Crossject : « Nous voulons être le leader mondial »

Grâce à un portage financier réalisé en partenariat avec la Société Est Métropoles et la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté, Crossjet dispose dorénavant de nouveaux bâtiments au cœur du parc technologique Mazen-Sully. Destinés, notamment, à la recherche et développement (R&D), ces locaux des plus fonctionnels permettront à cette société, concepteur de la seringue sans aiguille, de participer pleinement à sa croissance. Un nouveau vaisseau amiral pour ce laboratoire innovant afin qu’il vogue vers une réussite mondiale…

Le parc Mazen-Sully dispose d’un nouveau fleuron : Crossject. Lors de la visite de ses nouveaux bâtiments, ce laboratoire spécialisé dans les médicaments auto-injectables a affiché clairement ses ambitions : « Nous voulons être le leader mondial dans les produits d’urgence », a indiqué le président et fondateur Patrick Alexandre, non sans préciser : « Quarante personnes travailleront dans un premier temps sur ce site pour la recherche et le développement mais aussi sur une partie de la production pilote. Les essais, les réglages se feront dans ces locaux organisés pour des équipes pluridisciplinaires. Nous voulons être un laboratoire pharmaceutique à part entière. Nous avons rapatrié également deux ateliers sur Gray pour la production ». A terme, ces ateliers pourraient être amenés à produire 10 millions d’unités par an, ce qui représenterait environ 200 emplois.

La tête de pont de cette société d’avenir, qui a mis au point ZeneoR, un système révolutionnaire d’autoinjection sans aiguille, rayonnera ainsi depuis la capitale de la Bourgogne Franche-Comté. Et ce, grâce au portage effectué par la Société d’économie mixte d’aménagement de l’agglomération dijonnaise (SEMAAD), devenue depuis la Société Est Métropoles, avec la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté. C’est, en effet, ce partenariat, lui aussi innovant, qui a permis la réalisation de ce bâtiment des plus fonctionnels de 1800 m2 sur la zone Mazen-Sully. Une construction effectuée dans « un temps record » puisque 9 mois auront été seulement nécessaires pour que ces locaux sortent de terre.

« Un grand avenir »

Autant de raisons pour le président de la Communauté urbaine dijonnaise, François Rebsamen, de se félicite lors de la visite effectuée le 17 novembre dernier : « L’innovation que vous proposez fait que demain vous allez exploser les marchés. Et je me ferai partout l’ambassadeur de Crossject ». En présence, notamment, des vice-présidents du Grand Dijon Pierre Pribetich et Didier Martin, de Thierry Coursin, directeur de la SEM, de Philippe Boursin, membre du directoire de la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté, l’ancien ministre du travail n’a pas manqué de se remémorer : « Il y a 15 ans, ici, c’était la campagne. Avec François Patriat (ndlr : à l’époque président du conseil régional de Bourgogne), nous avons étudié la carte de France de l’innovation où Dijon était absent. Aujourd’hui, nous avons une zone dédiée aux biotechnologies capable d’accueillir une entreprise comme Crossject promise à un grand avenir ! »

Une solution de financement

L’avenir passe par ces nouveaux bâtiments qui ont nécessité un investissement de 3,8 M€, avec une solution de financement, proposée par la SEM et la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté, qui prévoit un échelonnement de 85% du coût total de 12 à 36 mois après la livraison. Autrement dit, la première tranche de remboursement doit intervenir au plus tôt fin 2017, après la commercialisation des premiers ZeneoR. A terme, Crossject détiendra la pleine propriété du foncier mais aussi des bâtiments.

Ceux-ci permettront à cette société créée il y a une quinzaine d’années à Chenôve à l’initiative, rappelons-le, d’anciens salariés de chez Fournier et cotée en bourse depuis 2014, d’accompagner sa croissance.

L’avenir passe également par le développement de 7 médicaments auto-injectables et l’obtention des autorisations pour leur mise sur le marché européen et américain.

A proximité dorénavant du CHU de Dijon, de PharmImage, de l’Université mais aussi des centres de recherche comme le CNRS ou encore l’INRA, Crossject montrera à quel point elle a « l’innovation dans la peau ! »

Xavier Grizot

----------

ZeneoR

Développement de 7 médicaments

Crossject aspire à devenir un leader sur le marché mondial des produits d’urgence. Rappelons que cette société a inventé et développé Zeneo®, un système d'injection sans aiguille, unique au monde, « conçu pour améliorer la sécurité et le confort des patients et permettre une meilleure observance des traitements ».Crossject développe un portefeuille de produits combinant des médicaments reconnus avec ce mode d’injection innovant, particulièrement adapté aux situations d’urgence et la plupart de traitements chroniques, avec un dispositif adaptable à de nombreuses situations spécifiques. 

C’est ainsi que Crossject met au point actuellement 7 médicaments autoinjectables afin de traiter l’épilepsie, la migraine aiguë, les chocs allergiques, l’overdose d’opiacés, la paralysie de la maladie de Parkinson, la maladie d'Addison ou encore l’insuffisance surrénalienne chronique.