Brigand, Fontaine, Gaz, Cravate, Apple, SMS, Scuds, Musée…

[column size="one-half"]

Brigand sans prison

Le maire divers droite de Châtillon-sur-Seine, petit havre de paix dans le nord du département, ne va pas se contenter de la (non) réponse polie de la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Voilà 26 ans qu'Hubert Brigand se démène pour faire construire une prison sur sa commune. Mais voilà 26 ans qu'il ne voit rien venir malgré sa proposition de mettre à disposition gracieusement les terrains nécessaires. Il faut dire qu'à plus d'une heure de route du tribunal de Dijon, Châtillon n'est pas près de faire la Une avec l'évasion de dangereux détenus. Dormez tranquilles bonnes gens, Brigand veillera quand même sur vous.

 

Fontaine, je ne boirai pas...

François Thieriot, l'agent immobilier aujourd'hui en retraite dans la paisible commune de Fontaine-les-Dijon, a décidé de se lancer : c'est lui qui conduira la liste soutenue par le FN aux municipales. Pas facile de trouver de se mettre quelque chose sous la dent dans un secteur résidentiel, peu touché par le chômage, pas vraiment par la précarité ou encore la délinquance. C'est donc en direction de la dette que le "bleu marine" fontenois a décidé de porter ses attaques. Une dette qui était de 4,1 millions d'euros en 2008 et qui n'a pas cessé de baisser depuis... Si vous trouvez de meilleurs angles d'attaque, n'hésitez pas à les souffler à François Thieriot.

 

Ca sent le gaz

La Maison aux 1000 truffes et champignons de Marey-les-Fussey, dans le canton de Nuits-saint-Georges, a choisi comme parrain François Rebsamen. Une charge -pas très lourde- supplémentaire pour le sénateur-maire de la cité de la gastronomie qui devient désormais ambassadeur de la truffe. Une distinction honorifique qui a laissé sur sa faim le député-maire UMP de Beaune Alain Suguenot qui aurait bien aimé décrocher l'or noir sur ses propres terres.

 

Cravate de... maire

La période estivale n'a pas altéré l'humour du maire de Talant, Gilbert Menut. On sait que les premiers magistrats des grandes villes ont le souci de faire disparaitre leur photo des éditoriaux de leurs revues municipales à quelques mois des élections locales pour ne pas avoir de tracas avec la commission qui contrôle les comptes des campagnes électorales. Voilà donc un signe sur les intentions de Gilbert Menut quant à sa candidature à sa propre succession. Aussi, c'est une élégante cravate jaune et bleue qui a remplacé le portrait du maire dans la dernière livraison du magazine municipal de septembre. Et pas n'importe quelle cravate ! Une cravate aux couleurs de la ville que l'on peut se payer pour la modique somme de 15 euros à la Bibliothèque multimedia Henri-Vincenot. Quant au titre de l'édito du dernier numéro, vous ne serez pas surpris de lire "Et hop, on remet la cravate !"[/column][column size="one-half" last="true"]

 Joel Abbey passe de l'orange au rouge

La technologie Apple fait parfois des malheureux. Surpris récemment à la sortie d'une boutique de téléphonie de la Toison d'Or qui vend des abonnements du nom de ce fruit juteux que l'on presse volontiers le matin avant d'aller au boulot, Joel Abbey, le conseiller général de Pontailler-sur-Saône et vice-président du conseil général, a manifesté son vif mécontentement à la conseillère : son portable ne pouvait plus répondre aux appels. Un comble ! Hélas pour notre élu territorial, son problème n'a pas pu être solutionné sur place. Espérons que la messagerie fonctionne.

 

Sabre, épée ou fleuret

La section escrime de l'ALC Longvic a repris son activité la semaine dernière. Un élu de gauche, proche du maire Claude Darciaux et un brin taquin, n'a pas manqué de souligner que les escrimeurs pourraient également prendre des cours pendant la campagne des municipales. Ceux là au moins seront gratuits et ils ne se feront pas à fleurets mouchetés. Entaille à la tradition, les duels ne se feront pas forcément à l'aube.

 

Un SMS de Rebsamen à Hortefeu

Amusante et passionnante cette fiction politique publiée par Le Figaro cet été. On y trouve François Rebsamen, ministre de l'Intérieur (qui dira qu'il n'y a pas de fumée sans feu) envoyant un SMS à Brice Hortefeu l'interrogeant sur la crise à l'UMP... Drôle de fiction !

 

Les scuds de Colette Popard

Depuis l'annonce de sa candidature à Dijon, Alain Houpert essuie le tir nourri de Colette Popard, l'adjointe PS de François Rebsamen qui apparait, pour l'heure, comme la force de frappe privilégiée. Les scuds ont pour cible l'endettement de la commune de Salives et la méconnaissance des dossiers locaux dont ferait preuve le sénateur UMP. Et les frappes se renouvellent régulièrement.

 

Patriat n'est pas encore au musée

Il y avait un absent de marque à l'inauguration du musée des Beaux-Arts de Dijon : François Patriat, le sénateur et président du conseil régional qui s'était fait représenter, pour l'occasion, par sa vice-présidente, Françoise Tenenbaum. Officiellement absent pour cause de congés, François Patriat n'a pas du tout, mais vraiment pas du tout, apprécié le carton d'invitation où sa fonction de sénateur avait été occultée. Il est vrai que les élections sénatoriales de septembre 2014 sont devenues un sujet de tension entre Rebsamen et Patriat qui avait pourtant bien médité cette jolie formule de Giacometti : "au musée, les gens sont bien plus extraordinaires que les tableaux qu'ils admirent".[/column]