Les brèves de Jeanne Vernay

Une bouffée d’hydrogène

Le maire et président de Dijon Métropole, François Rebsamen, s’est félicité du choix de la Commission européenne et de la Caisse des Dépôts d’attribuer au projet hydrogène, porté par Dijon Métropole Smart Energhy, une subvention de 6,99 millions d’euros, associée à un financement de la Banque des Territoires d’un montant similaire. Et ce, afin de développer des infrastructures de transport durables en Europe. Rappelons que deux stations hydrogène, alimentées en circuit court afin de produire localement de l’hydrogène d’origine renouvelable (grâce à la combustion des déchets et à un électrolyseur), verront le jour, la première dès 2023. A terme, les bus et bennes à ordures ménagères de la métropole rouleront à l’hydrogène, réduisant drastiquement les émissions de CO2 (l’équivalent de 24 millions de kilomètres en voiture). « Le choix de Dijon parmi les 5 projets français sélectionnés souligne la qualité, le sérieux et l’ambition de notre projet hydrogène et de la politique écologique que nous menons au quotidien en faveur de la préservation de l’environnement et de la lutte contre le changement climatique », a, notamment, commenté le maire de Dijon.

Place de la Rep encore…

Après la décision prise par le préfet pour solutionner l’insécurité de la place de la République, à savoir la suppression de la dérogation horaire permettant à 5 établissements de fermer leurs portes à 5h du matin, l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie de Côte-d’Or (UMIH) n’est pas restée sans voix. Elle a, notamment, tenu à communiquer : « Une telle mesure condamnerait économiquement les établissements concernés puisque cela engendrerait une perte pouvant aller jusqu’à 80 % de leurs chiffres d’affaires. Il en découlerait également des licenciements massifs, ainsi qu’une perte considérable de la valeur de leur fonds de commerce. Nous considérons cette décision d’autant plus injuste qu’elle stigmatise nos établissements alors qu’ils ne sont en rien responsables de l’insécurité du quartier République ». Non sans poursuivre : « N’appartient-t-il pas aux forces de police de faire respecter l’ordre et la tranquillité dans ce quartier comme dans toute la ville ? Et quid des 5 000 clients de ces 5 établissements sur une fin de semaine (et des établissements voisins) lorsqu’ils auront été invités à quitter les lieux à 2 heures du matin ? Et aura-t-on pour autant réduit l’insécurité dans le quartier République ? »

Téléthon : Les rendez-vous de Simone

Dijon devenant ville ambassadrice du Téléthon 2022, quoi de plus normal que de voir le Lycée Simone Weil s’associer à cet événement les 2 et 3 décembre : « C’est dans nos gènes ». De nombreuses animations sont prévues au sein de l’établissement. Les festivités débuteront le 2 décembre à 20 heures par un concert (entrée 5E, réservations sur le site). La journée du 3 décembre commencera avec la Braderie de Simone qui aura lieu au self de 8h à 18h (réservations site du Lycée). Un escape Game animé par le CHU aura lieu au gymnase (inscriptions site du Lycée). Les sportifs seront de la fête puisque les Dijon Cheerleaders animeront la séquence 11h-13h et les Randonneurs Dijonnais pédaleront afin parcourir les 2000 km. Nombre d’autres défis et activités sont prévus. L’ensemble des dons seront reversés au Téléthon. Alors venez nombreux…

Devoir de mémoire

Sollicitée par l’Union départementale des anciens combattants (UDAC), la Ville de Dijon, a travaillé à la mise en place d’un lieu de consultation de l’ensemble des Dijonnais « Morts pour la France » depuis la mise en place de cette reconnaissance, soit de 1915 à nos jours. Le choix s'est porté sur un dispositif numérique de consultation, mis en place aux abords du rond-point Edmond-Michelet, face au monument de la Victoire et du Souvenir vierge de noms gravés dans la pierre.

La borne numérique installée et désormais fonctionnelle, accessible 7 jours sur 7 et 24h/24, est un nouvel outil permettant de perpétuer le devoir de mémoire. La base de données recense à ce jour plus de 2 500 femmes et hommes « Morts pour la France ». Un accès par conflit est possible et un moteur de recherche permet de retrouver un individu en particulier. Une carte interactive propose par ailleurs d'identifier l'ensemble des lieux de mémoire dijonnais associés à chacun des conflits, de la plaque commémorative au monument.

La Forêt des Enfants

« Si l’on m’apprenait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier… » tel est l’un des (beaux) héritages laissés par Martin Luther King qui n’a pas œuvré que pour la tolérance et les droits civiques. La fin du monde n’est pas pour demain, en revanche, les plantations d’arbres peuvent contribuer à garantir l’avenir. La Forêt des Enfants – chaque famille habitant la métropole dont l’enfant est né l’année précédente est invitée à planter un arbre – y participe pleinement. La 8e édition de cette plantation, destinée à préserver la biodiversité et l’environnement, s’est déroulée le dimanche 20 novembre. Et ce sont dorénavant plus de 7 000 arbres qui ont pris racine chemin de la Rente Giron et sur le plateau de la Cras, renforçant la « ceinture verte » autour de Dijon. Martin Luther King aurait apprécié !

Tri mobile

Dijon Métropole lance un nouveau service innovant de collecte des déchets ménagers dits dangereux, assuré par son prestataire de collecte Dieze : la « Tri Mobile ». Sont considérés comme déchets ménagers dangereux et acceptés : les produits d’entretien ménager (détartrant, décapant, acétone...), les produits de bricolage (colles, vernis, peintures...), ampoules (tubes néons, LED...), les petits appareils électriques et électroniques (cafetière, sèche-cheveux...), piles et batteries, huiles alimentaires et cartouches d’encres. Le lancement de la déchetterie mobile de proximité «Tri Mobile» s’accompagne d’une large sensibilisation à l’utilisation, aux règles de stockage et aux alternatives aux déchets dangereux de la maison. Par exemple, les rejets de liquides dangereux (peintures, colles et dissolvants, etc.) dans les canalisations polluent les eaux usées, impactent leur traitement et le milieu naturel. Déposés en déchetterie ou via la « Tri Mobile », ils sont traités dans les filières adaptées. Les composants des ampoules, piles, cafetières, des sèche-cheveux…, s’ils sont collectés et traités là aussi dans les filières adaptées, peuvent être récupérés et valorisés.

Sus aux cochons sauvages

La matinée du mardi 22 novembre, vous avez, qui sait, entendu des coups de feu. Il faut dire que s’est déroulée une opération de chasse visant à déstabiliser la population de sangliers sur la partie haute de la Combe à la Serpent, dans de nombreux lieux dits : parc à daims, Bessey, La Chauffée, La Pointe de Morgemain, Les Plantes, Combe Megdit, Combe Pirouelle, jusqu’à l’intersection de la Combe Morgemain et la Combe Pirouelle. Conformément aux arrêtés municipaux pris par la Ville de Dijon, Corcelles-les-Monts et Plombières-lès-Dijon, des dispositions particulières ont été établies pour assurer la sécurité publique : un dispositif de contrôle (4 points de sécurité sur les accès principaux) a été mis en place avec interdiction strict des cheminements piétons, des balades cyclables et équestres dans la zone préalablement déterminée. Des restrictions de circulation (ralentissement routier à 50 km/h) ont été aussi en vigueur. Une signalétique spécifique a été installée. Les sangliers, pardon les cochons sauvages, n’ont qu’à bien se tenir !