Un camiscyclephile de compétition

    Saviez-vous qu’il existe un vrai collectionneur de maillots de cyclistes dans la métropole dijonnaise ? Sylvain Coulon est camiscyclephile. Un mot qui peut sembler farfelu et alambiqué mais qui désigne simplement la passion consistant à collectionner des maillots faisant référence au cyclisme.

    Né en 1978, Sylvain Coulon a aujourd’hui 42 ans. Après un BTS en économie sociale et familiale - il voulait devenir éducateur spécialisé - il a gravi les échelons dans la même entreprise, un centre de contact, pour occuper aujourd’hui le poste de responsable qualité. Son job ? Rédiger des scripts argumentaires pour conseiller ses clients dans différents secteurs d’activités. Au travail, son boss fait régulièrement appel à ses connaissances insondables lorsqu’une question relative au cyclisme se pose.

    C’est à l’âge de 10 ans que son amour pour les courses cyclistes a débuté. Un moment marquant de sa vie : alors que Sylvain Coulon avait 15 ans, le cycliste professionnel Emmanuel Hubert lui a remis en main propre son maillot, aujourd’hui symboliquement le préféré de sa collection qui ne compte pas moins de 1908 pièces. Pour se procurer ce nombre impressionnant de maillots, le camiscyclephile a fait des offres d’achat directement adressées aux coureurs ou bien à d’autres collectionneurs. Il existe en effet un réseau confidentiel de passionnés en France, en Belgique et en Espagne. Il reconnait qu’Internet est un outil incontournable pour agrandir sa panoplie.

    Avec une moyenne de 90 nouveaux maillots par an, Sylvain Coulon refuse d’investir des sommes déraisonnables ou de participer aux enchères pour acquérir de précieux collectors car il cherche avant tout le charme et l’esprit du vélo des années 60 à 80. C’est le côté populaire, simple et abordable de ce sport qui lui plaît : « le cyclisme est le seul sport que tout le monde peut faire et qui est utile dans la vie quotidienne pour se déplacer d’un point A à un point B ». Ainsi, le maximum que Sylvain ait dépensé pour un maillot est de quelques centaines d’euros pour « un Anquetil ».

    Au total, vous trouverez 74 maillots encadrés et affichés sur les murs de chaque pièce de sa maison, une sacrée décoration d’intérieur. Les 1834 maillots restants sont pendus sur cintres et étiquetés. Le collectionneur tient même un tableau Excel pour les répertorier et les trouver plus facilement. Vous pourrez y lire de célèbres noms… Poulidor, Hinault, Longo…

    Un homme plein de surprises

    Sylvain Coulon décrit sa passion pour le cyclisme comme dévorante et chronophage, « le vélo est le prolongement du corps humain ». Contrairement aux joueurs de football qu’il trouve arrogants, le collectionneur apprécie la proximité qui peut s’installer avec les coureurs, des « monsieur tout le monde » somme toute. Pour lui, c’est l’être humain et sa personnalité qui prennent le pas sur le sportif professionnel.

    Néanmoins, Sylvain Coulon ne manque pas d’objectivité et de recul sur les pratiques parfois peu scrupuleuses des directeurs sportifs dans le cyclisme, milieu qu’il qualifie de microcosme : « C’est un sport qui fait vibrer les foules mais il ne faut pas oublier la fatigue des coureurs. Faire courir un jeune de 18 ans c’est lui faire prendre des risques pour sa santé et sa longévité ».

    En dehors de la camiscyclephilie, Sylvain Coulon a d’autres centres d’intérêts variés : l’actualité, la politique, l’économie, la sociologie… C’est un homme avec qui il est plaisant de converser tant sa mémoire est prolifique et ses réflexions pertinentes sur la société. Il nous confie qu’il aurait préféré vivre dans les années 60 dans un monde moins gouverné par l’immédiateté. Notre collectionneur, bien qu’ancré dans son temps et conscient de l’évolution nécessaire de la société, regrette l’indifférence ambiante et appelle au retour à l’essentiel ; au premier rang duquel figure il va sans dire les grandes courses comme le Tour de France !

    Manon Remy

    Collection Maillots Cyclistes - Sylvain Coulon - lecamiscyclephile.fr

    Facebook : Sylvain Coulon le Camiscyclephile

    Twitter : @camiscyclephile