Electricité : le projet NSG est sorti de l’armoire

    C'était un rêve. Un vieux rêve même qu'il a caressé dès la fin de sa formation. Créer son entreprise. Etre son propre patron. A 42 ans, avec l'expérience et l'expertise dont il dispose dans le domaine de l'électricité, Mohamed Kallya, 42 ans, a décidé de franchir le pas. Le 1er juin dernier, l'entreprise NSG a officiellement vu le jour à Dijon.

    Les doigts dans la prise, si on peut dire, voilà bien longtemps qu'il les a mis bien après que la fée électricité se soit penchée sur son berceau... A un âge où bon nombre de jeunes se laissent balloter sans conviction au rythme de formations les plus diverses, Mohamed, lui, fait un choix. Il est bien décidé d'aller plus loin dans la connaissance de ce phénomène énergétique associé à la mobilité ou au repos de particules chargées positivement ou négativement. C'est donc tout naturellement qu'il passe avec succès un BEP CAP Electrotechnique à Beaune puis un bac Génie Electrotechnique, à Dijon. Les études s'arrêteront là car Mohamed a envie de travailler. Sa première expérience professionnelle se fera dans une entreprise d'événementiel avant de rejoindre différents artisans locaux et d'intégrer ensuite la partie industrielle de ce métier. Ces dernières années le voient exercer dans des entreprises de bâtiments au sein desquelles il prend certainement le plus de plaisir.

    Et le vieux rêve revient inlassablement... « Le Covid nous a tous amené à se poser de bonnes questions. Moi, j'y ai répondu en décidant de travailler pour mon propre compte ». Et c'est comme ça qu'est née NSG. Trois lettres qui intriguent et qui font sourire Mohamed quand on lui demande à quoi elles correspondent : « J'ai passé des heures, des jours et des nuits à chercher le nom de mon entreprise. Au final, rien ne me satisfaisait. Tout ce que je trouvais existait déjà plus ou moins, n'était pas très original ou sonnait mal à l'oreille. NSG... Ca renvoie tout simplement à Nuits-Saint-Georges. C'est un clin d'oeil à mes parents qui y vivent ».

    De bonnes notions de bricolage

    Saviez-vous que le métier d'électricien est l'un des plus récents dans le domaine des bâtiments et des travaux publics ? Aujourd'hui, l'électricien intervient à plusieurs niveaux dans un chantier que ce soit pour l'éclairage, le chauffage, les réseaux de communication, la sécurité… Un métier qui présente des risques importants et qui impose le respect de certaines règles. A la question : « C'est quoi un bon électricien ? », Mohamed répond spontanément : « C'est un professionnel qui connaît les lois de l'électricité, ainsi que les normes à respecter, qui comprend parfaitement la vision globale d'un projet, qui va respecter les délais qu'il donne, jouer un rôle important en termes de développement durable, qui va donner des conseils à ses clients sur les nouveaux produits et leurs usages et va leur donner des solutions en termes d’économie d’énergie, mais aussi et surtout qui a de bonnes notions de bricolage... ».

    Le nouveau chef d'entreprise est intarissable sur son métier : « Voir la finalité des tâches qui sont les nôtres. Partir de rien et faire en sorte que tout fonctionne. La meilleure des récompenses, c'est bien souvent le sourire des clients ». Si elle répondra bien sûr aux sollicitations des particuliers, NSG va se spécialiser plus particulièrement dans la rénovation de bâtiments, d'appartements, de maisons, de bureaux, et dans l'installation de cuisines de restaurants. Elle n'hésitera pas non plus à travailler comme sous-traitant. Et le jeune chef d'entreprise espère bien faire sa première embauche dans les mois qui viennent.

    J-L. P

    NSG : 06 50 97 85 97