François Rebsamen : « Ne perdons pas confiance ! »

Le maire et président de Dijon métropole, François Rebsamen, a décidé de garder le contact avec ses administrés confinés par le biais de la page Facebook ou du site Internet de la Ville. Alors que le confinement se poursuit, il a, par vidéo interposée, demandé à l’ensemble des habitants de « ne pas perdre confiance ». « Ne perdons pas le sens du vivre ensemble et de la solidarité qui fait notre force. Le service public municipal et métropolitain est, plus que jamais, à vos côtés. Et le restera… » tel a été le message fort de cette intervention, où nombre de réponses ont été apportées aux internautes. Morceaux choisis…

 

« 1 million de masques commandés avec la Région »

François Rebsamen : « La ville a livré 10 000 masques aux 33 EHPAD de la métropole, qu’ils soient publics, associatifs ou privés. Presque tous les directeurs nous ont remercié au nom de leur personnel dont je salue le dévouement exceptionnel. Nous avons également, en lien avec la Région, passé commande d’un million de masques. Nous ne savons pas encore précisément quel jour nous serons livrés, mais la distribution sera organisée en fonction des besoins du personnel soignant, médical et médico-social, de manière prioritaire ».

 

« L’inquiétude économique »

François Rebsamen : « L’inquiétude de nombreux responsables d’entreprises, restaurateurs et commerçants est très vive et je les comprends. Vous pouvez constater comme moi que, manifestement, le dispositif national n’est pas encore calé. Ce que nous savons, c’est que cette épidémie aura un coût extrêmement élevé et qu’une gestion à la fois très précise et fine devra être faite. J’ai entendu tout comme vous qu’un fonds de solidarité économique a été mis en place, que les entreprises ayant perdu 70% de leur chiffre d’affaire seraient aidées. Récemment était annoncé que ce chiffre serait ramené à 50% pour mars et avril. Pour les commerçants qui sont concernés, je leur annonce, bien évidemment, que les droits de terrasse, les droits d’enseigne, les droits d’étalage et de store donneront lieu à exonération pendant la période de crise, voire au-delà. Nous serons présents pour soutenir tous nos acteurs économiques locaux et les accompagner dans la reprise. Pour ce qui concerne les aides aux entreprises, nous agirons probablement pour abonder le dispositif de solidarité mis en place par l’Etat. Je suis personnellement en contact étroit avec le président de la CPME de la Côte-d’Or et celui de la Région, le MEDEF, les chambres consulaires dont le président de la CCI ».

 

« Les banques doivent être à la hauteur »

François Rebsamen : « Les banques auront un rôle très important à jouer. Elles ont bénéficié de la solidarité nationale et internationale lors de la crise de 2009 ; les PME et les citoyens ne comprendraient pas qu’elles ne soient pas à la hauteur de ce rendez-vous historique pour soutenir toutes les PME, toutes les unités économiques locales dont l’activité est sur notre territoire, qui jouent le jeu de l’économie locale et se retrouvent en grande difficulté ».

 

« L’accueil des enfants du personnel soignant… et plus largement »

« L’accueil des enfants du personnel soignant fonctionne bien, y compris pour la restauration, le périscolaire et les week-ends. Je suis satisfait de la possibilité qui nous est désormais donnée d’accueillir également – lorsque les familles n’ont pas d’autre possibilité de garde – les enfants des pompiers et de la police nationale, j’y ajoute naturellement la police municipale. Je sais que le principe du confinement doit être extrêmement strict. Mais il me semblerait juste de pouvoir également accueillir – encore une fois pour ceux, peu nombreux, qui ne peuvent faire autrement – les enfants des caissières, et des caissiers, ou des éboueurs, des conducteurs de tram, c’est-à-dire ceux dont la présence est véritablement requise sur le terrain, pour assurer la subsistance de la population et les fonctions sanitaires indispensables. Je suis également favorable à accueillir au cas par cas les enfants des personnels soignants d’autres communes de la métropole, à condition que les maires en fassent la demande. Je sais que certains ont les plus grandes difficultés à faire assurer un service de cantine ou de périscolaire. Cette solidarité métropolitaine va de soi pour Dijon ».

 

« Près de 1000 Dijonnais appelés chaque jour »

François Rebsamen : « J’ai un message au sujet des personnes isolées : je veux saluer le travail du CCAS, de la Maison des Seniors, de l’OPAD, de la Banque alimentaire, d’Episourire, des Resto du Cœur, du Secours catholique et de toutes les associations qui œuvrent pour la solidarité, contre l’isolement. La Ville distribue près de 500 repas par jour aux personnes isolées. Et enfin, saluer une initiative très originale de la bibliothèque municipale qui a mis en place un service de « convivialité téléphonique » à destination de toutes les personnes âgées abonnées à la bibliothèque municipale qui ont mentionné n’avoir pas d’adresse Internet. Il s’agit de prendre des nouvelles, de créer une conversation et du lien, pourquoi pas autour de la lecture. Près de 1 000 dijonnais sont ainsi appelés au téléphone régulièrement. Vous aussi, si vous souhaitez être appelés, c’est facile, faites-vous connaitre auprès de OnDijon »

 

« Des mesures strictes sur le marché des Halles »

François Rebsamen : « J’ai été interrogé, avec beaucoup de véhémence parfois, sur le maintien de l’ouverture du marché des Halles. Ce sujet déchaine des passions, cela prouve votre attachement aux Halles. La réponse est claire : les marchés des Halles et des Grésilles, uniquement pour les commerces alimentaires, sont ouverts parce que, au regard de la densité des habitants alentours, il n’y a pas suffisamment de possibilité de s’approvisionner en produits frais en dehors des marchés. J’assume cette décision prise en accord avec le Préfet. Je ne suis pas le seul maire de France a avoir pris une décision de ce type. Aux Halles, des mesures strictes ont été prises : une seule entrée et une seule sortie avec un sens de circulation, un comptage à l’entrée. Les commerçants portent des gants et presque tous des masques. Le gel est distribué à l’entrée des sanitaires. Je me suis rendu personnellement au marché pour mesurer la situation, et je n’ai pas constaté de difficulté. Je note, sur le sujet des marchés, que le gouvernement a changé de doctrine. Après une interdiction stricte, il a autorisé la réouverture des petits marchés de moins de 10 commerces alimentaires. Cela me permet de vous annoncer la réouverture du marché du Port du canal, et peut-être de Fontaine d’Ouche, selon le nombre de commerçants alimentaires présents ».

 

Quid de la désinfection de la ville ?

François Rebsamen : « L’entretien et le nettoyage de la ville continue, grâce au personnel. La propreté doit être maintenue : Dijon est propre. Certaines villes ont nettoyé les rues à l’eau de Javel, je n’y suis pas favorable, ce sont des pollutions qui se retrouvent dans notre réseau, dans nos rivières et dans la mer. Selon moi, ça n’est pas le moment. Le Directeur général de la santé a demandé l’avis du Haut conseil de santé publique, à la fois sur la question de l’efficacité des procédés de désinfection et sur leur nocivité. Attendons ».

 

Le couvre-feu en question

« Quelques rares maires l’ont fait, notamment dans le sud de la France où les problèmes de délinquance sont beaucoup plus aigus qu’ici. J’en ai discuté avec tous mes collègues maires des métropoles et grandes villes, puis avec le Préfet et les maires de Chenôve, Longvic, Quetigny et Talant et nous avons décidé d’un commun accord que ça n’était pas nécessaire, pour le moment. Mais s’il le fallait, je n’ai pas d’opposition de principe ».