Le ciel dijonnais lui aussi métamorphosé

« L'art, c'est le relief du beau au-dessus du genre humain » écrivait, avec la justesse qui le caractérisait, Victor Hugo. Certains observateurs ont pu penser à cette citation quelques instants avant l’ouverture officielle au public du musée des Beaux-Arts métamorphosé. Il faut dire que plus de 2000 personnes, rassemblées place de la Sainte-Chapelle et au-delà, avaient les yeux rivés vers le ciel. Ils observaient, en effet, les pérégrinations aériennes et poétiques du funambule Mathieu Hibon venu livrer, sur un fil fixé entre le toit du musée et celui du Grand Théâtre, la clé du MBA au maire de Dijon, François Rebsamen. Ce fut l’un des grands moments de ce long week-end d’inauguration, où pas moins de 24 000 personnes ont poussé les portes du MBA, version XXIe siècle… Un chiffre qui est venu, sans conteste, souligner que la culture peut être destinée au plus grand nombre ! 
Le premier ministre de la Culture, André Malraux, chantre de la démocratisation culturelle, aurait apprécié. Tout comme il aurait aimé voir la place de la Libération prise d’assaut plus tard dans cette soirée du 17 mai 2019 qui restera comme une date capitale dans l’histoire dijonnaise. Là aussi, il était nécessaire de lever les yeux au ciel afin d’apercevoir un lustre pas tout à fait comme les autres, puisque ce modèle gigantesque, de 13 m de diamètre, accueillait huit musiciens. Ce spectacle musical, intitulé Cristal Palace et réalisé par la compagnie Transe Expresse, a illuminé la nuit dijonnaise. Les spectateurs ont également aimé qu’une dizaine d’artistes amateurs dijonnais participent à la fête… sur le plan terrestre quant à eux. 
Les festivités se sont poursuivies tout au long de ce week-end, avec nombre d’animations gratuites, tout comme l’est et le restera le musée des Beaux-Arts : citons, notamment, les Poupées géantes, La Baronnade des Grooms ou encore le spectacle WRZZ de la compagnie Deux Virgule Six couverts. Retour en images sur une inauguration populaire…

Camille Gablo

Un partenariat avec le Louvre

A la veille de l’ouverture officielle du musée des Beaux-Arts, le maire de Dijon, François Rebsamen, et le président-directeur du musée du Louvre, Jean-Luc Martinez, ont signé un partenariat entre la capitale régionale et le Louvre ouvrant à de futures collaborations. Cette convention-cadre pluriannuelle permet de développer « des projets muséographiques communs ambitieux destinés à un large public ». Le musée des Beaux-Arts, qui est l’un des plus anciens et des plus riches de France, sera le premier à bénéficier d’une telle coopération avec le Louvre, où, rappelons-le, le Dijonnais Yan Pei-Ming fut l’un des premiers artistes à avoir exposé de son vivant. Et ce, auprès de la Joconde de Léonard de Vinci !