Laurence Genet : De l’ombre à la lumière…

C’est une Franc-Comtoise qui tient désormais les rênes de la Caisse du Crédit Mutuel Bourgogne-Champagne : Laurence Genet a, en effet, succédé à Annelo Iannuzzi. Portrait d’une « femme de terrain » qui a le mutualisme chevillé au cœur…

Lorsqu’elle a intégré l’école des directeurs du Crédit Mutuel en 2007, Laurence Genet a effectué son stage pratique au sein de la Caisse de Nuits-Saint-Georges. Quinze ans plus tard, c’est comme directrice régionale de la Caisse du Crédit Mutuel Bourgogne-Champagne qu’elle effectue son (grand) retour. Comme elle le souligne, « le hasard fait parfois bien les choses ». Depuis le mois de mai, cette grande professionnelle qui est passée par tous les postes au sein d’une caisse – ce qui lui confère une véritable légitimité – a emboîté les pas d’Annelo Iannuzzi à la tête de cette direction régionale d’envergure qui ne compte pas moins de 570 salariés, dont 47 au siège avenue Albert-Camus à Dijon.
A ce chiffre, il faut également ajouter les 700 élus du District, dont le bureau est, quant à lui, présidé par Annie Virot. C’est ainsi ce duo qui pilote dorénavant « la première banque entreprise à mission ». « Quand on travaille pour le compte d’une caisse, nous sommes au service de nos clients sociétaires. Cela se traduit par de la réactivité et du professionnalisme. Lorsque l’on monte au second degré, et peu importe le poste que l’on occupe au sein d’une direction régionale, nos clients cette fois-ci ne sont autres que les caisses. Nous nous devons d’être pleinement en soutien du réseau », explique Laurence Genet, qui n’aime rien moins que se définir comme « une femme de terrain ». D’ailleurs, depuis son arrivée, elle multiplie les kilomètres pour rendre visite à l’ensemble de ses agents afin d’ « appréhender leurs difficultés, leurs attentes et leurs besoins ».

« Des parts de marché à développer »

Avec l’humilité qui la caractérise, elle se qualifie aussi comme « une femme de l’ombre » : « Les vrais acteurs n’étant autres que les directrices et les directeurs qui sont sur le terrain ! » Une « femme de l’ombre » certes mais dont le travail a déjà été mis en lumière, que ce soit au sein de la Caisse Espace Rhénan (au Nord de Strasbourg) ou bien de celle frontalière d’Hésingues où elle est restée 3 ans avant de relever le challenge dijonnais.

Comme elle est originaire du Territoire de Belfort, d’aucuns ne manqueront pas de souligner qu’une nouvelle Franc-Comtoise a été nommée aux plus hautes responsabilités… bancaires. Avec un enjeu on ne peut plus clair : « la rentabilité du réseau ». « Nous sommes dans une région encore en conquête avec des parts de marché à développer, notamment au niveau des professionnels mais aussi du secteur agricole. Nous sommes après une période qui a laissé des séquelles dans les équipes et nous n’avons pas encore recouvré notre force de frappe d’avant-Covid », met-elle en exergue, tout en insistant sur la mission première des caisses du Crédit Mutuel : « Notre rôle est d’accueillir nos clients. La pro-activité est essentielle pour la relation de confiance. Même si nos clients ont le choix avec les nouveaux outils digitaux, il nous faut maintenir le maillage territorial… »

Il faut dire que c’est ce contact privilégié qui l’a conduite à orienter sa carrière professionnelle vers le Crédit Mutuel : « J’y ai effectué un stage dans le cadre de ma maîtrise, et c’était une maîtrise de Langue étrangère appliquée ! J’ai tellement été séduite par le contact clients que j’ai joint par la suite le directeur qui m’avait accueillie. J’ai démarré par 2 CDD… » C’était il y a 33 ans !

Camille Gabo