Après la « crise sanitaire », Dijon Congrexpo repart de plus belle

Dijon Congrexpo représente l’un des acteurs majeurs de l’attractivité de la capitale régionale. Et l’on ne parle pas que de son événement majeur, la Foire internationale et gastronomique de Dijon, et de ses quelque 160 000 visiteurs et ses 600 exposants. Ce qui en fait la première foire de France si on ramène ces chiffres au nombre d’habitants de la Cité des Ducs… Aussi, alors que des nuages (et c’est un euphémisme) planent sur l’univers de l’événementiel, pandémie oblige, la conférence de presse post-déconfinement du président de Dijon Congrexpo, Jean Battault, était particulièrement attendue. Et celle-ci a tenu toutes ses promesses, avec plusieurs nouveautés dévoilées.

 L'après » ne sera plus comme « l'avant ». C'est le leitmotiv que nous répètent à satiété ceux qui tiennent en main les destinées de la République. A Dijon Congrexpo, « l'après » se conjugue au présent. « L'après », c'est maintenant ! En temps de crise, dans un monde complexe, la tentation est souvent forte de se réfugier dans une forme de fatalité résignée. Jean Battault, le président, et Nadine Bazin, la directrice générale, qui gèrent les destinées de ce fleuron de l'économie régionale, ne sont pas dans cet état d'esprit chagrin. Optimiste. Résolument. Passionnément. Voilà en quelque sorte la feuille de route partagée par les 29 salariés de la structure qui gère le palais des Congrès et le parc des Expositions de Dijon. « Pourquoi faut-il encore et toujours que ce soit le pessimisme qui l'emporte ? » martèle Jean Battault qui souhaite avant tout délivrer un message positif et plein d'espoir en cette période de déconfinement. C’est élémentaire, basique même pour ce chef d'entreprise accompli qui a fait de la Maison Boudier une des marques de spiritueux les plus réputées dans le monde. Pourtant, le coup porté par le Covid-19 a été rude : 42 manifestations annulées, 18 reportées. « On a eu peur. Nous avons perdu plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires » confie Nadine Bazin qui se réjouit de l'engagement intact de l'ensemble du personnel. « Cela ne retire en rien à notre ardeur de continuer cette délégation de service public ». Dijon Congrexpo a des atouts et des armes pour relever le défi qui se présente : « Nous envisageons l'avenir avec sérénité car nous savons que nous pouvons nous appuyer, pour passer l'obstacle, sur une équipe unie et compétente qui a prouvé son professionnalisme et son expertise. C'est une chance que beaucoup nous envient » précise la directrice générale. « Même si on n'a ni la mer ni la montagne, on a su faire de Dijon une destination d'affaires et de congrès. C'est le fruit d'une action commerciale formidablement efficace » affirme Jean Battault qui a fait sienne cette maxime du vieux Sénèque : « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles ». La crise sanitaire a mis un sérieux coup de frein aux performances de Dijon Congrexpo qui a enregistré en 2019 un chiffre d'affaires record de 8,3 M€ et une activité du Palais des congrès qui s'est encore développée alors que, dans le même temps, elle avait tendance à se stabiliser un peu partout en France. Cet optimisme renforcé par une motivation sans faille sont une bonne nouvelle pour la métropole dijonnaise. Dijon Congrexpo a, en effet, un impact très important sur l'économie locale. Les retombées directes et indirectes représentent 21 millions d'euros qui profitent à bon nombre d'acteurs. Et le président et la directrice générale de conclure : « Nous prenons les chiffres pour ce qu'ils sont : pour des boussoles permettant d'orienter le débat, l'action, les décisions vers les véritables enjeux ». Le cap est donc fixé. Direction Bonne-Espérance...

Jean-Louis Pierre

Les nouveautés

La Foire maintenuemais décalée

Lors de la conférence de presse organisée par Dijon Congrexpo le 4 juin dernier, eu égard à son importance dans le paysage régional (cest le premier événement économique et commercial de Bourgogne Franche-Comté), les informations sur la prochaine Foire internationale et gastronomique de Dijon étaient particulièrement attendues. Le président Jean Battault a annoncé que celle-ci n’était pas annulée mais décalée « eu égard à la pandémie qui a totalement bousculé le calendrier des foires ». Et de préciser : « Cest le cas de la Foire de Paris qui est passée du printemps à lautomne. Compte tenu du fait que de nombreux exposants, restaurateurs notamment, participent traditionnellement aux foires de Paris et de Dijon, nous avons décidé, afin de ne pas les fragiliser davantage ils sont à larrêt complet depuis le mois de mars, de décaler de quelques jours la foire internationale et gastronomique ». Si bien que la 90e édition, « avec un maximum de précautions », se déroulera du vendredi 6 novembre au dimanche 15 novembre au soir. Sachez que 5 nocturnes sont prévues et que lIrlande sera linvitée dhonneur. Cet événement sera aussi loccasion pour Dijon Congrexpo dexprimer sa reconnaissance aux personnels du CHU qui se verront offrir une entrée gratuite.

Salon Bière et Gastronomie

Ce nest pas un oxymore. Loin de là ! La Bière et la gastronomie se marient fort bien. Un nouveau salon sur ce thème sera organisé par Dijon Congrexpo les 27 et 28 mars 2021. Avec comme objectifs : « Réunir lensemble des acteurs de lunivers de la bière et une offre de restauration, de produits et de spécialités gastronomiques axées en priorité sur la bière comme ingrédient ou accompagnement ». Mais aussi de « proposer aux visiteurs de vivre une expérience unique, conviviale et festive autour daxes forts : des dégustations accompagnées par les brasseurs, des animations autour des accords bière-fromage, bière-charcuterie, bière-chocolat... ; des ateliers- découvertes ; des conférences ; un concours… »

Salon Vélo & Co

Dijon Congrexpo se met à la petite reine avec un projet ambitieux : du 17 au 19 septembre 2021 sera ainsi organisé le Salon Vélo & Co. Comme la expliqué Jean Battault, « les chiffres montrent que la période que nous vivons actuellement favorise considérablement la forte croissance de la pratique du vélo comme mode de déplacement. Il est aussi une passion française de longue date quand on considère par exemple les 15 millions de pratiquants et le succès médiatique du Tour de France chaque année. Plus quun salon, ce nouveau rendez-vous sera un évènement festif à vivre en famille ou entre amis consacré à tout lunivers du vélo, sous toutes ses formes et toutes ses pratiques ».

Un événement E-Sport

Parmi les nouveautés dévoilées par Jean Battault figure un événement denvergure autour du e-sport, qui est, rappelons-le, la pratique de jeu(x) vidéo(s), dans un espace commun ou sur internet, seul ou en équipe, avec un ordinateur ou une console. Le président de Dijon Conbrexpo a rappelé que « cette discipline est devenue en quelques années un véritable phénomène de société, avec près de 3 millions de pratiquants en loisir et 1,3 millions de pratiquants en compétition pro ou amateur ». Les 14 et 15 novembre prochains, sera ainsi organisé le Dijon E-Sport de Bourgogne Franche-Comté qui « constituera un nouveau rendez-vous pour les passionnés, joueurs et amateurs de la région et dailleurs, mais aussi pour les curieux désireux de découvrir cet univers ».

Jean Battault : « Faire mieux et plus »

Comment fait-on pour garder le moral après une telle épreuve ?

Jean Battault : « On est passé par un mauvais cap. Désormais, nous n'avons pas d'autres choix que de nous redresser le plus rapidement possible. Nous ne sommes pas dans un optimisme béat mais face à un défi qu'il convient de relever. Un peu comme deux mêlées d'équipe de rugby qui s'affrontent. Je connais la valeur de mes piliers et je sais qu'on va mettre l'adversité sur le reculoir. Cette période d'inactivité forcée m'a permis de faire l'inventaire de tout ce qui peut être encore amélioré. L'objectif, c'est d'être encore meilleur. La pandémie ne nous a pas laissé d'autres choix. Prenons les choses avec philosophie : c’est un énorme coup de pied au cul que nous avons reçu qui nous oblige à faire mieux et plus ».

On connaît votre exigence. Aussi n'est-ce pas un peu compliqué d'être encore meilleur quand on sait que vous avez placer la barre toujours plus haut ces dernières années ?

J. B : « Travailler plus vite, travailler mieux, travailler moins cher... J'ai identifié un certain nombre de choses qui peuvent évoluer dans nos méthodes. Cela passe par une amélioration du fonctionnement, une amélioration des coûtants... Une optimisation de toutes les exécutions que l'on fait nous mêmes ou que d'autres font à notre demande. Instaurer plus de contrôles également. Par exemple, nous n'avions pas de poste dédié aux achats. C'est chose faite depuis un an et on mesure la pertinence de cette option ».

Vous envisagez une évolution de votre approche commerciale ?

J. B : « Oui car je souhaite une connaissance encore meilleure de nos clientèles pour aller plus loin dans leurs attentes. De cela découlera une batterie de moyens commerciaux, marketing, de communication... qui nous positionneront de manière encore plus performante. Dijon Congrexpo fonctionne sous des statuts associatifs. Je veux en faire une véritable entreprise. Tous ceux qui me connaissent ne seront pas surpris.

Les mesures sanitaires qui vont accompagner la reprise de votre activité vous inquiètent-elles ? Ne vont-elles pas porter atteinte à la Foire internationale et gastronomique ?

J. B : « C’est une inquiétude que chacun partage quelque soit son domaine d’activités. Nous mettrons évidemment en place tout ce qui est possible pour assurer la sécurité sanitaire. Les dates de la Foire seront cette année légèrement décalées. Elle se tiendra du 6 au 15 novembre. Nous sommes à 5 mois de l’événement. Espérons que la situation va se détendre ».

Propos recueillis par J-L. P