Salon de l’Habitat : le digital s’installe

Covid oblige, le traditionnel salon de l'Habitat ne se tiendra aux dates et dans les formes habituelles. Ce n'est pas pour autant que les dirigeants de Dijion Congrexpo ont jeté l'éponge et attendent des jours meilleurs. Bienvenue au salon virtuel. Explications avec Jean Battault, le président, et Nadine Bazin, la directrice générale.

 

Dijon l'Hebdo : Pourquoi organiser un salon de lhabitat virtuel ?

Jean Battault : « On entend souvent dire que les crises sont un bon moment pour remettre les choses à plat et se réinventer... A sa mesure, en accélérant sa transformation digitale, Dijon Congrexpo s’inscrit pleinement dans cette dynamique. Nous voyons en effet l’opportunité dans la crise sanitaire de nous réinventer et d’innover dans notre métier d’organisateur d’événement : le salon virtuel est précisément l’une des illustrations de cette faculté à s’adapter à un nouveau contexte. Ce salon est le 1er salon organisé par Dijon Congrexpo depuis le début de la pandémie ; pour la petite histoire, le salon de l’habitat avait été le dernier salon à se tenir en 2020 avant le confinement généralisé...

Nadine Bazin : « Ce salon reflète également notre volonté de nous engager sur un rendez-vous ferme auprès de nos exposants et visiteurs, un rendez- vous qui ne soit pas soumis aux aléas de la pandémie... même si nous avons hâte de pouvoir à nouveau accueillir les uns et les autres le plus rapidement possible car rien ne remplace la rencontre physique. Le salon virtuel préfigure en quelque sorte le salon présentiel dont la date est fixée du 28 au 31 mai si les conditions sanitaires le permettent.

 

DLH : quels sont les avantages d’un salon virtuel ?

Jean Battault : « Le format virtuel accroît de façon considérable la zone de chalandise du salon et la visibilité de l’exposant qui n’ont de fait plus de limites géographiques... Il permet également, pour un investissement plus que modéré et sans déplacement, de nouer des contacts avec des prospects « chauds » à transformer en clients ».

Nadine Bazin : « Pour le visiteur, c’est l’accès au salon, aux offres des exposants et aux différentes animations 24H/24, depuis son salon et gratuitement. En plus la plateforme virtuelle restera en ligne jusqu’au salon présentiel, soit 2 mois au minimum, ce qui constitue un véritable bonus pour exposants et visiteurs ! »

 

DLH : Comment ça marche un salon de l’habitat virtuel ?

Nadine Bazin : « Nous avons souhaité cette plateforme la plus simple et la plus ergonomique possible dans son fonctionnement de façon à faciliter et fluidifier au maximum la navigation des internautes. A l’ouverture de la plateforme le 8 avril, l’internaute pourra retrouver les exposants par thématique, échanger avec eux, prendre rendez-vous, etc...

Chaque exposant bénéficie d’une fiche de présentation de son entreprise et de ses produits, pourra avec la possibilité d’insérer des photos, des vidéos, en fonction de la formule de participation qu’il aura choisie. Pour celles et ceux qui auraient quelques hésitations avant de se lancer, exposants ou visiteurs, nous avons réalisé et mis en ligne 2 tutoriels très courts et très pédagogiques.

Jean Battault : « Il s’agit d’un métier totalement nouveau, non seulement pour nos équipes mais aussi pour les exposants, qui nécessite un temps d’apprentissage et d’adaptation ; aussi devons-nous rester modestes par rapport à cette première expérience, dont nous allons tirer, je n’en doute pas, de nombreux enseignements. Nous avons pleinement conscience que tout ne sera pas parfait dès la première fois, c’est le lot commun de toute innovation. Nous croyons cependant fortement à l’avenir du modèle hybride. C’est pourquoi nous orienterons désormais tous nos salons vers ce format ».

 

https://virtuel.salonhabitatdijon.com/