La nouvelle recette (numérique) de la Foire

La pause forcée ne s’est pas apparentée à du repos pour Dijon Congrexpo qui a travaillé à conférer une dimension digitale à ses événements. Après le Salon de l’Habitat, stricto-sensu en mode virtuel, puis Vélo & Co, en virtuel et en présentiel, c’est au tour de la Foire de Dijon de connaître une nouvelle jeunesse hybride. La directrice générale Nadine Bazin nous dévoile cette nouvelle recette (numérique)…

La Foire internationale et gastronomique de Dijon a 100 ans mais n’a pas pris une ride. Et cette vieille dame a même recouvré une prime jeunesse (nous aurions pu écrire qu’elle a droit à une séance de lifting complète mais les féministes farouches auraient jugé, qui sait, cette métaphore politiquement incorrecte). Dijon Congrexpo n’est, en effet, pas resté les bras croisés durant la triste période d’éloignement avec le public. Bien au contraire, les équipes dirigées par Nadine Bazin se sont démultipliées pour réussir la transition digitale. Après avoir essuyé les plâtres avec le premier salon numérique de l’habitat, puis avoir changé de braquet avec le premier salon en mode hybride (présentiel et format digital), Vélo & Co, Dijon Congrexpo a décidé de faire prendre à la Foire le même tournant. Ce qui va lui permettre de résonner bien au-delà du parc des Expositions.
Via la plateforme digitale accessible depuis le site foirededijon.com, il sera désormais possible de préparer sa visite, de s’enquérir des offres ainsi que des bons plans des multiples exposants. Le replay des différentes animations quotidiennes est également au programme de cette plateforme, qui a pour objectif d’attirer des internautes n’ayant pas, à l’origine, envisagé de passer un agréable moment à la Foire. Certains auront, qui sait, envie de venir vivre les émotions en présentiel…

Et ce n’est pas la seule nouveauté de cette édition 2021, qui, comme Nadine Bazin le met en exergue, « ne fait définitivement pas ses 100 ans » : « A l’heure du virage numérique, nous installons au cœur même de l’événement, à proximité de la Scène des Chefs, un studio TV qui servira de décor à une émission quotidienne. Celle-ci s’intitulera « En direct de la Foire » et sera consacrée à l’actualité et aux tendances de la Foire. Au programme, des interviews, des tables rondes, des présentations de produits… Ces émissions seront diffusées à la fois en direct sur les écrans placés dans l’enceinte et visibles dès le lendemain en replay sur la plateforme digitale. Ces nouveautés viendront enrichir l’expérience en présentiel au profit de nos visiteurs et bien sûr de nos exposants ».

Afin de satisfaire aux nouvelles appétences de consommation (numérique s’entend), autrement dit relever les défis d’aujourd’hui et se tourner réellement vers l’avenir, l’un des plus importants symboles de la Foire, si ce n’est le plus important, a été entièrement revisité. La Table de Lucullus subit plus qu’une cure de jouvence (nous pouvons même écrire que, là, Dijon Congrexpo a renversé la Table) puisque les visiteurs vont découvrir une nouvelle génération de table numérique. Ils assisteront à un spectacle en vidéo-projection sur la table dressée, au centre de laquelle trônera une grosse cloche. Le show commencera par un clin d’œil aux 100 ans de la Foire puis il se poursuivra par quatre tableaux pour autant de saisons, plaçant sous les projecteurs des spécialités locales et régionales. A noter que ce spectacle a été conçu par l’artiste Antoine Legras, qui est déjà intervenu sur les spectacles de Noël à Dijon mais aussi sur des mapping-vidéos à l’international…

Tout en conservant ses fondamentaux, la Foire internationale et gastronomique pourrait aussi revendiquer dorénavant un autre qualificatif : numérique, comme vous avez évidemment deviné !

Camille Gablo