Chevigny-Saint-Sauveur : « Une écologie qui met l’humain au cœur »

La ville de Chevigny-Saint-Sauveur s'apprête, à sa façon, à fêter l'environnement et le développement durable. Guillaume Ruet, maire de la commune et André Delattre, adjoint au maire en charge du développement durable, expliquent les tenants et aboutissants de ce temps fort de la vie locale programmé le 12 juin prochain dans le parc du château de l'AFPA.

Dijon L'Hebdo : Vous organisez la Fête de l'environnement et du développement durable à Chevigny samedi 12 juin. Comment vous est venue cette idée ?

André Delattre : Au départ, cette fête était prévue samedi 5 juin. Mais le calendrier des règles sanitaires nous a contraints à repousser l'événement d'une semaine, le samedi 12 juin. Il s'agit de la deuxième édition de l'événement. Une première Fête de l'environnement avait été organisée en juin 2019. Elle avait connu un succès d'estime puisqu'on avait compté un millier de visiteurs. Au début du mandat, Guillaume Ruet m'a chargé de remettre le couvert et de proposer un événement plus complet et plus axé sur la thématique du développement durable. Ce qui tombe plutôt bien étant donné qu'il m'a confié la délégation au développement durable en juin dernier ».

Guillaume Ruet : « L'environnement et le développement durable sont en effet des éléments incontournables de notre programme municipal et de toutes les actions et politiques mises en place sur la commune. J'ajoute que le côté « festif » de l'événement est hyper important pour nous. A Chevigny, nous défendons une vision optimiste et pragmatique de la lutte contre le réchauffement climatique, la protection de la biodiversité et l'économie circulaire. Nous nous inscrivons pleinement dans une écologie qui met l'humain au cœur, qui incite, qui explique et pas du tout, comme certains, dans une écologie punitive, restrictive et dogmatique. Pour nous, un comportement éco-responsable doit être naturel et enthousiaste. Pas une contrainte ou une punition ! ».


Dijon L'Hebdo : Concrètement, qu'allez-vous proposer durant cette journée ?

André Delattre : « Nous avons choisi de mettre en avant quatre grandes thématiques, les arbres, les déplacements doux, la rénovation énergétique et le recyclage des déchets. Une trentaine de stands seront mis en place pour illustrer ces grandes problématiques. Il s'agit d'être pratiquo-pratique ! On veut s'inscrire dans la réalité. Pas dans l'incantation ! On veut accompagner, aider les Chevignois. Pas leur faire la leçon ».

Guillaume Ruet : « Oui, j'ai beaucoup insisté pour qu'on propose des solutions concrètes aux problèmes rencontrés chaque jour par les Chevignois. On veut leur apporter des réponses simples pour « verdir » leur comportement de tous les jours.

André Delattre : « On a également invité des partenaires institutionnels, à l'image de la Métropole et du Département, ou privés, Suez, Infinéo, Engie et la SOGEDO, qui proposeront leur expertise aux visiteurs ».

Dijon L'Hebdo : L'arbre est omniprésent à Chevigny. Pour quelle raison ? Est-ce lié à l'histoire de la commune ?

Guillaume Ruet : « En partie. Chevigny est le véritable poumon vert de l'Est de l'agglomération dijonnaise. Il faut ainsi savoir que la forêt occupe 25% de la surface totale de la commune. L'arbre est un élément emblématique de l'identité de Chevigny. Le Défi 1 000 arbres, que nous avons lancé en 2019, illustre parfaitement la volonté de la Ville de faire de l'arbre un outil de développement durable. Car pour préserver la biodiversité, lutter contre le réchauffement climatique ou assainir l'air de nos villes, on n'a pas trouvé meilleur remède que l'arbre. Attention, il ne faut pas planter n'importe quoi n'importe où et n'importe quand. Planter un arbre doit être un acte réfléchi, qui s'inscrit dans une stratégie pertinente et globale. On s'est d'ailleurs doté récemment d'une charte de l'arbre. Une sorte de mode d'emploi de l'arbre en ville ».

André Delattre : « C'est aussi pour cette raison que la Fête de l'environnement et du développement durable sera organisée au cœur du parc du château de l'AFPA. C'est un endroit absolument merveilleux, au milieu d'arbres dont certains sont plus que centenaires. Le lieu est apaisant. On est clairement en pleine nature, dans la forêt, alors que le centre-ville est à 300 mètres à vol d'oiseau. Et des oiseaux, il y en a également pléthore ! Franchement : que peut-on trouver de mieux qu'un tel écrin pour accueillir une fête de l'environnement ?

Dijon L'Hebdo : Cette fête sera enfin l'occasion d'afficher les réalisations environnementales chevignoises ?

André Delattre : « Tout à fait. Il y aura bien entendu un stand de la ville mais nous avons également invité de nombreuses associations chevignoises, notamment « Un enfant peut sauver un arbre », L'Abeille chevignoise, la Ligue Protectrice des Oiseaux, l'ASC Cyclo ou la section marche de l'Office Chevignois des Retraités. Toutes ces associations oeuvrent au quotidien pour le développement durable. Nous allons leur offrir une vitrine pour présenter leurs actions aux Chevignois ».

Guillaume Ruet : « Les jeunes seront largement associés à cet événement. Le Conseil municipal des enfants sera ainsi particulièrement mobilisé. Les gamins d'aujourd'hui sont les citoyens de demain. L'éducation à l'écologie est donc indispensable si on veut des éco-citoyens engagés et responsables dans les années à venir ».

Propos recueillis par Jean-Louis Pierre