo avait davantage de peps, non ? Il est vrai que cette sculpture a eu au moins une vertu : elle aurait fonctionné à la manière d’un trompe-l’œil au point d’abuser un essaim d’abeilles, prises en flagrant délit de butinage, l’été dernier. Admettons !
Bon, cessons de jouer les empêcheurs de tourner en rond ! La version piétonnière du patrimoine d’un Dijon classé au patrimoine mondial de l’UNESCO est une magnifique réussite. D’autant que, les quelques trous dans l’asphalte de la Place Jean Macé et de celle des Cordeliers donnent à penser qu’ils sont destinés à accueillir une petite plantation d’arbres. Quelle excellente initiative que de nous installer enfin un nuage de chlorophylle intra-muros!
Alors, pour avoir un jour à un Dijon piétonnier davantage arboré encore, fredonnons à la Gainsbourg « Des petits trous, encore des petits trous, toujours des petits trous, des petits trous, des …. ».
Marie France Poirier