Denis Mailler : « L’écologie doit accompagner le progrès ! »

Norge & Tille regroupe 14 communes qui composent un territoire ayant la particularité d’être en périphérie de la métropole dijonnaise tout en étant indépendante. Présidée par Ludovic Rochette, qui est également à la tête de l’Association des maires de Côte-d’Or, cette communauté de communes est particulièrement innovante. Elle fut ainsi pionnière en définissant un Projet de Territoire afin d’écrire au présent son avenir. Celui-ci a notamment pour but d’améliorer la qualité de services aux habitants. Et, pour ce faire, cette communauté de communes multiplie actuellement les travaux. Le maire de Norge-la-Ville, Denis Mailler, vice-président délégué aux travaux de Norge & Tille, nous les détaille.

Dijon l’Hebdo : Votre communauté de communes agit pour les plus jeunes, une façon de préparer au mieux l’avenir. Quid de la rénovation des centres de loisirs et périscolaires de Bellefond et de Clénay ?

Denis Mailler : « A Bellefond, après une première phase de travaux et de démolition, la construction débute le 1er juillet. La rénovation de l’accueil collectif de mineurs de Clénay est également en cours. Le dépôt de permis de construire est effectué et la consultation des entreprises va débuter prochainement. Ces deux projets mobilisent des investissements respectifs de 1,1 M€ et de 250 000 €. Ces structures étaient vétustes et ces travaux étaient incontournables. C’était une nécessité autant pour les enfants accueillis que pour le personnel afin qu’il puisse travailler dans de bonnes conditions. Sur Clénay, l’isolation est évidemment au programme et, à Bellefond, des panneaux solaires seront installés sur toute la surface de la toiture, c’est à dire environ 120 m2 J’ai, pour ma part, beaucoup travaillé sur le développement durable avec l’architecte. Nous avons aussi fait le choix, en ce qui concerne la récupération d’énergie, d’une pompe à chaleur. Au lieu d’avoir une ventilation double flux simple, elle sera double avec la pompe à chaleur. Si bien que le bâtiment de Bellefond sera à énergie positive… La gestion centralisée de la chaudière gaz permettra aussi de bien piloter les installations. Les rejets de gaz à effet de serre seront ainsi considérablement limités. Et cela permettra de réduire les factures énergétiques, ce qui, dans le contexte actuel, est important. C’est fondamental pour le budget de la communauté de communes dont, au demeurant, nous lançons aussi la rénovation des locaux  ».

DLH : La transition écologique et la lutte contre le changement climatique sont inscrites sur votre feuille de route. Pouvez-vous nous donner l’exemple d’une autre réalisation dans le domaine ?

D. M : « Les travaux sont en cours pour l’aire de covoiturage de Couternon qui disposera de 70 places. 23 recevront, dans un deuxième temps, des bornes électriques. Se situant entre l’Arc et la route de Couternon, au niveau du rond-point d’entrée de l’autoroute, cette aire comprendra aussi un abris à vélos avec possibilité de recharge électrique. Une voie douce est prévue à proximité. Ce projet a pris un peu de temps parce qu’il nous a fallu faire une étude d’impact. Deux ans de préparation et d’études diverses ont été nécessaires pour 3 mois de travaux. Cette aire limitera le nombre de véhicules, améliorera la circulation et participera pleinement à la lutte contre le réchauffement climatique. Les travaux seront finalisés fin juillet et cette aire sera mise en service en septembre ».

DLH : La base de loisirs d’Arc, qui propose une baignade surveillée de juin à septembre, est on ne peut plus fréquentée. Où en êtes-vous des travaux programmés pour le bâtiment ?

D. M : « Nous en sommes aux prémices même si des travaux de peinture ou encore d’aménagement ont été effectués. Les bancs, les poubelles ont été remplacés… Mais il est aussi prévu de refaire un bâtiment neuf pour tout ce qui est voile et autres. La réunion de lancement a été effectuée, une prochaine réunion se déroulera le 29 juin afin de définir les besoins et lancer un appel à projets sur ce dossier afin qu’il puisse voir le jour avant la fin du mandat. Car cette réalisation sera essentielle que ce soit pour les usagers ou le personnel de la communauté de communes. Un personnel fortement mobilisé, notamment durant l’été, sur la base de loisirs qui représente une vitrine de notre territoire, un élément d’attractivité important très usité par les habitants du secteur mais pas seulement »

DLH : L’attractivité de votre territoire passe aussi par les entreprises et les artisans qui y sont installés. Et leur condition d’accueil vous tienne particulièrement à cœur…

D. M : « Nous sommes, en effet, en train de finaliser un parking sur la zone d’activité de Norges-la-Ville. Ce parking, d’un coût de 180 000 €, sera inauguré à la fin du mois. Cette zone est très contrainte aujourd’hui et il permettra de fluidifier la circulation. Une impasse sera prolongée et ouvrira directement sur la D 105 et cela nous facilitera grandement la circulation. Cette zone a déjà quelques années et les besoins ont évolué. Cette zone accueille de très belles entreprises et notamment le chocolatier Fabrice Gillotte. Son nouveau bâtiment aura une entrée directe sur le parking, ce qui permettra un accès facilité à la boutique. C’est une véritable vitrine pour cette zone et le bâtiment qu’il réalise est très beau. Pour la communauté de communes, c’est important d’avoir sur son territoire des entreprises de renommée et tout le monde connaît celle de Fabrice Gillotte » .

DLH : Et qu’en est-il pour les autres zones d’activité ?

D. M : « Nous allons beaucoup travailler dans les années à venir sur la rénovation de nos zones artisanales, que ce soit à Arc-sur-Tille, Couternon, Ruffey et Norges. Toutes ont quelques années et il va falloir avancer. Ce sera l’un de nos chantiers majeurs. La transition écologique est fondamentale, l’attractivité économique l’est tout autant. L’industrie et l’artisanat sont absolument nécessaires. C’est ce qui crée l’emploi, la vie et les services autour. Sans l’activité, nous n’avons pas de service. A mes yeux, l’écologie doit accompagner le progrès… »

DLH : Avec de tels travaux, vous devez faire fonctionner à plein l’économie locale et les entreprises du secteur…

D. M : « Ce sont des appels d’offre public mais lorsque nous avons la chance de pouvoir travailler avec des entreprises locales c’est très important pour nous ! »

DLH : Vous avez innové en définissant un Projet de territoire destiné à écrire ensemble l’avenir de votre secteur. L’objectif étant de réaliser « un territoire connecté, protecteur et dynamique ». La délégation des travaux qui vous incombe est capitale afin de satisfaire ce projet d’envergure…

D. M : « C’est mon collègue Frédéric Imbert, le maire de Clénay, qui porte ce projet. Les travaux sont évidemment essentiels dans ce Projet de territoire. J’ai pour habitude de dire que nous avons voté la loi sur ce projet et que, maintenant, nous en sommes au décret d’application. Il va falloir que l’on travaille sur l’organisation de notre territoire et ce que l’on veut en faire dans le futur. Dans quelques années, nous passerons à un PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal). Nous devons travailler très en amont et ce Projet de territoire en est l’un des piliers ».

DLH : Votre président Ludovic Rochette explique qu’il faut sortir des communes dortoirs pour avancer vers les communes réfectoires. C’est en substance ce à quoi vous aspirez également ?

D. M : « Nous sommes en effet en train de sortir de ces communes dortoirs. Nous voulons des communes qui bougent. Les différentes animations et les multiples opérations qui sont faites y participent pleinement. Rien n’est simple dans notre monde et nous arrivons à faire avancer les choses à force de volonté et notre président, Ludovic Rochette, est un moteur. Et nous avons 14 communes au sein de Norge & Tille, si bien que c’est beaucoup plus facile de travailler ensemble et d’avancer dans le même sens que dans des communautés de communes où elles sont beaucoup plus nombreuses ».

Propos recueillis par Camille Gablo