Morceaux choisis

Du discours inaugural prononcé par François Rebsamen, nous avons retenu les passages suivants :

 

« Ce nouveau site, fait pour le public mais aussi pour et avec les musiciens professionnels ou amateurs, symbolise un espace de partage et du vivre ensemble qui nous permet de continuer à avancer dans une vision optimiste et solidaire de la société. Jouer, écouter, apprendre, partager, mais aussi danser, rire, se rencontrer...voici quelques-uns des termes retenus dans le cahier des charges pour caractériser cette nouvelle Vapeur. »

 

« Si Dijon peut être ce qu'elle est, si Dijon peut susciter des admirations, des soutiens, des solidarités, c'est parce qu'elle est une ville qui a toujours mis la culture au premier rang de ses valeurs.

Et à Dijon, nous n'avons de cesse de mettre la musique, les musiques actuelles, au cœur de la politique culturelle municipale. »

 

« Nous sommes bien sûr attachés à l'affirmation éminente du rôle des pouvoirs publics, État et collectivités locales réunis, dans l'exercice de la responsabilité culturelle. C'est une spécificité française dont nous pouvons être fiers. Mais le corps social, lui-même, individus, associations, fondations, entreprises doit prendre aussi une place croissante. Nous sommes reconnaissants du soutien fidèle de SUEZ. Que d'autres entreprises, associations ou donateurs, suivent cet exemple est mon souhait le plus cher. »

 

« Je voudrais féliciter les concepteurs du projet, au premier rang desquels  l'architecte urbaniste Marie-José Barthélémy fondatrice de l'Office Parisien d'Architecture et élève d'Yves Lion architecte de la rénovation du musée des Beaux-Arts. Elle a su saisir l'esprit des lieux et créer un bâtiment beau, fonctionnel et modulable, dans lequel la création artistique peut s'épanouir. Sa force tient dans son intégration à l'environnement et dans la fluidité de ses lignes, la qualité des matériaux, l'ouverture sur l'extérieur et la dimension humaine de l'ensemble. »

 

« La nouvelle vapeur s'inscrit dans une nouvelle génération d'équipements culturels s'adressant à tout un chacun et non à un cercle d'initiés. C'est un volet essentiel pour favoriser la démocratisation culturelle à laquelle nous sommes à Dijon attachés. »

 

Le nouvel équipement est le symbole d'un projet de territoire animé par ses équipes qui souhaitent travailler en concertation avec les associations, les acteurs socio-culturels et éducatifs, les entreprises et les habitants. La médiation a enfin ses locaux dédiés aux ateliers et aux rencontres, les deux salles sont réellement autonomes, le club permet des moments plus intimes tandis que la grande salle peut désormais accueillir des artistes qui ne « passaient » pas jusqu'à présent.