Bernard Depierre, le (grand) professionnel de l’apprentissage

Seul son homologue dIle de France, implanté donc dans une région forte de 13 millions dhabitants, demeure encore devant lui dans le classement national. Cest dire à quel point Formapi, lex-CFA du Sport de Bourgogne Franche-Comté qui a largement élargi son éventail de diplômes et qui est dorénavant présent bien au-delà des frontières régionales, cultive lexcellence. Cette structure emblématique de lapprentissage atteint même cette année un record. Interview de son président Bernard Depierre, grand professionnel du sportet de lapprentissage !

Dijon l’Hebdo : Comment expliquez-vous un tel engouement pour votre structure ?

Bernard Depierre : « A la rentrée de septembre, Formapi a battu tous les records deffectifs avec 1 276 apprenants. La politique de développeurs que nous avons mise en place avec des personnes en charge de trouver de nouveaux apprentis et des maîtres dapprentissage dans chacune de nos unités de formation a porté ses fruits. Cette croissance est inhérente aussi à notre extension au-delà de la Bourgogne Franche-Comté. Nous avons ainsi des UFA (Unité de formation dapprentis) à Strasbourg, Troyes, Roanne, Bourg-en-Bresse, Bourgoin-Jallieu, Grenoble mais aussi Pau, en lien les grands clubs de ces villes. En Bourgogne Franche-Comté, les UFA ont toutes progressé de 10 à 25%. Nous avons diversifié les diplômes proposés par Formapi qui vont de bac - 1 à bac + 5, avec, notamment, des Master 2. Nous avons également élargi à quelques diplômes de lenseignement supérieur portant sur le management du sport cest le cas au DFCO , à la communication et au marketing ou encore au droit du sport. Autre élément important, nous avons cherché à obtenir de nouveaux titres de formation, au-delà de nos traditionnels BPJEPS ou encore des DEJEPS. Je veux aussi ajouter que, dans nos UFA, nous avons un établissement public comme le CREPS, pour des sports que nous navions pas précédemment : le canoë kayak, laviron, le tir à larcNous avons développé sur notre plateforme informatique de formation ouverte à distance (FOAD) un maximum de nouveaux programmes. Linvestissement pour cette plateforme était tout de même de 3 Met nous avons pu lacquérir grâce à la Région et aux fonds européensAu total, aujourdhui, Formapi représente plus de 40 diplômes ».

DLH : Les aides de l’Etat pour l’apprentissage n’ont-elles pas également joué un rôle ?

B. D : « Jai le sentiment que ce chiffre record est la conséquence de la situation dramatique que traversent les jeunes actuellement. Je pense notamment à labsence de cours en présentiel à lUniversité mais aussi aux nombreuses interrogations quils peuvent avoir sur leur avenir. Aussi se sont-ils plutôt tournés vers les diplômes que lon prépare. Noublions pas non plus quils bénéficient dun salaire en tant quapprenti. Et sils obtiennent leur diplôme (85 % de taux de réussite), leur taux demployabilité s’élève à 92% ! Mais je tiens en effet à saluer leffort très important qua fait le gouvernement en dotant les employeurs de ces apprentis de moins de 18 ans de 5 000 et de plus de 18 ans de 8 000 . Soit quasiment le coût du salaire dun apprenti de 1re année. Cest aussi un élément déterminant… »

DLH : Comment envisagez-vous l’avenir ?

B. D : « Nous sommes aujourdhui extrêmement sollicités pour ouvrir de nouvelles UFA. Nous devrions en ouvrir une à Limoges autour du basket ce qui sera une excellente chose et nous avons des demandes redondantes de nombre de clubs de foot de Ligue 2. Mais notre objectif est déjà de consolider lexistant… »

Propos recueillis par Camille Gablo

Formapi

19 avenue Albert Camus. 21000 Dijon

03 80 74 08 88

formapi.fr