José Almeida et la fermeture de la BA 102 : « Faire face ! »

Comment la Ville de Longvic s’inscrira-t-elle dans la Semaine Guynemer ?

José Almeida, maire : « Pour cette semaine importante, nous rendrons aussi hommage à Guynemer en partenariat avec la BA 102 puisqu'un timbre à tirage limité va être mis en vente exceptionnellement à la médiathèque Michel-Etiévant. Ce sera, pour les passionnés ou non, l'occasion d'acheter un souvenir unique qui rend autant hommage à l'homme qu'était Guynemer, mais aussi à la BA 102 qui va fermer ».

Le 30 juin prochain sera officiellement fermée la Base aérienne 102. J’image que ce jour arborera un caractère particulier pour le maire que vous êtes, 102 ans après l’arrivée des premières escadrilles à Longvic ?

J. A. : « Ce sera un jour plein d'émotion, pour moi comme pour tous les Longviciens, j'en suis sûr. C'est une page de l'histoire de Longvic qui se tourne. C'est bien sûr triste de voir la fermeture de cette base à l'histoire longue, mais l'armée évolue, les enjeux géostratégiques aussi et il faut également reconnaître que le départ des Mirages 2000-5 en 2011 préfigurait la fermeture. Mais depuis cette annonce nous avons tous fait nôtre la devise de Guynemer : « Faire face » ! Nous avons rebondi et travaillé pour que cette base ne devienne pas une friche ».

En tant que président du Syndicat mixte de l’aéroport, vous pilotez le commencement d’une nouvelle histoire pour ce site, qui se fera (pratiquement) sans l’Armée de l’Air. Comment allez-vous faire perdurer le nom de Georges Guynemer ?

J. A. : « Guynemer est un héros de guerre, dont les actes de bravoure résonnent dans notre histoire commune. Son nom restera toujours lié à celui de la BA 102 et, par extension, à Longvic mais aussi Ouges, Sennecey-lès-Dijon et Neuilly-lès-Dijon, dont les territoires accueillent aussi l'emprise de la base aérienne. Ce qui veut dire que son nom sera à jamais lié à l'aéroport, et l'école de gendarmerie s'installera sur un site chargé d'histoire. Le monument à la gloire de Guynemer continuera d'être entretenu et honoré. A Longvic, les rue et quartier Guynemer témoignent chaque jour de notre attachement à ce héros. Et puis nous continuerons de célébrer sa mémoire notamment chaque 11 septembre, puisqu'il s'agit de la date de la mort de Guynemer, mais il s'agit aussi d'une date chère aux Longviciens puisque c'est le 11 septembre 1944 que Longvic a été libéré de l'occupant allemand ».