Christel Sadoine : « Les experts-comptables recrutent… à tous niveaux »

S’il y a une profession qui recrute actuellement, c’est bien celle des experts-comptables. Christel Sadoine, vice-présidente de l’Ordre des Experts-Comptables de Bourgogne Franche-Comté, lance un véritable appel aux jeunes et dépoussière, par là-même, l’image d’une activité qui a considérablement évolué ces dernières années. Il faut dire que, depuis le début de la crise sanitaire, ils sont devenus de véritables « urgentistes des entreprises… »

Dijon l’Hebdo : Pouvez-vous nous détailler le cursus menant au Graal d’expert-comptable ?
Christel Sadoine : « Le parcours peut être scindé en 3 étapes. La première d’entre elles est, évidemment, post-bac, avec le DCG (Diplôme de comptabilité et de gestion). Ensuite, le DSCG (Diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) représente la phase d’approfondissement. C’est l’équivalent d’un master (bac + 5). Lorsqu’ils ont l’obtention de ce diplôme, les étudiants sont sur un cursus d’expert-comptable stagiaire, autrement dit ils sont salariés durant 3 ans dans un cabinet et ont un parcours de formation dispensé par l’Ordre. Et, à l’issue, ils peuvent postuler au DEC (diplôme d’expertise comptable). Les jeunes intéressés peuvent, notamment, se tourner vers l’IUT de Dijon, le Castel ou encore Saint-Bénigne pour le bassin dijonnais mais aussi vers le lycée Mathias à Chalon-Sur-Saône. L’Université de Bourgogne ainsi que le lycée Mathias, en collaboration avec le Greta 71, forment au DSCG. Je veux également insister sur le Master CCA (comptabilité-contrôle-audit) diligenté, quant à lui, au niveau de l’IAE (Institut de l’administration des entreprises) et qui est reconnu comme la voie royale. C’est l’un des meilleurs de France en terme de formation et son directeur n’est autre que le président du jury du diplôme d’expertise comptable ».

DLH : Pour certains, ce cursus peut s’apparenter à un long parcours du combattant…
C. S : « Beaucoup ont, en effet, encore des craintes quant au long chemin menant à l’expertise-comptable en elle-même, mais ils doivent savoir que les cabinets recrutent aujourd’hui à toutes les étapes. Certains peuvent même faire des pauses de plusieurs années avant de reprendre le cursus. Un jeune peut très bien s’arrêter au DCG et être embauché… »

DLH : Que répondez-vous à ceux qui croient encore que vous n’êtes que des spécialistes du chiffre ?
C. S : « L’objectif de notre mandature est, en effet, de montrer que l’expert-comptable est loin de l’image qui est encore malheureusement trop souvent véhiculée. Ce n’est pas quelqu’un qui passe son temps derrière son ordinateur, avec sa calculette, ses lunettes et son nœud de cravate… Il faut dépoussiérer cette image éculée ! Dans notre métier, le contact est essentiel, la diversité des clients avec lesquels nous travaillons est totale. C’est ce qui fait la richesse de nos métiers. On nous présente aujourd’hui, dans la crise sanitaire, comme les médecins de l’entreprise. Nous n’avons pas, il est vrai, démérité pour jouer notre rôle dans l’économie en accompagnant à tous niveaux nos clients : que ce soit sur les PGE (prêts garantis par l’Etat) mais aussi dans le domaine social, celui des ressources humaines. Mais nous avons dû aussi déchiffrer le millefeuille des textes administratifs. Nous sommes bien loin aujourd’hui de la production des comptes annuels et liasses fiscales ! Notre « catalogue produit » s’est considérablement allongé. Notre profession se tourne véritablement vers des missions de conseil à valeur ajoutée. Nous sommes devenus les coaches des dirigeants d’entreprises. Et, pour cela, les cabinets ont besoin de profils différents : des informaticiens, des data-analystes pour la digitalisation, des personnes en charge du marketing ou de la communication… »

DLH : C’est un message enthousiasmant dans la période de crise que l’on traverse…
C. S : « Dans cette période de crise, il est important de dire que nos cabinets recrutent ! C’était déjà vrai avant mais cela l’est d’autant plus aujourd’hui… Nous recrutons quel que soit le niveau ! »

Propos recueillis par Camille Gablo

Pour plus de renseignements :
Ordre des Experts-Comptables
5 places du Rosoir
21 000 Dijon
www.bfc.experts-comptables.fr
Tél. 03.80.59.65.20