Jean-Pierre Sonvico conserve la barre

Jean-Pierre Sonvico a été reconduit le 25 mars à la présidence de la Fédération départementale pour la pêche et la protection du milieu aquatique de Côte-d’Or. Le tournant pris ces dernières années afin de mieux faire connaître les nombreuses actions pour les adeptes de la gaule comme pour la préservation de l’environnement va s’intensifier…

L’auteur du Pape des Escargots, Henri Vincenot, qui n’avait pas son pareil pour décrire la nature bourguignonne et qui avait été, dès son plus jeune âge, initié à la pêche à la mouche, nous aurait rappelés que la Côte-d’Or est une terre… d’eau. Et pas seulement de vin ! 1 486 km de rivières de 1re catégorie, 1 360 km de seconde catégorie, 1 550 ha de plans d’eau et réservoirs, 100 km de Saône et 205 km de canaux ! C’est dire si le département peut satisfaire les adeptes de la gaule (et ne confondez pas avec les inconditionnels de Vercingétorix !) dont leur nombre s’élève à 25 000. Et c’est dire aussi à quel point le rôle de la Fédération départementale pour la pêche et la protection du milieu aquatique est essentiel. A la fois pour que les passionnés puissent s’adonner pleinement à leur loisir mais aussi pour œuvrer au développement durable d’une ressource capitale !

Le 25 mars dernier, les présidents d’AAPPMA (associations agréées pour la pêche et la protection du milieu aquatique) ainsi que les délégués supplémentaires des associations les plus importantes ont réélu à sa tête Jean-Pierre Sonvico. Et celui-ci pourra faire perdurer ses nombreuses actions pour développer, en parallèle au savoir-faire, le faire-savoir de la Fédération : « Nous allons poursuivre notre communication afin de faire connaître la Fédération et son rôle qui me semblaient réellement manquer d’un déficit de notoriété. Les gens n’étaient pas au courant de nos missions qui sont pourtant essentielles. La diffusion du savoir et de la connaissance du milieu aquatique auprès des jeunes se poursuivra aussi. Pour ce faire, nous avons une convention spécifique avec le ministère de l’Education nationale sur l’animation qui nous permet d’intervenir de la maternelle au collège ».

Des liens forts avec les institutions

Et le président de placer aussi les projecteurs sur le rapprochement avec les institutions : « Nous avons également redonné une autre visibilité grâce au lien tissé avec les institutions, que ce soit la Direction départementale des territoires (DDT), la Préfecture, le Conseil départemental avec lequel nous venons, par exemple, de signer une convention pluriannuelle qui porte, notamment, sur la protection des milieux naturels sensibles. Nous avions également signé avec VNF (Voies navigables de France) une convention très intéressante pour des travaux sur les canaux et les réservoirs. Je n’oublie pas Enedis non plus avec laquelle nous œuvrons pour la prévention des accidents électriques qui sont déjà intervenus dans l’Hexagone. Et nous allons aussi signer sans doute avec la Chambre d’Agriculture et la SNCF afin d’éviter les accidents des animaux qui sortent sur les voies ferrées ».
Le capitaine reconduit à la barre ne manque pas d’évoquer non plus « la remise en état des cours d’eau ou le programme de travaux destinés à restaurer les frayères pour les espèces comme le brochet ou la truite fario ». Et n’oublions pas que la Fédération de la Côte d’Or-est l’une des rares en France à posséder sa propre pisciculture, dans un cadre privilégié à Velars-sur-Ouche, où « ne sont élevée que des truites arc-en-ciel triploïdes qui ne se reproduisent pas : « C’est à des fins halieutiques et les 40 tonnes que nous produisons par an permettent de protéger les souches sauvages qui ont subi de plein fouet les sécheresses».

Si bien que grâce à cela les pêcheurs à la truite peuvent s’en donner à cœur joie (depuis le 12 mars). Ceux du brochet devront patienter au 30 avril. Pour les inconditionnels du sandre, la date d’ouverture est fixée au 14 mai…

Une chose est sûre, tous les pêcheurs peuvent faire confiance à la Fédération pour prendre soin de leur espace naturel de prédilection. Cette Côte-d’Or et ses cours d’eau, dans lesquels Henri Vincent n’avait pas son pareil pour nous plonger…

Camille Gablo

 

www.fedepeche21.com

4 rue Louis Neel. Dijon

03.80.57.11.15

federation-peche21@wanadoo.fr