Le temps qui passe

Je vais vous encourager à la paresse, plus rien ne presse, essayez d’en profiter. Savoir demeurer en repos, et ne pas sortir peut sauver des vies.

Vous allez vous trouver des ressources de création que vous n’aviez même pas imaginées !

C’est le moment de trier (et oui, encore) et de préparer des sacs ou des cartons que vous déposerez bientôt, chez Emmaüs ou ailleurs, pour ceux qui auront perdu beaucoup plus que vous.

Peut être pourrez vous suggérer à vos chères têtes blondes de ranger leur chambre... enfin. Le prétexte du match de foot entre copains ou de la sortie shopping entre filles étant obsolète.

Essayez de faire la cuisine en famille. Laissez libre court à vos talents, jusqu’ici ignorés de tout le monde même de vous, et dites vous que les pâtes au chocolat de votre ado resteront dans les annales. En aidant votre gamin à son travail scolaire, vous vous apercevrez que la conjugaison des verbes irréguliers a toujours des secrets pour vous...

Ce sera peut être le moment de vous pencher sur ses réseaux sociaux et d’en discuter avec vos enfants calmement, en vous faisant expliquer pourquoi c’est tellement fascinant. Machiavélique, dites vous que ça vous donnera du poids pour les interdire dans quelques temps.

C’est le moment de téléphoner aux emmerdeurs quotidiennement, puisque que l’on est assuré de ne pas les voir débarquer. Rions.

Essayer aussi de ne pas passer du pyjama de jour au pyjama de nuit. C’est une pente qui peut rapidement vous mener à zapper la case « douche ».

Exigez que, lorsque la totalité de la famille passera à table, en même temps, tout le monde devra être agréable à regarder. Exit le jogging mou et la chemise de la veille, le cheveux en berne et la barbe de trappeur canadien.

C’est le moment de tester tout ce qui traine dans la salle de bains d’échantillons en tout genre et de prendre soin de vous.

Vous avez assez d’imagination pour improviser dans les limites d’un quotidien réduit pour encore quelque temps.

Inutile de propager des « fakes news », version moderne de « on m’a dit que », c’est déjà bien assez grave, pour ne pas relayer des idioties provenant de gourous en mal de reconnaissance.

Prenez les informations une fois par jour, pas plus. Nous savons tous que c’est une pandémie, nous sommes plein de compassion pour les autres pays durement touchés, mais de là à rester scotché sur les chaînes en continu.

Il parait que notre monde ne sera plus le même « après ». Alors en attendant , essayons d’être à la hauteur de ceux qui chaque jour prennent des risques importants, les soignants, la totalité du personnel hospitalier, des aides à domiciles, ceux qui continuent à travailler pour la propreté de la ville, ceux qui continuent à livrer des repas, celles et ceux qui travaillent dans les commerces encore ouverts, les pompiers, les gendarmes, les militaires, et tous ceux que j’oublie et qui me le pardonneront...

Alors au moins en remerciements à tous ceux là, vous , rendez leur le service de rester chez vous sauf nécessité absolue.

A bientôt, prenez soin de vous et des autres.

Malvina.