Caractère d’homme : « Nous faisons le maximum pour rassurer les clients »

L’attente était devenue insupportable pour beaucoup… La date du 11 mai a sonné l’heure de la reprise pour les commerces de France. Après deux mois de confinement, les magasins ont pu rouvrir leurs portes. Pour Michel Fournier, directeur de la boutique de prête à porter masculin « Caractère d’homme », la reprise a cependant un goût amer.

32 rue des Forges. Dijon. 14 heures ce 11 mai. « Caractère d’homme », la boutique de 55m² réouvre. Michel Fournier et ses deux employées, Dominique et Sophie, attendent la venue des clients avec impatience. Malheureusement, le temps ne se prête pas au shoping. C’est ce qui refroidit Michel Fournier qui trouve ce déconfinement un peu prématuré. Il aurait préféré attendre une dizaine de jours supplémentaires pour avoir une météo plus clémente et propice à la collection qu’il s’apprête à proposer. À cette période, les chemisettes aurait fait fureur. La gente masculine se serait arraché les bermudas...

Gant, Barbour, Camel Active, MCS, Olymp, Mens, Meyer... location de costumes pour les soirées. La boutique est essentiellement axée sur le haut de gamme, ce qui lui permet de ne pas avoir de problème de surproduction. Contrairement aux chaînes vestimentaires qui prévoient trois à quatre collections par an et qui provoquent des soucis de stockage. Tous les vêtements stockés durant la période de confinement seront vendus cette année ou l’année prochaine.

Avec ces temps compliqués, il sera difficile de retrouver le chiffre d’affaire escompté. D’autant plus que Michel Fournier achète ses vêtements six mois à l’avance. Heureusement, ses fournisseurs ont accepté de repousser le règlement de certaines factures.

Pour donner un coup de pouce à la boutique, des bons d’achats d’une valeur de vingt euros ont été vendus durant cette dure période. C’est une action de soutien dont Michel Fournier est très reconnaissant. Il n’a d’ailleurs pas manqué de remercier ses clients sur sa page Facebook (Caractère d’homme – Dijon). Il faut néanmoins attendre de revenir à l’équilibre pour pouvoir envisager des réductions de prix. Les soldes auront probablement un autre goût cet été. Effectivement, le directeur de la boutique compte sur une baisse de la TVA pour que cela soit bénéfique. Cependant Michel Fournier garde patience et espère qu’en septembre les marges seront devenues plus correctes pour faire des soldes.

Michel Fournier insiste : « Pour sauver les commerçants, il faut que les clients prennent conscience qu’il faut venir dans les boutiques ». Bien sûr, la boutique a non seulement adopté les gestes barrière, mais elle a également prévu de passer à la vapeur chaque vêtement qui sera touché. Du gel hydroalcoolique est à disposition à l’entrée du magasin. Les cabines ainsi que les plans de travail sont désinfectées régulièrement. En clair, des mesures drastiques pour rassurer au maximum les clients.

Alice Capezza