Mon premier Noel, du rêve à la cata !

    Recevoir pour les fêtes de Noël ce n’est pas toujours une partie de plaisir. Si au départ l’idée de préparer une belle table et de cuisiner pour nos familles est enthousiasmante, le réveillon de Noël peut vite devenir un casse-tête, voire un enfer.

    Je me souviens de mon premier Noël, le tout premier comme hôte. Avec mon amoureux, nous venions d’emménager dans notre appartement, nous voilà devenus propriétaires en banlieue parisienne, je me projetais déjà comme une parfaite petite femme d’intérieur. Rien de péjoratif, bien au contraire ! J’aime entretenir mon chez moi, cuisiner, recevoir : d’ailleurs j’ai toujours eu le rêve de créer mes chambres d’hôtes, mais je m’égare… Alors voilà que, bien installés dans notre nouveau chez nous, je prends plaisir à convier – pour le réveillon du 24 décembre - mon papa, ma sœur ainsi que ma tante et mon oncle. Mon père, ma tante et mon oncle sont les rois de la réception : toujours de belles tables et des heures passées en cuisine pour nous régaler… D’aussi loin que je me souvienne, nos plus beaux moments ensemble se sont déroulés autour d’une table, longuement installés à rire, se remplir l’estomac de bons plats et de bons vins. J’ai voulu, moi aussi ; les impressionner, leur prouver que j’ai été à bonne école et que du haut de mes 23 ans, j’étais capable de leur offrir un diner de Noël parfait. Oui mais voilà, rien ne s’est passé comme prévu !

    Me voilà partie à la recherche du menu, à acheter des livres de cuisine, des revues et magazines en tous genres pour m’inspirer, à penser à ma décoration de table des semaines à l’avance (pour l’occasion je me rends dans un magasin bien connu pour la maison partout dans le monde – si tu n’as pas compris le clin d’œil, alors tant pis) et à dépenser beaucoup, beaucoup de sous …

    Et le jour J, alors que je m’étais pliée en quatre pour que tout soit parfait (la perfection chez moi c’est un vrai problème), finalement je suis allée de catastrophes en catastrophes !

    Verres qui cassent, donc vaisselle dépareillée, petits fours trop cuits (pour ne pas dire grillés), et le pompon, c’est ma recette de beignets au foie gras ! Je ne sais pas ce qui s’est passé, la pâte à beignet n’a pas prise autour du foie gras, tout s’est échappé dans l’huile pour former une masse graisseuse très peu appétissante bref, ça ne ressemblait plus à rien ! Je n’avais rien à servir de ce qui était mon amuse-bouche star ! Et si seulement ça s’arrêtait là… J’avais besoin de la friteuse pour autre chose alors nous voilà partis, avec monsieur, à vider l’huile encore chaude … dans l’évier !

    Et vous devinez la suite : un évier bouché, que l’on essaye de déboucher mais toute l’huile termine sur le carrelage de la cuisine, que l’on doit donc éponger avec du papier absorbant (vous imaginez la scène ?!) ! Me voilà donc en train de passer la serpillère dans ma cuisine et à tenter de masquer les odeurs d’huile à 22 h, un soir de réveillon. Évidemment, l’évier a été inutilisable pour la soirée et on a fini par faire la vaisselle dans le lavabo de la salle de bains … Et bien, croyez-le ou non, c’est un de mes plus beaux souvenirs de Noël. Je revois mon oncle prendre des photos lorsque j’épongeais le sol, se moquant de moi avec gentillesse et bienveillance, mon père voler à mon secours pour tenter de limiter les dégâts et ma tante me dire « Mais ma didie, on ne vide jamais l’huile dans l’évier, on le fait dans les toilettes… » Et oui, on a ri et tout mon stress s’est dissipé. C’est dans des moments comme celui-ci que j’apprends que rien ne se passe jamais comme on l’avait imaginé !

    Alors si j’avais un conseil pour préparer votre repas du réveillon, si toutefois c’est votre baptême du feu : ne vous mettez pas la rate au court bouillon (j’ai tenté une expression en rapport avec la gastronomie, admirez mon effort !). Les choses les plus simples sont les meilleures. Ce qui importe, surtout en ces temps difficiles où nos familles nous manquent, c’est de se régaler de bons plats certes, mais aussi de moments ensemble. Il y a deux ans j’ai proposé un réveillon en pyjama avec pour dress-code « le pull de Noël », on a fait des jeux de société et j’ai vécu un doux moment, entourée de mes proches.

    Je vous souhaite à tous, une fin d’année des plus douces et de simplement profiter des belles choses de la vie…

    Madame Moutarde