Cité de la gastronomie : Rendez-vous en avril

La Cité internationale de la Gastronomie et du Vin ouvrira ses portes au début du mois d’avril 2022. A cette date, les visiteurs – qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs – en prendront plein les yeux… et la bouche. Le menu final a été dévoilé lors du dernier Comité d’orientation stratégique (COS) de la CIGV.

Les travaux devant être achevés le 21 décembre, il ne fallait pas savoir lire dans le marc de café (ou dans les entrailles de poisson, comme faisaient, semble-t-il, les devins gaulois près d’Alésia) pour imaginer que l’inauguration du projet le plus important de la dernière décennie puisse se tenir durant l’hiver… sous des cieux peu cléments. Et surtout avec la Covid qui nous est tombé sur la tête. C’est ainsi ce qu’a confirmé le 31 mai le maire et président de Dijon métropole, lors du Comité d’orientation stratégique de la CIGV : « Quand va-t-elle ouvrir ? Plus les travaux sur site avance, et leur progression est impressionnante, plus les Dijonnais sont nombreux à me poser la question. Il ne faut pas s’arrêter à des dates qui ont été lancées avant la crise sanitaire mais aussi avant la fermeture subite de la Cité internationale de la Gastronomie de Lyon qui nous a conduits à nous poser de bonnes questions. C’était aussi avant que le conseil municipal de Dijon, sans plus aucune entrave, ne vote la reprise du portage du Pôle culturel », a expliqué François Rebsamen, avant d’annoncer : « J’ai réuni récemment les acteurs du cœur de réacteur de ce projet pour réfléchir ensemble à la date d’inauguration la plus appropriée. Et nous n’avons pas tergiversé. La date la plus opportune pour réussir cette opération sera début avril 2022, au lancement du printemps. Ce sera, après le faux départ de Lyon, la première Cité à ouvrir ses portes sur le territoire national. On va le faire en grand : les expositions, l’école Ferrandi, le BIVB, les commerces, les cinémas. Il y aura de quoi faire vivre dès le premier jour un maximum d’expériences aux visiteurs. Ce sera donc avril 2022, en phase avec le démarrage de la saison touristique et aussi avec l’idée de profiter des beaux jours ! »

Un printemps… révolutionnaire

C’est donc, en matière de gastronomie et de vin, un printemps… dijonnais (au sens révolutionnaire du terme) qui se profile l’année prochaine… puisque les visiteurs découvriront la Révolution qui s’est opérée sur l’ancien site de l’hôpital général. Et que l’on doit au groupe Eiffage qui a accéléré la cadence des travaux… Sur pas moins de 6,5 ha, ils pourront déguster comme il se doit les nombreux espaces qui les attendent. Car le menu de la CIGV est vaste : entre les quatre expositions sur 1 750 m2 au total (consacrées au repas gastronomique des Français, au vin et à la pâtisserie), le village gastronomique regroupant les producteurs locaux, l’école Ferrandi dont le nom de la première marraine a été dévoilé également – ce sera Dominique Loiseau –, la Librairie Gourmande, une école des vins immersive du BIVB, le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) qui, quant à lui, portera l’appellation « 1204 », en référence à l’année où le Duc Eudes III de Bourgogne a fondé les Hospices de Dijon sur une île de l’Ouche… il y en aura pour tous les goûts. Et nous pourrions ajouter à cet inventaire à la Prévert la cuisine « expérimentielle » érigée par le groupe K-Rey, sur 3 niveaux et 570 m2, qui permettra notamment de réaliser des « masterclass » de chefs ou de MOF, sous le regard du public.

A proximité des 13 salles de cinéma, avec le multiplex Pathé-Gaumont et le cinéma d’art et d’essai Supernova, de l’hôtel 4 étoiles luxe de la gamme Curyo by Hilton ou encore le Village by CA (avec la Foodtech et Vitagora), les visiteurs en prendront plein les yeux… et la bouche. Car, comme François Rebsamen l’a mis en exergue, « ce projet conforte Dijon comme destination du bien-manger et du bien-boire ». Et ce, pour toutes les bourses, pour les touristes comme pour les Dijonnais, car la CIGV se veut autant attractive pour les visiteurs que pour les locaux…

Des établissements atypiques

Durant ce COS, ont ainsi été dévoilés les trois établissements qui pourront accueillir les gourmets : la Table du Chef, un restaurant gastronomique dans un espace voûté de 300 m2 avec une cuisine ouverte où des menus personnalisés seront élaborés après le choix des vins ; le Comptoir du Chef, dès l’entrée de la CIGV, où des en-cas (dans la langue anglo-saxonne, des « finger food ») seront proposés sur place ou à emporter; la Cave des Vins qui, sur plus de 600 m2, sera équipée de 250 « Oenomatic » et comptera 3 000 références de vins. D’ici et d’ailleurs et à tous les prix…

Ces deux restaurants et cette cave à vins hors du commun seront exploités par Epicure Investissement, piloté par Julien Bernard dont vous pouvez découvrir l’interview dans la page ci-contre. Et ils seront placés sous la direction culinaire du chef Eric Pras, à la tête de la Maison Lameloise à Chagny et seul chef 3 étoiles de Bourgogne Franche-Comté. Développer pour faire vivre une véritable expérience (gustative) à tous les visiteurs de la CIGV, ces trois enseignes emploieront quelque 70 personnes.

Rendez-vous donc en avril 2022 pour le premier banquet de la CIGV. A la différence de celui (à base de sangliers rôtis) présent dans tous les albums d’Astérix et Obélix, ce banquet ne viendra pas conclure l’aventure mais bel et bien la lancer !

Camille Gablo