Salon de l’Habitat : une première réussie

Coup d'essai réussi. Le premier salon de l'Habitat sous forme virtuelle a réuni 11 500 visiteurs au terme des quatre jours de la manifestation. Nadine Bazin, directrice générale de Dijon Congrexpo, et Tatiana Desoche, directrice commerciale, reviennent sur cet événement numérique qui joue les prolongations jusqu'à la fin du mois de mai qui pourrait voir, si les circonstances le permettent, la tenue du salon en présentiel...

Dijon l'Hebdo : Vous n'avez-vous pas eu d'autres choix que de vous tourner pour la première fois vers une version digitale du salon de l'Habitat traditionnellement organisé avant la fin de l'hiver. Quel bilan tirez-vous cette initiative du 8 au 11 avril dernier qui a constitué une première en France ?

« C'est un rendez-vous qu'on ne voulait surtout pas manquer. Notre souhait aurait été bien sûr de proposer un salon hybride s'appuyant sur le public et le virtuel. Le présentiel nous étant interdit et voulant conserver la relation privilégiée que nous avons avec nos exposants et nos visiteurs, on s'est tourné très tôt, dès le début de la pandémie vers cette solution numérique. C'est un choix qui s'est naturellement imposé. On savait qu'on prenait un coup d'avance sur tout le monde en proposant cette première manifestation grand public sous ce format en France. Tous nos collègues dans l'hexagone ont été évidemment très attentifs à notre démarche. Certains d'entre eux nous ont même sollicités pour les aider à développer ce concept. C'est, pour nous, une belle satisfaction car ce projet d'entreprise a mobilisé nos équipes commerciales, événementielles et marketing ».

 

DLH : Une façon de montrer que vous tentez de surmonter cette crise sanitaire ?

« Effectivement. Il était important de montrer que Dijon Congrexpo, malgré la crise sanitaire, reste actif et mobilise ses équipes sur des projets innovants. De montrer que notre structure est capable de relever de nouveaux challenges qui illustrent également la formidable capacité de réaction et d’adaptation ainsi que l’agilité de nos salariés pour lesquels il s’agit d’un métier totalement nouveau et qui se sont une nouvelle fois montrés à la hauteur du défi. Et puis, visiteurs et exposants nous ont fait confiance. C'est bien là l'essentiel ».

Propos recueillis par J-L. P