Nadine Bazin : Le nouveau visage de la direction de Dijon Congrexpo

Nadine Bazin, directrice générale de Dijon Congrexpo, a piloté en 2019 sa première Foire internationale et Gastronomique de Dijon, qui a rencontré, avec 160 000 visiteurs, une fois encore le succès. Elle a ainsi emboîté avec maestria les pas de son prédécesseur Yves Bruneau et forme, dorénavant, avec Jean Battault, un duo des plus efficaces.

C’est avec le sens de la formule qui le caractérise fort bien que le président de Dijon Congrexpo, Jean Battault, explique la recette pour que la Foire gastronomique internationale, née en 1921, puisse conserver une telle jeunesse (attractive) : « C’est certes une vielle dame mais elle est poudrée de façon moderne ». Il illustre cette métaphore par « les évolutions structurelles mises en place et par les compétences du personnel ». C’est ainsi que la dernière édition, au goût indien, pays invité oblige, a accueilli pas moins de 160 000 visiteurs. Ce qui en fait toujours le premier événement économique et populaire de Bourgogne Franche-Comté et l’une des premières foires de l’Hexagone. 
Nadine Bazin, qui a succédé à l’ancien directeur emblématique Yves Bruneau, a été pour beaucoup dans ce succès. Arrivée en 2010 dans cette structure événementielle, où elle était précédemment secrétaire générale en charge, notamment, de la direction financière et de l’administration du personnel, elle a piloté fin 2019 sa première Foire, qui représente une véritable « aventure au quotidien ». Sa réactivité a fait merveille tout comme son sens de l’organisation. Des qualités qui avaient déjà porté leurs fruits dans ses précédentes fonctions : titulaire d’une maîtrise de finances à l’IAE de Lyon, cette Dijonnaise était revenue sur ses terres où elle avait participé durant 20 ans au succès de Visual, née d’une petite coopérative d’opticiens indépendants, avant son rapprochement avec Grand Optical. 
Nadine Bazin a œuvré au sein de Dijon Congrexpo à développer la démarche LEAN management (ndlr : qui a fait le succès du groupe Toyota), « destinée à améliorer les pratiques et à favoriser le travail en équipe par l’apprentissage des multiples problèmes que l’on peut rencontrer au quotidien ». Ou encore la méthode SMED « qui nous permet d’être très affutés sur notre organisation, les événements se superposant souvent les uns aux autres ». Un savoir-faire et une modernité qui permettent à la vieille dame de ne pas prendre une ride !

Camille Gablo