XXII : Voilà la nouvelle saison !

Que vous craigniez que le ciel ne vous tombe sur la tête ou non… vous aimerez, sans conteste, les nouveautés de la saison 2020 du MusoParc Alésia. Une chose est sûre, Astérix et Obélix auraient, eux, apprécié…

Devons-nous réellement nous interroger sur le type de potion magique ingurgitée par les responsables du MuséoParc Alésia pour avoir fait de 2019 une grande année ? La barre des 80 000 visiteurs franchie, contre 70 000 l’année précédente et 65 000 en 2017 – ce qui porte leur nombre à 715 000 depuis son ouverture en 2012 – ou encore un taux de satisfaction record de 92 %… tels sont les résultats de la bataille précédente dont s’est félicité le président de la Société publique locale (SPL), le vice-président du conseil départemental Marc Frot, préférant, bourgogne oblige, manier la métaphore vineuse que la sémantique de la cervoise : « La 8e saison a prolongé la dynamique retrouvée de notre site. Ce fut un très bon cru… » Aux côtés de la présidente de Côte-d’Or Tourisme, Marie-Claire Bonnet Vallet, et du directeur, Michel Rouger, réunis à l’Hôtel Mercure à Dijon, il a également dévoilé les grandes lignes de la saison 2020 qui, n’en doutons pas, devrait elle-aussi enregistrer de nouvelles conquêtes, avec, notamment, des offres encore plus attractives pour les groupes (24%).

Les parchemins ayant laissé la place au numérique, XXIe siècle oblige, la réalité virtuelle, avec le lancement, notamment, d’une application 3D pour les vestiges, devrait séduire les visiteurs, qui seront accueillis par un hologramme de Vercingétorix. Ces nouvelles technologies permettent de plonger dans le passé et l’univers de la ville gallo-romaine. Si Astérix avait pu assister à cette rencontre entre le digital et l’archéologie, il se serait, à n’en pas douter, écrié : « Par Toutatis ! »

Autre nouveauté qui, elle, aurait plu à Obélix, dont tout un chacun connaît la passion gourmande pour les sangliers (et pas seulement lors des banquets de fin d’album) : l’exposition temporaire du 4 avril au 30 novembre intitulée « Dans les cuisines d’Alésia ». 
Une exposition à consommer sans modération qui vous fera connaître les us et coutumes alimentaires des Gaulois et des Romains et qui apportera des réponses à des questions que nous nous sommes tous posés. A l’instar de celle-ci : comment les huîtres pouvaient-elles arrivées fraiches alors que la mer était lointaine ? Et, rassurez-vous, aucune bataille de poissons n’est envisagée, n’en déplaise à Ordralfabétix !

De nombreuses manifestations s’annoncent aussi comme des rendez-vous à ne pas manquer : la Nuit européenne des Musées le 16 mai, les Journées nationales de l’Archéologie les 20 et 21 juin, les Estivales d’Alésia du 4 juillet au 30 août, avec, notamment, la Guerre des Gaules (« De Bello Gallico ») les 11 et 12 juillet, le concert rock Les Animal le 4 juillet, le festival Image sonore le 23 juillet, le Week-end Pax Romana les 15 et 16 août, ou encore le Fantastic Picnic le 13 septembre… Et la liste est loin d’être exhaustive ! C’est ainsi que nous pouvons paraphraser Uderzo et Goscinny : XXII, voilà une nouvelle et grande saison ! En chiffres romains bien sûr…

Camille Gablo

MuséoParc Alésia

1, route des Trois Ormeaux, 21150 Alise-Sainte-Reine

Tél. 03.80.96.96.23.

Ouverture : du 15 février au 30 novembre

Tarifs : 8 € pour un adulte, 10 € avec les vestiges ; 4,50 € pour les juniors, 6€ avec les vestiges.

www.alesia.com