L’art thérapie : Un travail de psychothérapeute

    Marionnettes, collages, carnets créatifs, peinture, dessin ou sculpture ne servent pas seulement à se divertir mais peuvent également être un moyen d’exprimer des sentiments non-verbalisés, d’avoir accès à son inconscient.

    Pendant plusieurs années Hélène Polette a animé des ateliers théâtre pour adultes, ateliers pendant lesquels elle proposait des exercices d’élocution ou des activités pour savoir utiliser son corps, vaincre sa timidité, son anxiété. Elle réalise ainsi que les gens viennent moins par goût du théâtre que pour l’aspect thérapeutique de ses séances.

    Hélène décide donc de privilégier ce versant et ouvre en 2013 des ateliers d’art thérapie. Tous les profils se présentent : enfants, adultes, désireux de mieux canaliser des émotions ou d’extérioriser une période difficile, envoyés par un professionnel de santé ou ne sachant pas précisément pourquoi ils viennent. « Quand la personne arrive, je cerne son besoin premier et lui propose des exercices adaptés : la peinture pour aider à formuler quelque chose, c’est souvent le cas après une période de maladie, un traitement lourd ou un burn-out ; pour exprimer la colère je leur fais lancer des blocs d’argile sur les murs ; pour de la relaxation je propose des travaux manuels comme la couture, le bricolage sur bois ou carton… Il y a une infinité de moyens d’expression. Ensuite, je mets en place un suivi adapté, toujours avec des séances individuelles ».

    Aux enfants, Hélène explique que c’est ici qu’ils peuvent s’exprimer pleinement, peindre sur les murs ou par terre, et non pas chez eux. Les petits arrivent ainsi peu à peu à maîtriser leurs émotions trop fortes car ils ont un endroit où se défouler. « J’effectue en même temps un travail de psychothérapeute. Un jeune garçon est un jour arrivé avec sa maman car il avait de gros accès de colère, d’ailleurs dès son entrée celui-ci a tout cassé dans l’atelier... Mais avec un accompagnement régulier et beaucoup de discussions, les crises ont été moins fréquentes puis ont disparu. Je guide également des personnes en deuil, des victimes de violences ou me rends dans des EHPAD, toujours en laissant chacun s’approprier mes méthodes. Je fais finalement en sorte que les gens viennent se rencontrer eux-mêmes ».

    C. C

    Hélène Polette

    2, impasse Saint-Pierre. Dijon

    06.83.10.52.40.

    www.helenepolette.net