Cadeaux de Noël : ne pas se tromper…

    3d gift box white with red ribbon

    La recherche des cadeaux s’apparente à une opération commando. Cela demande parfois des trésors de diplomatie pour les choisir, et parfois beaucoup de politesse, voire d’hypocrisie pour les recevoir.

    Sans parler du fait qu’avec les lumineuses familles recomposées, il faut pratiquement tenir une assemblée générale un mois avant pour savoir qui offre quoi à qui.

    Je connais des gens qui achètent les cadeaux à la fin des soldes de l’année précédente. D’autres, plus organisés, qui s’y prennent dès le problème « rentrée des classes » réglé.

    Les désespérés attendent souvent jusqu’au 24 décembre et y vont en trainant les pieds. Il y a également les « pratiques » qui ont un petit stock de « cadeaux à recycler » à savoir des choses qu’on leur a offertes et dont ils n’ont jamais su quoi faire. Cette méthode demande de la mémoire pour ne pas refourguer la bouillotte en tartan écossais à celle ou celui qui vous l’a généreusement offerte.

    Le cadeau en dit beaucoup sur celui ou celle qui l’offre. Ce n’est pas les plus riches qui sont les plus généreux.

    Il y a le rigolo qui vous dit « je sais que ce n’est pas ton style , mais j’ai trouvé ça marrant »... Ah bon... Il y a ceux qui pensent que plus c’est volumineux, encombrant, gros, chargé, plus ça classe le donneur.

    Il y a celle qui vous offre ce qui lui plait à elle : « Ce n’est pas ton parfum ma chérie mais depuis le temps que tu as le même tu devrais en changer... » Des commentaires ? Il y a le mufle : « J’ai pas eu le temps, et puis ces fêtes de Noël, même avec le Covid, c’est que du marketing » .... ce qui ne l’empêchera pas de trouver normal d’avoir un cadeau.

    Il y a ceux qui offrent du pratique. Si ça n’est pas expressément demandé, c’est pas franchement glamour

    Un cadeau devrait être réfléchi pour faire plaisir à celui ou celle qui le reçoit et non pas un passage obligé parce que c’est « Noël ». Un cadeau ne doit pas être punitif : « Tu ne lis jamais donc j’ai pensé qu’il fallait t’offrir un livre »...

    Un cadeau ne doit pas essayer d’envoyer un message. Les livres de développement personnel et autre « comment soigner son addiction » ou « comment faire durer son couple »... sont à bannir, sauf à vouloir déclencher une crise de larme ou une haine tenace pour les 25 années à venir de la part du ou de la bénéficiaire. Vous n’offrirez pas davantage à une bordélique le livre de Marie Kondo : « Ranger, l’étincelle du bonheur »... ça peut être mal interprété.

    N’oubliez pas que maintenant les gens n’hésitent pas à changer et que dès le 26 il y a foule sur eBay alors ne soyez pas vexée si vous ne voyez jamais chez votre amie la superbe lampe façon Art Deco qui vous plaisait tant... plaisait tant à vous...

    Méfiez-vous aussi de l’acte manqué. Si vous n’êtes pas d’humeur, vous avez toujours la carte cadeau. Le système de la carte cadeau sauve des situations mais a des inconvénients. Quel prix mettre ? Trop peu , le récipiendaire saura à combien vous estimez votre affection pour lui. Trop, ça risque de gêner l’heureux gagnant et de ne pas être équitable pour les autres.

    Enfin, n’achetez pas une horreur. Vous aimeriez que l’on vous offre une horreur ? Si vous ne savez vraiment pas quoi acheter, replier vous sur le vin, les produits de bouche un peu exceptionnels, les fleurs et pourquoi pas un arbre, un arbre à planter en famille que vous regarderez tous grandir de Noël en Noël.

    A. R